Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 20:00

De Ken Loach 

Avec Dave Johns, Hayley Squires, Sharon Percy

Palme d'Or Cannes 2016

 

Argument  Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l'aide sociale suite à des problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler il se voit signifier l'obligation de rechercher un emploi sous peine de sanction

Moi, Daniel Blake

Alors que défile le générique on entend -voix off- les questions d'une "professionnelle de la santé"; elles ne concernent nullement les problèmes cardiaques du patient qui le lui fait remarquer; on le rabroue; on le menace;.... Le ton est donné avant même qu'apparaisse son visage. Nous sommes en absurdie. L'administration tatillonne serait censée appliquer des lois d'où le bon sens et surtout l'humain sont bannis (plus tard les représentants de la police joueront un rôle similaire). Le combat sera forcément inégal. 

Ken Loach oppose ainsi deux mondes inconciliables -celui hérité de l'ère Thachter, celui de Cameron qui broie l'individu vivant dans la précarité et celui du peuple solidaire incarné par Daniel Blake. Opposition qu'illustrent ces face-à-face/entretiens/confrontations ou ces cloisons/séparations ou encore ces paroles échangées avec une voix fantôme au récitatif de robot. Certains spectateurs reprochent au cinéaste ce manichéisme (ridiculiser les uns, magnifier les autres). Mais son film n'est pas un documentaire (la réalité serait encore plus sordide....) et le peuple -qui est problème pour les politiques et économistes libéraux- reste pour lui une Cause à défendre coûte que coûte. De plus le cas Daniel Blake dépasse la frontière britannique ; sa descente aux enfers -scandée par de furtifs passages écran noir - concerne en fait des travailleurs honnêtes pris dans la tourmente dédaléenne d'une administration et d'un système iniques.

Face à des injonctions absconses, à des démarches aberrantes Daniel Blake revendique sa part de dignité "je suis un simple citoyen je ne suis pas un chien" (cette profession de foi  pourrait servir d'épitaphe)

"Il fallait faire entendre des cris dont seuls parvenaient des échos feutrés". Le parcours de Daniel Blake répond à cette nécessité. Ubuesque au tout début ce parcours va virer au cauchemar. Or le personnage ne représente-t-il pas une sorte d'idéal prolétarien fait de bonhomie de bienveillance et d'une  propension à protéger l'autre ( cf l'aide précieuse qu'apporte Dan à Katie !)

L'acteur Dave Johns, formidable, est de tous les plans (avec des   angles de vue  très divers);la caméra sait capter un silence un regard s'attarder (pas trop) sur un geste. Certaines scènes déclenchent le rire d'autres peuvent arracher les larmes. Une épure le plus souvent à l'image de cette bibliothèque encore vide, fabriquée avec amour et qui aurait dû être le reposoir des livres de Katie!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

Moi je serais d'accord avec un (e) critique qui parle de "mélenchonisme" facile!!!!

Ismaël

11/11/016 14h

 

Tout à fait d'accord avec la critique de Colette.

La justesse de ce film nous remplit d'émotions de toutes sortes.

Sa peinture de la réalité britannique d'aujourd'hui fera date, elle est aussi très européenne, c'est ce qui fait l'universalité du talent de Ken Loach.. 
Un très beau film.

Serge 11/11/2016

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:36

Documentaire réalisé par Wang Bing (Chine) 

Ta'ang un peuple en exil entre Chine et Birmanie

Ta'ang est une minorité ethnique birmane contrainte à l'exil à cause de la guerre civile: telle est la première information qui apparaît dès le prologue sur écran noir et depuis 2015 des dizaines de milliers de personnes tentent de franchir la frontière chinoise depuis le Myanmar. Parfois une notation en bas de l'écran (camp de Maidhe..... province de ...) précisera l'éclatement géographique qu'affrontent ou ont affronté ces "exilés" et la narration sera marquée elle aussi par la discontinuité

 

Les causes du conflit? La guerre restera hors champ mais elle affleure dans les discours des mères le soir de "veillées" ou elle se fera plus  palpable dans des coups de feu des explosions ou des lambeaux de flammes, au loin. Ce qui intéresse le documentariste ce sont surtout les conséquences du conflit: l'exode, les déplacements incessants afin d'échapper à ces menaces et de survivre!

Ainsi Wang Bing va suivre des groupes constitués essentiellement de femmes et d'enfants; sa caméra emboîte leurs pas; s'immobilise en les filmant dans des camps en Chine (première séquence) ou des nocturnes (deuxième séquence) "la nuit on est moins visible donc plus en sécurité. Et cela apporte une plus grande liberté pour tourner" . Ces moments se prêtent aussi aux confidences: long monologue d'une femme qui en vient à regretter d'avoir voulu aider une autre mère et du coup de s'être dissociée de son groupe. Car c'est cela aussi l'exode: marcher vers et parfois "abandonner" les autres, les proches qui n'auraient pas suivi le même chemin. Comment les (re)joindre? En communiquant par portable; et à chaque fois le documentariste accompagne la personne qui s'isole pour "parler". Le groupe assemblé autour d'un feu était cadré façon Georges de La Tour puis vu de loin il va se confondre avec les braises dans un embrasement ..aux connotations "mortifères"

 

Des activités : le travail dans des champs de canne à sucre par exemple, vont permettre de "payer" un bout de "survie"... Des femmes surtout, au visage laminé par la fatigue, et dont le corps ploie sous les fardeaux (enfants et baluchons) car les hommes ont peut-être trouvé du travail en Chine ou sont restés dans les villages birmans; on ne le saura pas vraiment ..

 

Documentaire "saisissant" dit le dépliant. En effet voici le quotidien dans sa nudité; une plongée sans misérabilisme dans le dénuement; mais surtout voici la "mise en scène" de ce que signifie "se réfugier" : fuite et attente, marche forcée et pauses ponctuelles (ce qu'illustrent les trois parties du film).

Et pourtant l'intérêt voire l'empathie du spectateur sont parfois mis à rude épreuve à cause de longueurs -comme si une séquence "interminable" était à elle seule un moyen métrage hors du temps.... alors que les oiseaux" sont terrorisés"

 

Colette Lallement-Duchoze

Ta'ang un peuple en exil entre Chine et Birmanie
Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 08:08

Documentaire-fiction réalisé par Roksarah Ghaem Maghami  Iran

Sonita

Ce documentaire vaut surtout pour la peinture d'un caractère bien trempé, l'évocation d'une force d'une énergie d'une affirmation de soi, bravant tous les tabous; leur mise en forme étant assez quelconque.... En revanche le questionnement sur l'intervention ou non du "filmeur" dans son propre documentaire est assez intéressant

Voici la jeune Sonia Alizadeh. Son rêve? Devenir chanteuse ou plutôt rappeuse alors qu'on la destine à être l'épouse d'un inconnu (en échange d'une certaine somme d'argent). Afghane exilée en Iran (banlieue de Téhéran) elle est accueillie au sein d'une ONG. Le journal -son double son miroir – anticipe son futur de chanteuse (on la voit à plusieurs reprises scotcher des photos de son visage sur des albums...).

Son destin semble définitivement scellé quand la mère se déplace d'Afghanistan et que l'ONG ne peut "donner" la somme d'argent... C'est alors que la réalisatrice "entre en scène" -elle prend le parti de "contredire" le destin en s'impliquant elle-même (aide financière, intermédiaire précieux dans l'obtention d'un passeport, dans la réalisation d'un clip, etc..)

Dès lors se superposent dans ce film deux dynamiques: celle de l'insoumission triomphante incarnée par Sonia, la rebelle exubérante, tenace, sémillante et celle de l'engagement qui se substitue au  témoignage – dans l'acte filmique lui-même...

L'arrière-plan politique et sociologique (talibans, lois sexistes, condition de la femme) est bien sûr prégnant. N'est-ce pas contre lui que s'insurge la jeune rappeuse fougueuse; elle sait la force explosive voire révolutionnaire des "mots" et le film se clôt presque "naturellement" sur le concert "Brides for sale" (mariées à vendre)

 

Sonia  susurre et c'est presque inaudible (ma voix ne doit pas être entendue elle est contre la charia") puis elle éructe "laissez-moi hurler/ je hurle pour combler le silence des femmes/ Je crie pour un corps épuisé et enfermé dans sa cage"

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 09:21

de Luc et Jean- Pierre Dardenne

Avec Adèle Haenel, Olivier Bonnaud, Jérémy Rénier

Présenté en Compétition Officielle à Cannes

La Fille inconnue
Les frères Dardenne savent se renouveler : ce thriller place au centre d’un très bon scénario une jeune femme médecin rongée par un sentiment de culpabilité.
Le personnage incarné par Adèle Haenel (digne d’un prix d’interprétation) est un témoignage par la fiction de l’héroïsme de ces médecins  des quartiers déshérités.
 
Le film ne cherche pas à nous faire pleurer sur les prostituées, les vieux malades et esseulés  ou les jeunes à problèmes, non, le film suit froidement et calmement, tout en retenue,  le cheminement d’une conscience meurtrie par la culpabilité.
La jeune médecin mène l’enquête sur les circonstances de la mort de cette jeune fille inconnue retrouvée à quelques mètres de son cabinet médical.
C’est l’occasion pour les metteurs en scène de dresser un portrait psychologique sur la jeune toubib puissamment imprégnée des valeurs déontologiques, tenace, courageuse, simplement humaine sans niaiserie.
 
En cette époque de dévalorisation de la profession de médecin, le film vient à point pour renverser cette tendance.
Le jeu d’acteurs maîtrisé , la mise en scène sans effet, efficace, l’absence de musique, les couleurs froides, tout concorde pour nous capter de bout en bout.
 
Un film à voir avec plaisir et profit.
 
Serge Diaz
Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 12:42

 

Film tourné en Normandie par 4 jeunes cinéastes  L. et Z. Boukherma, M. Gautier, H.P. Thomas

 

Avec Daniel Vannet, Romain Léger

 

Sélectionné à l'ACID au Festival de Cannes 2016, il a été présenté au Festival international du film de La Rochelle

 

 

Argument: à la mort de son frère jumeau, Willy 50 ans quitte pour la première fois ses parents pour s'installer dans le village voisin. Inadapté, Willy part trouver sa place dans un monde qu'il ne connaît pas... 

Willy 1er

On rit un peu pour ne pas pleurer.

 

Le regard bienveillant mais sarcastique quand même sur le principal personnage, déficient physique et intellectuel, évoque du déjà vu. Les documentaires Strip-Tease de Bernard Olivier avaient ouvert la route dans le genre “incroyable mais vrai”, au grand public.  Bernard Dumont avait signé un film fort avec “l’Humanité”.

 

Dommage que ces jeunes réalisateurs aient copié sans gêne la scène du rodéo à cyclomoteur. Sujet facile et accrocheur; ne sont pas les frères Dardenne qui veut !

 

Et tant qu'à montrer la misère sociale et son corollaire la grande misère culturelle, il vaudrait mieux essayer d’inventer.

Espérons qu’après ce premier essai les co-auteurs de ce film moyen aux bonnes intentions sans doute, sortent des sentiers battus.

 

Je n’ai plus l’âge de rigoler sur la misère du monde, et comme Aragon “vous regarder pauvres gens m’arrache l’âme”.

Laissons aux jeunes, peut-être, le plaisir d’en rigoler...

 

Serge Diaz

 

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 14:40

Documentaire réalisé par Ruedi Gerber (Suisse) 

Anna Halprin et Rodin: voyage vers la sensualité

Le cinéaste suisse Ruedi Gerber qui suit Anna Halprin depuis une trentaine d'années, l'a filmée au cours d'une mise en scène avec sa troupe Sea Ranch Collective, sur une plage de  Californie. Cette chorégraphe née en 1920 qui certes n'a pas inventé comme Merce Cunningham ou Lucinda Childs de nouvelles formes de mouvements, fait partie de ceux qui inventèrent non pas des gestes, mais des corps : non pas une écriture, mais des réceptacles à celle-ci; d'où le choix des sculptures de Rodin chez qui elle retrouve cette "même volonté d'exprimer une vérité venant de l'intérieur"

 

Nonagénaire encore ingambe (il faut voir son corps en reptation sur le sable et ses mains qui le lacèrent à la recherche de..ou ce jeté dans l'espace) l'œil vif, la peau ridée mais non parcheminée, Anna Halprin explique commente sa démarche, suggère une piste de réflexion tout en corrigeant parfois une position du buste ou de la hanche le mouvement des bras (comme dans un masterclass): le mouvement apparemment "figé" gravé à jamais dans le marbre doit servir de modèle au danseur qui lui donnera ainsi une seconde Vie. Anna Halprin invite ses élèves/danseurs -non professionnels- à opérer d'abord un voyage intérieur avant de faire jaillir une sensualité jusque-là inconnue. Les rochers bien vite vont se muer en blocs de marbre d'où surgira la figure expressive du baiser, de la source, du penseur, de l'âge d'airain, de l'amour debout, etc. Sculptures vivantes, les danseurs évoluent seuls ou en duos, souvent nus ce dont témoigne la "représentation" (dernière partie du film) donnée en pleine forêt face à un public debout et admiratif comme médusé! Une performance (sens artistique) un art de l'éphémère au service d'une approche tout à fait singulière de la danse

 

On devine la vigilance de Ruedi Gerber quand sa caméra attend le moment de grâce enfin conquise, le capte pour l'immortaliser en plans moyens le plus souvent (tout comme Anna Halprin invitait chaque danseur à mobiliser ses forces vives jusqu'à la capture de l'INSTANT). En revanche on comprend moins qu'au montage il ait jugé pertinent de mettre systématiquement en parallèle la position d'un danseur et la sculpture de Rodin qui a servi de modèle; ce va-et-vient entre l'intérieur du Musée (Paris)  et l'extérieur d'une plage californienne, entre la figure sculptée et le danseur "vivant" momentanément figé, est par trop "didactique" et frise l'artifice

 

Colette Lallement-Duchoze

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 08:03
Moteur:  les festivals de cinéma de Rouen

Les 6 festivals se fédèrent (et d’autres nous rejoindront) pour parler d’une voix commune à nos interlocuteurs institutionnels et privés et affirmer qu’il se passe beaucoup de choses autour du cinéma d’art et d’essai à Rouen.

 

La soirée aujourd’hui est gratuite et ouverte à tous.

 

 

Moteur défend le cinéma en tant qu'art

 

Moteur  fédère 6 festivals qui dans un souci de non concurrence se concertent pour un calendrier harmonisé et partagent des informations sur les différentes programmations

 

Moteur  valorise la diversité cinématographique à Rouen et le dynamisme de ses différents acteurs locaux

 

Moteur  favorise les croisements entre ses différents publics partenaires et bénévoles afin d'élargir le rayonnement des festivals de cinéma sur le territoire

 

Moteur  aide à la visibilité, à la communication, à la diffusion des festivals de cinéma

 

Moteur  vise à créer une entraide entre les festivals adhérents, des coopérations, des partages de moyens et de compétences

 

 

 

Moteur:  les festivals de cinéma de Rouen
Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 06:59

de Todd Solondz (USA)

avec Ellen Burstyn, Kieran Culkin, Julie Delpy, Danny De Vito, Greta Gerwig, Tracy Letts, Zosia Mamet

 

Prix du  jury festival de Deauville

Le teckel

Un hymne dédié au teckel l'inscrit dans la vaste épopée des héros. Nous le voyons de profil arpenter l'écran traverser les paysages les saisons et les âges (comme s'il passait d'une vignette à l'autre sur une planche de BD) alors que retentit la "complainte" sur un air country. (cela sert de raccord entre deux sketches).

Ligne majestueuse d'un animal quasi hiératique -mais qui n'en reste pas moins une "saucisse"- ce personnage éponyme (cf le titre) sert en fait de miroir ou de contrepoint.

Lui qui est "en quête de foyer" va côtoyer un enfant rescapé d'un cancer, abîmé par la chimiothérapie (Keaton Nigel Cooke) une vétérinaire un peu nunuche éprise d'un drogué (Greta Gerwig) un prof de cinéma, scénariste "raté" qui est la risée des jeunes étudiants (Danny De Vito) et une octogénaire en phase finale (Ellen Burstyn). L'animal "adopté" est le compagnon idéal pour ces âmes solitaires ou ces désillusionnés de la vie. Et l'on devine l'empathie du réalisateur pour ces "personnages" dont il ne se moque jamais même quand leurs répliques ou leurs comportements frisent le ridicule. Mais ils évoluent dans un environnement tel que le spectateur assiste en fait à une comédie grinçante, macabre aussi (dont témoignent la "circularité" du film et la prégnance de la mort); le ton est souvent corrosif acide (tout comme les couleurs du costume de ce peintre qui rêve d'être Damien Hirst tout en le conspuant; et l'épilogue lui "donnera raison"; belle pirouette finale où le teckel réapparaît post-mortem dans une "oeuvre d'art" vivante; double ironie du réalisateur)

La caméra souvent fixe capte par petites touches une ambiance une pose une attitude; ainsi au début c'est un univers bourgeois corseté dans ses meubles comme dans son idéologie de l'exclusion; le teckel offert à l'enfant malade doit rester encagé; mais l'enfant prendra sa revanche: il saute -filmé au ralenti- sur les plumes d'oreiller; les parents suivent à la trace les plaques de diarrhée pour les nettoyer -long travelling latéral audacieux qu'accompagne la musique de Debussy- avant d'opter pour la "solution finale"... mais l'assistante du vétérinaire s'en empare  in extremis...

Souvent les "couleurs" choisies sont en contradiction flagrante avec les propos: le pastel flatteur du début est celui des cages de la SPA; les couleurs vives de la maison ou de la voiture (épisode I) maquillent la noirceur des propos de la mère (Julie Delpy) qu'elle profère avec naturel Ou tout au contraire elles accentuent certains traits de caractère ou certains travers ainsi les converses jaunes et les lunettes à monture verte de la vétérinaire (sketch II)

Avec un "humour frontal" qui lui est propre, Todd Solondz signe là une fable/comédie singulière à ne pas rater!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Le teckel
Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 09:20

Documentaire de Bertrand Tavernier

 

Présenté à Cannes dans la sélection Cannes Classic (évoluant comme chaque année en dehors de toute actualité et esprit de compétition)

Voyage à travers le cinéma français
Un régal !!!
 
Merci Bertrand Tavernier d’avoir mis tout votre talent de cinéaste et d’érudit du cinéma, à nous offrir ce travail si distrayant, si finement pédagogique, si captivant, comme un grand chef nous présenterait le nec plus de sa cuisine sous forme de petits mezzés dont on savoure chaque plat.
 
Les nombreuses anecdotes, le ton léger et bienveillant plein d’humour aussi de Tavernier, nous font passer avec bonheur, sans ennui aucun, ces 3 h15 qu’on appréhendait pour leur durée 
Les extraits  et le commentaire qui les accompagne sont une synthèse de ce cinéma français des années 30 à 70 qu’on adore et c’est une chance de voir défiler avec intelligence ces images sublimes, ces dialogues immortels, qui nous ont fait rire, pleurer et rêver.
D’ autres qu’on découvre avec un tel plaisir !
 
En somme, ce documentaire est un magnifique hommage au cinéma pour les cinéphiles et bien au-delà.
Il nous donne envie de voir et re-voir dans les salles obscures tous ces chefs-d’œuvre du cinéma français, amours partagés, passion récompensée
 
Serge Diaz

 

Oui une invitation au voyage 
Cette remontée dans le temps est avant tout remontée dans la mémoire du réalisateur 
c'est pourquoi certaines questions lors de la rencontre lundi 17/10 étaient malvenues; on a déploré que... 
Sachons gré à Bertrand Tavernier d'avoir été notre guide dans ce déroulé qui est aussi un phrasé, d'avoir rendu hommage à tous ceux qui restaient dans l'ombre (compositeurs monteurs par exemple) même si et surtout si nous ne partageons pas les mêmes amours

Colette 21/10/2016

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 15:45

De Paul Vecchiali 

 

Avec le réalisateur et Pascal Cervo, Annie Cordy, Françoise Lebrun, Françoise Arnoul, Edith Scob, Mariane Basler, Catherine Deneuve Mathieu Amalric

 

Présenté à Cannes Hors Compétition

Argument:  Laurent cherche sa voie, ayant vécu son enfance et son adolescence dans la paresse. Il traverse des moments conflictuels avec Rodolphe, son père : l'un et l'autre sont trop émotifs pour s'exprimer leur tendresse. Rodolphe, autour duquel gravitent les femmes de sa vie, n'a qu'une obsession : retrouver Marguerite, son premier amour..

Le Cancre

 

2 heures d’ennui mortel à devoir supporter l’égocentrisme pathétique d’un vieux réalisateur de 86 ans qui n’a pas compris que faire le film de trop en fin de carrière pouvait briser son image de marque.

Aucun intérêt à regarder mal jouer Paul Vecchiali omniprésent sur des images sans qualité. Quelques tentatives d’humour qui tombent à plat au milieu d’un océan de triste monotonie sans poésie aucune.

S’entourer de bons acteurs ne suffit pas, il arrive même à faire mal jouer des acteurs de renommée comme Edith Scob, tant sa direction d’acteurs est empesée, sans originalité, avec des dialogues auxquels personne n’accroche, pas plus les acteurs que le spectateur.

Et pourtant le sujet était attirant !

 

Vite allez voir le film d’à côté.

 

Je suis parti 30 minutes avant la fin en me disant que ça ne servait à rien de me punir davantage.

 

Serge Diaz

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche