Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 13:41

Documentaire de Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Beergaard-Holm USA

David Lynch: the art life

 

Dans son atelier de Los Angeles, il est assis, vu de profil, rarement en frontal; quand il se déplace, sa silhouette filmée de dos -peu à peu floutée - rappelle une forme spectrale ; puis  le voici légèrement courbé: gros plans sur ses mains qui manipulent, triturent malaxent de la pâte avant de l’étaler sur une toile ou de coller des morceaux de plastique.

Seul! Dans cet atelier qui ressemble à un cabinet de curiosités. Il ne cesse de fumer. Parfois sa fille, une toute jeune gamine, à qui il fait écouter de la musique, s’en vient rompre cette solitude…

 

Quel que soit l’angle de vue, quelle que  soit la durée du plan ou du mouvement, c’est sa Voix que l’on va entendre en un récit quasi hypnotique. Que dit cette voix (qui le plus souvent a été enregistrée) ? elle évoque une  enfance heureuse, les incartades d'adolescent, les premiers joints, les premières visions et fantasmes ; les rencontres avec Peter Wolf Jack Fist, la liaison avec Peggy Reavey sa première épouse (en 1968 naît leur fille Jennifer) . Un récit émaillé d'anecdotes (plaisantes) 

Ne nous leurrons pas : si David Lynch est surtout connu comme cinéaste (Elephant man, Dune, Blue Velvet Lost Highway, Mulholland Drive, etc.) il est d’abord et avant tout un peintre. Il rappelle son goût précoce pour le dessin, ses études – certes de courte durée - aux Beaux-Arts de Boston, son apprentissage auprès de Bushnelle Keeler, comment bien plus tard à Philadelphie il a ajouté des mécanismes à ses tableaux et comment il les a filmés

Alors qu’on entend sa voix au timbre si particulier et à la diction très lente, défilent sur l’écran des extraits de films de famille et de reportages, des photos d’archives, des reproductions de ses créations (torturées ou surréalistes) comme autant d’illustrations de ses " confidences " et de ses "expériences" 

 

Portrait d’un artiste qui n’a eu de cesse " d’expérimenter "  dans les domaines de la peinture de la  musique et plus tard du cinéma - et précisément le récit prend fin  au moment où il va tourner son premier film Eraserhead 1977 - directement inspiré de ses obsessions picturales

 

Un " voyage " au cœur de l’INTIME, au cœur de la  CREATION 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

PS une fois de plus le " plaisir " du spectateur aura été gâché par les conditions d’inconfort typiques de la salle 4 (Omnia)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche