13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 08:02

Ida

film polonais de Pawel Pawlikowski

Avec Agata Kulesza, Agata Trzebuchowska  

 

 

Ida.jpg

 

Un film d'une beauté à la fois somptueuse et déroutante. En optant pour le format carré 4/3, en décadrant (souvent) les personnages (comme s'ils avaient du mal à se déplacer dans un espace et par voie de conséquence dans un destin), en choisissant un noir et blanc si travaillé qu'il donne l'impression d'être parfois teinté, en refusant toute musique additionnelle (hormis Bach et Coltrane) le réalisateur nous plonge moins dans une Pologne des années 60 que dans une méditation aux accents universels. Certes Wanda (la tante) incarne la justice austère communiste (et nous ne saurons pas si son alcoolisme et sa dépression servent d'antidotes au présent ou sont les stigmates d'un lourd passé); certes la jeunesse insouciante boit fume écoute du jazz; elle sait aussi que son futur obéira à une logique immuable ("après le mariage et les enfants, ce sera les problèmes" avoue le jeune saxophoniste répondant aux questions pressantes d'Ida); certes le pays vit dans le déni d'un passé récent (atrocités commises par des citoyens pendant la Seconde guerre à l'encontre de juifs entre autres, souvenirs que l'on veut enfouir, à l'instar des corps des parents d'Ida...."la nonne juive"...); mais Pawel Pawlikowski transcende cette donnée historique, il l'explique lui-même dans chacune de ses interviews (dont TV5 Monde) "Mon film se veut une réflexion plus universelle sur l’ambiguïté de la morale, sur la foi, sur l’identité, sur les liens de l’individu à l’Histoire, sur le pardon, sur la bêtise. J’ai essayé de ne pas m’enliser dans la rhétorique d’un film historique"

 

IDA-plan.jpg

Novice Ida l'est à plus d'un titre! Elle n'a pas encore prononcé ses vœux. Enfermée dans un univers claustral où sourires et paroles sont bannis, abolis, elle va découvrir avec un regard d'enfant un monde qui vibre de musique et d'amour, d'alcool et de clopes! "que vaut le sacrifice quand on ne connaît pas ce que l'on va sacrifier? s'étonne sa tante Wanda. Voile, valise, pas crissant dans la neige, (voir l'affiche) c'était au début le départ imposé par la Mère supérieure, vers le "monde"! Voile valise marche sereine personnage filmé d'assez près, de dos ou de face (alors que voitures, deux roues traversent l'écran en sens inverse) c'est Ida, dans le dernier plan, consciente de ce qu'elle est à même de "sacrifier" cheminant vers les lueurs de l'Aube!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

vendredi 21/02

La gravité du sujet décourage un peu la critique d'autant que sur le plan formel il y a beaucoup d'éloges à faire.

 Mais on ne peut s'empêcher d'une impression de superficiaitlé (analyse des personnalités, substrat idéologique) manifestée dans la "linéarité" du récit.

Cela dit, ce film mérite tout à fait d'être vu .

 

Marcel Elkaim 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 09:24

Nous vous convions aux 3èmes rencontres de l'association Elles font leur cinéma  les 29 et 30 mars à l'Omnia.

Changez vos habitudes du dimanche matin et venez donc assister à une Prière Punk au cinéma....à 10h30....

Renoncez à la sieste du samedi et venez donc vous réveiller au cri de ces femmes qui résistent dans le monde....

image0011 elles font leur cinéma

 

Programmation

Samedi 29 mars 2014

 

14h A little respect de Juliette Morice, fiction France 2011, 4mn : Une femme sort du supermarché en écoutant Le deuxième sexe, de Simone de Beauvoir, sans s’apercevoir du quiproquo qui s’installe entre elle et un passant …

Nos seins, nos armes, de Caroline Fourest et Nadia El Fani, documentaire, France 2013, 60 mn : Ce documentaire sur les Femen revient sur la formation du mouvement féministe ukrainien, il y a cinq ans, et analyse dans le détail le combat de ces militantes…

Tarif unique, 4 €

 

 15h15

Yemen, le cri des femmes de Manon Loizeau et Sibylle D’Orgeval, documentaire, France 2013, 55 mn : Issues de toutes les générations et de toutes les classes sociales, elles se battent, depuis plus de deux ans, pour la démocratie et les droits des femmes. Manon Loizeau les a rencontrées à Sanaa. Chronique d’une double révolution en marche…

Tarif unique 4 €

 

16h30

Yema de Djamila Sahraoui, fiction, Algérie 2012, 90 mn : Ouardia a enterré son fils Tarik dans une petite maison abandonnée et isolée dans la campagne algérienne. Elle soupçonne son autre fils, Ali, leader d’un groupe islamiste armé, d’être impliqué dans la mort de son frère. Dans cet univers frappé par la sécheresse et la douleur, la vie tente de reprendre ses droits…

(projection suivie d’un débat)

Tarif 5,50 € - Tarif réduit 4 €

 

Dimanche 30 mars 2014

10h30

Les Pussy Riot, une prière punk de Mike Lerner et Maxim Pozdorovkin, documentaire, Grande Bretagne 2013, 1h27 Prix du festival de Sundance 2013 : Pendant six mois, les réalisateurs ont filmé le plus célèbre des groupes punk rock de Russie, les Pussy Riot : leur prière punk dans une cathédrale de Moscou, leur procès et le cauchemar judiciaire qui s’en est suivi. Ce documentaire est riche des témoignages inédits des membres du groupe et de leurs proches.

(projection suivie d’un débat)

Tarif 5,50 € - Tarif réduit 4 €

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 07:39
  à l'initiative du  Créal 76 Comité de Réflexion et d'Action Laïque de Seine-Maritime   
 image1
   
Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:29

de Solveig Anspach

Avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac, Solène Rigot, Pascal Demolon

Compositeur Martin Wheeler (comme dans Queen of Montreuil)

 

lulu-femme-nue.jpg

 

"À la suite d’un entretien d’embauche qui se passe mal, Lulu décide de ne pas rentrer chez elle et part en laissant son mari et ses trois enfants. Elle n’a rien prémédité, ça se passe très simplement. Elle s’octroie quelques jours de liberté, seule, sur la côte, sans autre projet que d’en profiter pleinement et sans culpabilité. En chemin, elle va croiser des gens qui sont, eux aussi, au bord du monde : un drôle d’oiseau couvé par ses frères, une vieille qui s’ennuie à mourir et une employée harcelée par sa patronne… Trois rencontres décisives qui vont aider Lulu à retrouver une ancienne connaissance qu’elle a perdue de vue : elle-même."

 

C'est une fable qui doit être vue comme telle.

Si on cherche la vraisemblance ou une articulation rationnelle de l'histoire, on n'aime pas. Sinon, on sort du film avec le sourire (comme moi)

 

 

Isabelle Lepicard

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 10:21

De Guillaume Brac

Avec Vincent Macaigne, Bernard Menez, Solène Rigot

 

tonnerre.jpg

 

Un rockeur assez pataud (Vincent Macaigne) de retour à Tonnerre (et son linceul de neige), dans le giron de son daron (Bernard Ménez septuagénaire fantasque)

La suite? C'est dans votre pipotron de méli-mélo. Amour et Mélodie (la jeune journaliste); mélodie et chablis; vignes et vigneron (quel "foudroyant" récit!) foot et AJ Auxerre, etc. jusqu'à un faux virage!

Un film pour les fans de Rover (Timothée Régnier lui aussi rockeur trentenaire...)

 

 

J-M Denis

 

 

mercredi 12/02

Il y a d'abord le quotidien retrouvé (et exalté) dans cette ville provinciale; un quotidien fait de "petits riens enchanteurs" (grâce au jeu des deux acteurs Macaigne et Ménez); jusqu'à ce chien à l'écoute quasi extatique de poèmes de Musset !!... Il y a aussi l'analyse d'un processus amoureux (entre une jeune fille de 20 ans et un rockeur trentenaire désabusé). Mais quand le film bascule d'un naturalisme apparent vers le cauchemar, que l'atmosphère paisible d'une ville sans histoire se mue en violence, je suis d'accord avec vous: "virage manqué"; on a droit à tous les poncifs de la possession amoureuse là où on eût aimé un traitement plus "noir" et/ou plus "mental" d'autant qu'il s'agissait d'une parenthèse (au final en forme d'épilogue on retrouve le duo; le père et le fils exercent leurs mollets à bicyclette comme si rien ne s'était passé):

 

Colette

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 13:45

 

     Film (2012) d'Antoine Barraud avec Mathieu Amalric et Nathalie Boutefeu

 


les-gouffres.jpg

 

Un film étrange! Pourquoi? En déclinant trop tôt la polysémie du terme "gouffre" (multipliée en outre par l'emploi du pluriel), en filant trop allègrement la métaphore, le réalisateur  aura raté son rendez-vous avec "l'étrangeté annoncée"

 

Les gouffres ce sont d'abord ces vastes cavités souterraines que l'on vient de découvrir et qu'une expédition menée par Georges Lebrun (Amalric) est chargée d'explorer. Nous ne les verrons pas. De Lebrun ne nous parviendra que la voix. Les gouffres ce sont aussi et surtout (et l'affiche est éloquente) ces descentes dans les profondeurs abyssales de l'inconscient (là où sont refoulées des pulsions secrètes, inavouées). Une expérience que va vivre France l'épouse de Lebrun en attendant son retour, seule, dans un hôtel minable et isolé.... Certes les différentes étapes qui conduisent à la "folie" sont nettement repérables: d'abord les signes avant-coureurs: ces séismes auxquels la région est sujette et qui font trembler la chambre (à mettre en parallèle avec ceux qui vont ébranler les certitudes et "fissurer" le personnage); la présence insolite d'une femme anglophone dont le regard noir sonde la conscience; puis les révélations: le passage sous le lit qui mène aux profondeurs de la terre; les "découvertes" d'hommes aux visages et aux corps burinés par la chaleur de la "vie" sous terre; enfin quand France émerge de ces "gouffres", la réalité qu'elle perçoit aura définitivement changé de visage (elle entend la voix de Georges Lebrun, le regarde effarée, il est "autre"...). Mais l'absence délibérée d'explications (couple apparemment uni mais ? fantasmes sexuels?) loin de participer d'une vision anxiogène susceptible d'entraîner l'adhésion du spectateur, tombe à faux ..En recourant trop souvent au flou et au floutage, en convoquant (de manière trop appuyée) des peintures rupestres ou des visages de Fayoum, en jouant (ad libitum) sur les couleurs verdâtres brunâtres ou chlorotiques, en insistant sur des "signaux" (l'oiseau mort qui vient percuter le mur en le maculant de sang par exemple) le réalisateur ne crée nullement la sensation de vertige que l'on attendait. (l'interprétation de Nathalie Boutefeu n'est pas en cause)

Un bémol toutefois. France est cantatrice, elle doit interpréter le rôle de l'esclave Liù dans l'opéra Turandot de Puccini (pour une adaptation cinématographique); ce personnage qui préfère se donner la mort plutôt que de révéler l'identité du prince, France non seulement le "travaille" avec assiduité mais au final se laissera "dévorer" par lui au point de devenir muette !

 

Colette Lallement-Duchoze  

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 14:31

Film de Pier Paolo Pasolini  avec  Maria Callas, Massimo Girotti, Laurent Terzieff, Giuseppe Gentile, Margareth Clémenti, Paul Jabara, (1969) Version restaurée

 

 

 

medee.jpgUn choc visuel! Décors somptueux dans leur minéralité (Pasolini a tourné en Turquie, en Syrie entre autres); costumes aux couleurs variées; plans audacieux en plongée et contre plongée (palais du roi Créon/Crésus); "théories" de ces habitants qui arpentent les lacets processionnaires; gros plans sur le visage de la Callas (pendant assez longtemps elle restera muette -le réalisateur donnant à voir essentiellement en frontal ou de profil les expressions de son visage-); portraits représentés en icônes byzantines; peintures "vivantes" dans un environnement bucolique; valeurs symboliques du rouge flamboyant (le sang de la victime sacrifiée qui "alimentera" la terre; le feu rouge orangé à la fois purificateur et dévastateur; le rouge quasi organique des fruits et/ou du vin ) etc. Tout cela  servi par un mélange de musiques liturgiques et profanes, avant que les timbres graves des trompettes n'annoncent l'imminence du sacrifice !

 

Dès la scène d'ouverture qui sert de prologue, le spectateur est prévenu. La leçon que dispense à Jason (d'abord enfant, puis adolescent plus mature) le Centaure Chiron (Laurent Terzieff si élégant dans l'interprétation de ce qui pourrait être pontifiant!) n'aura presque plus rien à voir avec Euripide. "il n'y a aucun dieu" exit donc le Sacré. Cette leçon repose sur une opposition Orient/Occident qui sera illustrée par la confrontation entre un monde archaïque (celui de Médée) et un monde plus "rationnel" (celui de Jason). Mais l'auteur n'exclut pas d'autres interprétations; il suffit de se référer à ses propos lus ou entendus à la Cinémathèque "Ce pourrait être aussi bien l'histoire d'un peuple du Tiers Monde, d'un peuple africain, par exemple, qui connaîtrait la même catastrophe au contact de la civilisation occidentale matérialiste". On peut aussi voir une opposition entre Italie du Nord industrielle, technique (Jason) et Italie du Sud agraire (Médée). Après le prologue, la longue séquence du rite sacrificiel sous l'égide de la prêtresse Médée en Colchide, où le sang et chaque partie du corps tranché et dépecé vont "nourrir"  tout ce qui  vit sur terre, renvoie à une croyance "archaïque" qui déifie le Soleil. Ce monde est voué à disparaître, d'autant que Médée hors de son "pays" d'origine sera ravalée, à Corinthe, au rang de "sorcière" Au final le sacrifice de ses enfants ne s'inscrirait-il pas dans une sorte de revanche?

 Si le film "joue" constamment sur les antinomies, (et dans une perspective dialectique ne propose pas de "synthèse") il décline aussi la thématique  du double. Les deux illustrations les plus patentes sont celle du Centaure à la fois homme et animal qui sera dupliqué par un autre Centaure-homme, et celle de l'offrande "empoisonnée" que fait Médée à la fiancée de Jason, (la fille du roi Créon/Crésus), qui se répète -avec une seule variante.

 

N'est-ce pas avant tout à un cérémonial, à une liturgie parfois hiératique que l'on vient de participer?

 

Colette Lallement-Duchoze

 

PS  rappel succinct "Médée la magicienne, fille du roi de Colchide, voit arriver sur sa terre le prince Jason venu enlever la Toison d’Or, l’idole de son peuple. Tombée folle amoureuse du jeune Grec, elle trahit sa famille et son pays en dérobant pour lui la Toison d’Or et s’exile à ses côtés. Des années plus tard, alors qu’elle lui a donné deux enfants, l’homme pour qui elle a tout abandonné se détourne d’elle …  "

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 04:54

De Martin Scorsese

Avec Leonardo DiCaprio, Jonah Hill, Margot Robbie

 

Adapté du roman éponyme de Jordan Belfort (écrit à sa sortie de prison), le film retrace la grandeur et la décadence d’un trader New-Yorkais, toxicomane et débauché; de son ascension irrésistible dans le monde de la finance des années 90 à sa disgrâce, sous les coups d’une enquête du FBI.

 

 le loup de w s
Beaucoup de bruit autour de ce film à succès, le dernier Scorsese : un must !...3 heures de projection qui en mettent plein la vue avec Di Caprio dans le rôle principal, du bling bling à la puissance 1000. La force d’attraction du film réside justement dans ce déploiement de moyens mis au service d’un grand technicien du cinéma pour faire vivre au spectateur ordinaire que nous sommes ce qu’est la vie d’un homme quelconque devenu rapidement milliardaire aux USA dans les années 90.
Vous avez compris, nous sommes au cœur du système capitaliste puisqu’il s’agit de la vie d’un trader...Et c’est là que je me suis dit en sortant du cinéma : décidément, l’idéologie dominante américaine est insubmersible, elle flotte comme un bouchon de liège sur la mer.
Car que nous dit réellement ce film, au fond, malgré l’apparent regard critique qu’il porte sur les personnages ?
Il nous dit que le système capitaliste devient intolérable “seulement” lorsqu’il est transgressé par des gens déséquilibrés, drogués, malades sexuels. Il y a une barrière à ne pas franchir, disons celle de la légalité de l’ordre libéral. Exactement comme dans “Apocalypse now” la guerre serait jolie s’il n’y avait tous ces fous, tel ce chef de guerre incarné par Marlon Brando que la justice de l’Oncle Sam vient faucher à la fin du film. Ici, c’est le bon agent FBI qui représente l’Amérique honnête (pas comme le juge qui a relaxé DSK, en vrai) ce juge arrêtera le trader fou, débauché, immoral, et tout rentrera dans l’ordre, le meilleur du monde comme chacun sait.
 Autrement dit “le loup de Wall Street” n’est pas une dénonciation politique, humaniste, d’un système économique où règne la loi du plus fort, du plus bête, du plus vulgaire, du plus immoral, mais un divertissement sur un quidam déjanté qui est sorti du cadre légal.
Très symptomatique aussi cette idée que l’homme est mauvais et qu’il est impossible de tuer le mal...illustrée par l’image de la fin où sorti de prison, le trader s’adresse à une foule de gens ordinaires fascinés par la réussite financière, et s’apprête à recommencer ses méfaits : “vendez moi ce stylo”. Il y a vraiment là l’idée que le mal est en chacun de nous et ne demande qu’à se développer. C’est typique de l’idéologie spécifique américaine imprégnée de protestantisme.
Oui, l’idéologie dominante américaine est puissante comme un bouchon de liège sur la mer. Et la Bourse de New-York n’est pas près de disparaître, hélas.
 
Serge Diaz
  
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 06:41
des frères Larrieu
Avec M. Amalric, B. Podalydes, Karin Viard, Maïwen, Sara Forestier 
  
       

l'amour est un crime parfait

 

Un prologue prometteur! Voici une voiture qui épouse téméraire la "trame" d'une route de montagne enneigée avec pour seul éclairage celui de ses phares; on est subjugué et l'on se dit (naïvement) que les passages obscurité/lumière, les crevasses, les précipices évités de justesse, le rythme et la musique vont être exploités déployés comme des métaphores ou du moins comme éléments représentatifs....Et le film ainsi encodé peut commencer après cette mise en abyme !!!

 

Il n'en est rien. Tout est sur-joué ou mal interprété (Amalric a beau être l'acteur adulé des frères Larrieu, il ne convainc pas en prof à la mémoire trouée, à l'esprit et à la psychologie lacérés; pas plus d'ailleurs que Karin Viard en sœur incestueuse ou Maïwen en fausse belle-mère de Barbara, la victime disparue; ou encore Sara Forestier en étudiante nymphomane). Jamais n'affleure une once d'étrangeté (et quand un crime est censé avoir été commis, écran noir ou ellipse; au spectateur de combler cet interstice...). Certains "éléments" à valeur de symbole(s) ne sont pas utilisés à cette fin (l'architecture du campus si originale dans sa transparence par exemple; et puisqu'on cite Breton il eût été judicieux d'évoquer "la maison de verre" au début de Nadja) ou au contraire ils sont exploités de façon si appuyée qu'ils sont vidés de leur contenu (présence et croassement de corbeaux; paysage et état d'âme, et jusqu'au titre du film que griffonne in fine Marc sur du papier)

 

Certes la montagne est belle imposante, attirante et redoutable à la fois, certes les étudiantes de ce professeur (qui enseigne l'art d'écrire en citant à tout va Breton, en projetant des extraits de "l'âge d'or" de Bunuel) sont sculptées telles des figures de Vogue (Marc est un "séducteur"...névrotique et c'est à travers son regard que nous sommes censés voir les "autres"); certes les allers et retours chalet/université scandent en la ponctuant, la narration.

 

Mais à l'instar de Marc qui attend fébrile l'arrivée du printemps, nous (=Nicole et moi) avons attendu, déçues, la fin de la projection! Cette "beauté convulsive" qu'appelait de ses voeux fougueux André Breton ne nous est pas apparue...

 

Colette Lallement-Duchoze 

 

 

 

 

 
  
Du coup je n'irai pas ! merci les filles - PASC

http://pasccinequanon.over-blog.com/         

 

Pascale

      
   
 
 
         
 
 
 
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 09:29

R

Film danois de Tobias  Lindholm et Michael Noer. Avec Pilou Asbæk (Rune) , Dulfi Al-Jabouri, Roland Møller, Jacob Gredsted, Omar Shargawi… -

 

 

R! Un étrange parcours! Voici un film tourné presque en même temps qu'Un prophète" de Jacques Audiard mais qui a sommeillé plus de 3 ans dans les "tiroirs" français. À cause d'une thématique presque similaire? (plongée dans l'univers carcéral avec ses codes, ses caïds, ses microcosmes, ses trafics de drogue, sa violence impitoyable, univers qui fabrique l'hyper-délinquance et la criminalité au lieu de les "corriger"); le spectateur ignore les arcanes de la distribution. Mais il a connu séparément les deux réalisateurs en 2013 (Highjacking de Tobias Lindholm et "Northwest"de Mchael Noer); il découvre en 2014 avec R leur premier film cosigné en 2009 !!!

 

Et c'est un peu KO qu'il sort de la projection. Le dernier plan: un long plan fixe sur la façade de la prison, -le bâtiment dans/et son environnement extérieur-, le fait accéder (enfin) à la Vie et à la Lumière après une immersion de plus de 1h30 dans l'enfer carcéral. Il aura été témoin de scènes d'une violence inouïe voire R.jpginsoutenable; il n'aura vu le sourire s'épanouir et le rire n'éclater qu'une seule fois sur les visages complices de Rune et Raschid. Le premier d'abord victime d'humiliations (c'est un euphémisme) va chercher à s'en affranchir par une trouvaille "géniale" (la "circulation" du shit...) mais il sera vite rattrapé..(malgré ses certitudes réitérées "je gère"); le second, du clan des "macaques" (bien séparés dans le dispositif ségrégationniste de la prison) pactise avec ce plan, "trahit" (selon la loi du clan) sera sauvagement "puni"

 

Une approche frontale. Parfois de gros plans sur une nuque ou des bras tatoués, sur un visage dévasté par l'effroi ou la colère. Peu de dialogues (dans ce film le regard se substitue souvent à la parole), des gueulantes parfois (celles des matons pour extorquer des aveux, celles des "taulards trahis" qui éructent leur soif de vengeance). Les rares visites ne sont pas perçues comme une intrusion de l'extérieur mais renforcent la sensation d'étouffement. Jeu de cartes, télé, films pornos, tabac, séances de musculation: tels sont les moments de "pause" dans ce cycle de la Violence toujours recommencée...

 

Les réalisateurs ont filmé dans une ex prison et la plupart des rôles de détenus sont joués par d'ex taulards; ceux-ci ont raconté aux réalisateurs des anecdotes, ont dit leur vécu. Là est la matière brute du film "Nous avons fait ce film dans un réalisme presque total. Nous n'avons pas ajouté d'idées"

 

Un film danois plus violent, plus sombre que celui d'Audiard...Un film qui s'inscrirait si bien dans la programmation du festival du cinéma nordique !!!

 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article
Repost0

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche