Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 07:57

argument:

En Palestine, le quotidien d'une famille: les parents vivent à Nazareth, leur fils Tarek, un célibataire endurci à Ramallah, leur fille va accoucher, la grand-mère perd peu à peu le Nord, le fils aîné Hisham  s'est expatrié en Suède... A chacun ses conflits et ses rêves d'une autre vie...

Personal Affairs

Voici une suite de saynètes sur les tracas d’une famille. La cinéaste Maha Haj -Palestinienne née à Nazareth- les  filme en montage alterné, avec sobriété et un humour pince sans rire. (à la manière de Eila Suleiman ; elle fut d'ailleurs  son assistante pour " intervention divine "). Caméra souvent fixe pour filmer les parents -lui de profil scotché devant son écran de PC, elle de dos vaquant aux occupations domestiques , ou de face en train de tricoter ou scotchée devant l’écran Télé. Répétition comique qui tient du gag : l’arrivée de Maïssa, l'amie de Tarek, est toujours annoncée par le jeune homme à bicyclette....Dans chacun de ces tableautins l’accent est mis sur des broutilles, des bisbilles contenues dans d’impassibles plans fixes ce qui confirmerait  une première impression, celle d’assister à une chronique familiale intimiste et plaisante

Mais ne nous méprenons pas. La distance ironique et la feinte nonchalance n'occultent  pas la dure réalité de la " colonisation "; toujours présente, elle triomphe dans cette séquence du check point – Maïssa et Tarek  sont pris en " flagrant délit " alors qu’ils se chamaillaient (fouilles arrestation garde à vue) et même si le " drame " est détourné (attendant d'être "libérés",  les deux personnages exécutent un tango chaloupé très sensuel) il n’en reste pas moins prégnant. Quand Georges, garagiste, aux allures de benêt,  éternel enfant cocooné par sa femme enceinte, est " choisi " pour faire un film, on le met en garde sur les options des cinéastes américains : quelle image donnera-t-on du Palestinien, en Occident?

Plus subtiles, les allusions sous forme de métaphores : l’éclatement géographique de la famille illustre une réalité bien tangible : le problème de la frontière israélo-palestinienne, de part et d’autre du mur dit de " séparation "; la grand-mère qui perd le Nord peut symboliser la perte de repères de même que l’éloignement de Hisnam  en Suède concrétise le douloureux problème de l’exil, forcé

 

Cela étant, personal affairs ne prétend pas être une allégorie ni un film " militant ".

Mais ces " affaires personnelles " -à portée universelle d’ailleurs- ont ceci de particulier : le seul lien d’unité dans cette famille " ordinaire " n’est-il pas l’absurdité de se sentir étranger sur sa propre terre…. ?

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche