Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 22:18

  

Donoma un film Djinn Carrénard

donoma.jpgSynopsis : Une enseignante s’engage dans une relation ambiguë avec le cancre de sa classe de lycée professionnel ; une jeune femme déçue en amour décide de court-circuiter tous ses critères conscients et inconscients de choix, en sortant littéralement avec le premier venu ; la dernière histoire met en scène une jeune fille agnostique qui va être amenée à se poser des questions sur la religion chrétienne. Elle va au cours de son questionnement rencontrer un jeune homme un peu marginal et très croyant. Toutes ces histoires se croisent sans s’influencer, et trouvent une symbolique dans le lever de soleil qui donne son nom au film : Donoma (Le jour est là).

 

Ma critique : Les médias ont présenté ce film comme un film Ovni car fait avec 150 euros pour la petite histoire. J’ai été très surprise par l’audace, l’énergie, la poésie et l’ingéniosité que recèle  Donoma. Je ne me suis pas ennuyée sur les 2h13. On y suit trois intrigues mêlant une douzaine de personnages.

 Certes, il en résulte une image pas souvent bien cadrée, floue, un montage chaotique, des écrans noirs et un son imparfait. Les sous-titres attirent l’œil avant qu’on n'y fasse plus attention pour se concentrer sur l’histoire et le jeu des acteurs et finalement, ils nous aident aussi pour passer le barrage du langage saccadé des personnages  comme dans l’ « Esquive ». Oui j’ai pensé aussi au film d’A. Kechiche. C’est un jeu d’amour et de hasard. Ici se déploie un véritable chassé-croisé de sentiments refoulés et pris au piège, des déclarations d’amour naïves, la recherche d’une âme-sœur spirituelle ou fraternelle et les premiers  désirs sexuels déclenchés par idéalisme rebelle ou conformisme social.

Tous les moyens financiers et techniques qui manquent sont remplacés par des moyens de créativité. Les femmes ont la part belle dès le début. Elles ont l’ascendant mental sur des personnages masculins perdus et faibles dans des scènes crues et sans complexité avant que les choses ne se retournent contre elles. Les hommes sont mis à nu sous toutes les formes. Les systèmes de déclaration (la prof qui raconte son rapport ambigu avec son élève à la légère à ses copines, la mystique qui se dévoile à sa psy, la photographe qui fait la voix-off d’une relation muette dont elle établit elle-même les règles) permettent d’approfondir le traitement de chaque histoire.

Donc c’est un vrai tissage tragi-comique, intelligent et le tout en fait un film très solide malgré une pointe misogyne au final.

Béatrice Le Toulouse

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:52

documentaire de Christian Rouaud

 


 

tous au larzacSynopsis :Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’Etat, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux. Tout commence en 1971, lorsque le gouvernement, par la voix de son ministre de la Défense Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Radicale, la colère se répand comme une trainée de poudre, les paysans se mobilisent et signent un serment : jamais ils ne cèderont leurs terres. Dans le face à face quotidien avec l’armée et les forces de l'ordre, ils déploieront des trésors d’imagination pour faire entendre leur voix. Bientôt des centaines de comités Larzac naitront dans toute la France... Dix ans de résistance, d'intelligence collective et de solidarité, qui les porteront vers la victoire.

 

 

avis de spectateurs (trices):

 

Entre 1972 et 1981, un bras de fer a opposé le gouvernement qui voulait étendre le camp militaire du Larzac et les paysans opposants à cette extension qui les aurait obligés à partir. Par un concours de circonstances, cette affaire  a acquis une résonance nationale et politique  dépassant largement l'enjeu local. 
Le documentaire  mêle documents d'archives et interviews actuelles des habitants du lieu ayant  vécu les évènements  . 

On est subjugué des trésors d'imagination, de persévérance et de solidarité dont ont fait preuve ces agriculteurs  qui ont su en même temps garder la main sur les décisions. 
Cela éclaire d'un jour nouveau cette histoire qui à l'époque apparaissait  comme une suite de manifestations antimilitaristes  et antigouvernementales. 
On sourit souvent, on est ému parfois. on ne s'ennuie pas !

 

Isabelle Lepicard

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:35

intouchables.jpgSynopsis
A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis de spectatrices:

 

 

C'est l'histoire de la rencontre et de l'amitié d'un richissime tétraplégique et d'un jeune noir des banlieues.
Inspiré d'une histoire réelle, ce film dégouline de bonnes intentions; il est d'une démagogie écœurante.
on sourit parfois et les acteurs sont bons mais vraiment cela ne vaut pas deux heures dans le noir;
pour être honnête : des spectateurs ont applaudi .. mais d'autres sont sortis avant la fin.

 

Isabelle Lepicard

 

 

 

C'est effectivement facile.

Les situations sont caricaturales, les niveaux de classe franchement opposés mais la mayonnaise prend parce que les acteurs sont bons!

Les défenseurs de ce film s'appuient sur le fait que c'est une histoire vraie.

Si on y va pour se distraire on passe quand même un bon moment.

 


 

hasta-la-vista.jpgDans le même registre ( comédie...mais pas seulement...avec des handicapés) j'ai vu en avant première à Arras un film belge de Geoffrey Enthoven "Hasta la vista" .

Je l'ai trouvé bien meilleur, je vous conseille de guêter la sortie:

 

Jacqueline Marro

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:29

la-source-des-femmes.jpgSynopsis
Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l'eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l'amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis de spectatrice:

 

 

J'y suis allée sceptique  tant les critiques avaient éreinté ce film. "simpliste" "manichéen" ...
des femmes maghrébines ou turques (on ne sait pas) doivent gravir la montagne à pied pour aller chercher  l'eau nécessaire à la vie quotidienne.   Pour obtenir des hommes que l'eau soit amenée au village, elles décident de faire la grève du sexe.
Construit à partir d'un fait divers réel, ce film nous montre  des paysages magnifiques, des personnages attachants, la vie d'une société rurale et l'emprise de la tradition et de la religion Certes certains hommes sont caricaturés (tant que ça ?)  c'est justement le bel instituteur qui est amoureux de la plus rebelle....
 mais on se laisse prendre, c'est drôle par moment. les relations entre les femmes sont très bien rendues.
en somme c'est un film optimiste. bien filmé et bien joué ce qui ne gâte rien.
j'y ai pris un grand plaisir.

 

Isabelle Lepicard

 

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 11:16
festival-amiens.jpgUn Bon Festival pas trop loin qui commence.
Une belle compétition et la venue du réalisateur iranien Mohammad Rasoulof le 18 novembre
Cordialement
Béatrice

http://www.filmfestamiens.org/
Repost 0
Published by cinexpressions - dans Festivals
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 11:07

Poulet aux prunes de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud

 

poulet aux prunesSynopsis : Téhéran, 1958. Depuis que son violon tant aimé a été brisé, Nasser Ali Khan, un des plus célèbres musiciens de son époque, a perdu le goût de vivre. Ne trouvant aucun instrument digne de le remplacer, il décide de se mettre au lit et d'attendre la mort. En espérant qu'elle vienne, il s'enfonce dans de profondes rêveries aussi mélancoliques que joyeuse, qui, tout à la fois, le ramènent à sa jeunesse, le conduisent à parler à Azraël, l'ange de la mort, et nous révèlent l'avenir de ses enfants... Au fur et à mesure que s'assemblent les pièces de ce puzzle, apparaît le secret bouleversant de sa vie : une magnifique histoire d'amour qui a nourri son génie et sa musique...

 

 

Avis de spectatrice:

 

Disons-le sans ambages, ce film ne m'a pas "emballée"
 
Certes il s'agit d'un "conte", et comme tous les contes surtout "persans", il se prête à une lecture plurielle, satisfaisant ainsi les goûts du plus grand nombre: le merveilleux, le mélange burlesque/drame ou grotesque/sublime, le questionnement philosophique, l'ancrage politique ou historique (ici le film se situe au moment du coup d'Etat du général Zahedi; le passé restitué par flash back est celui de la monarchie;  l'héroïne s'appelle Irane: l'amoureuse perdue devient ainsi l'allégorie du pays perdu )
 
Certes les acteurs ont été sélectionnés parmi les "meilleurs"; l'épithète est de Marjane Satrapi qui affirmait aussi que "seul Mathieu Amalric avec ses yeux, son regard unique, pouvait incarner le violoniste virtuose réduit au silence, et dévoré de mélancolie. Je voulais des acteurs qui composent, qui ne ressemblent pas à leur image: Edouard Baer a donné de la profondeur au rôle de l'Ange de la Mort. Avec lui ce fonctionnaire de Dieu devient sympathique, plein de compassion à l'égard de ses clients. Jamel Debbouze est délicieux. Quant à Maria de Medeiros son talent la porte à toujours chercher des films risqués". Dont acte.
 
Certes la construction avec éclatement de la chronologie est intéressante: le film est découpé en journées avec allers et retours entre passé et présent; la narration peut anticiper sur le futur des deux enfants de Nasser Ali, le violoniste, que lui-même est censé ignorer puisqu'il a décidé de se laisser mourir…Des épisodes qui ont marqué son cursus reviennent à différents moments dans le film: d'abord mentionnés, ils seront "amplifiés, illustrés", à la manière de variations. Ou encore une même scène sera répétée mais selon un point de vue différent (la querelle conjugale, la rencontre avec Irane par exemple).
 
Je ne conteste pas le choix des auteurs "le film est fait 100 % en studio, et puisque Vincent et moi, nous adorons l’esthétique des années 1950, tous ces films qui nous ont fait rêver, et que l’histoire, ça s’est passé dans les années 1950, on avait envie de reproduire ces décors du cinéma qui nous ont fait rêver. Donc, voilà. C’est fait à 100 % en studio, avec deux minutes d’animation dedans"(Marjane Satrapi)
 
Et pourtant! !! Déception assurée! Est-ce le genre hybride? Est-ce le souvenir encore prégnant de "Persepolis"? En tout cas on a trop souvent l'impression qu'avoir remplacé les "mines de crayons" (Poulet aux prunes s'inspire d'une BD de l'auteur) par de "vrais" visages, fait que ce film "ressemble plus à la projection sur grand écran de vignettes de bande dessinée que Persepolis. On croirait lire la recette de Poulet aux prunes sans pouvoir savourer le plat (propos de Thomas Sotinel auxquels je souscris volontiers)
 
Colette Lallement-Duchoze

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 18:36

festival-arras.jpgUne idée pour le week end du 11 novembre: découvrir ( ou re...) le Pas de Calais en allant au festival du cinéma d'Arras au programme alléchant.

 

lien:  http://www.plan-sequence.asso.fr

Repost 0
Published by cinexpressions - dans Festivals
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 10:32

 Synopsis de ce film d'amour muet:

the-artist.jpgHollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

 

Date de sortie : 12/10/2011
Un film de : Michel Hazanavicius
Avec : Bérénice BejoJean DujardinJohn Goodman...

 

 Avis de spectateurs ( trices):

 

"The artist" met en scène l'impossibilité pour un acteur du cinéma muet de passer au parlant. 
Avec beaucoup de sensibilité, il nous dépeint la chute d'un homme qui jouissait de toutes les faveurs du succès. 
L'image est très belle, Jean Dujardin remarquable, le chien époustouflant.
allez y ! 
Isabelle Lepicard. 


Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 11:33

Dans le cadre du mois du documentaire à Mont Saint Aignan à l'Ariel ce week end:

 Festival  France Terre d'Asile


programme:

  http://www.montsaintaignan.fr/images/stories/Ariel/ariel_nov_prog.pdf

Repost 0
Published by cinexpressions - dans Ciné club
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 11:00

De Bertrand Bonello

Avec Hafsia Herzi (Samira) Céline Sallette (Clotilde) Adèle Barnol (Madeleine) Noémie Lvovski (Madame) Xavier Beauvois  Jacques Nolot etc 

Costumes Anaïs Romand

apolonide

 

Ceci est un billet d'humeur; (ou mes réponses à des critiques lues et/ou entendues…)

 

  1. 1)"ce qui manque en définitive à ce film c'est un scénario
  2. Affirmation péremptoire qui pose –en filigrane- la question "qu'est-ce qu'un scénario?" C'est "un document narratif décrivant ce qui sera tourné; comportant les dialogues il se différencie du découpage par sa forme littéraire et par le fait que le récit y est fragmenté en scènes, non en plans". (définition dictionnaire du cinéma). Apollonide est un film structuré en deux parties annoncées par des encarts -qui renvoient à deux moments dans le passé: fin XIX° siècle et début XX° siècle. Le titre "souvenirs de…" suppose que le point de vue sera rétrospectif. C'est celui de Madeleine (surnommée la Juive) la femme "qui rit" –rictus cicatriciel suite à une mutilation sciemment infligée par "l'amant de coeur". Certes à l'intérieur de ces parties va-et-vient récurrents entre le moment présent et le passé plus ou moins proche, entre le vécu et le "fantasmé"; mais ici la frontière est si ténue que les deux "mondes" s'interpénètrent aisément…et si le fil conducteur était cette parole (empruntée à Henri Michaux) prononcée par une prostituée "si nous ne brûlons pas comment éclairer la nuit"? J'invite ces prétendus critiques à se procurer dare-dare script, synopsis ou pitch du film…

 

2)"la scène de la mutilation revient trop souvent"

Si la scène est "montrée" plusieurs fois dans le film, bien se rappeler qu'elle obéit à une chronologie inversée. D'abord le cri et un plan sur le visage ensanglanté; puis les étapes à rebours qui ont conduit à ce "rite sacrificiel" (geste très "méthodique" du "bourreau). Une étude plus approfondie analyserait les moments précis où la scène apparaît (voir le scénario)

 

3) "un film trop esthétique"

Certes les cadres, les ambiances recréées, les costumes, les objets, l'architecture de la maison –avec ses couloirs, son salon, ses escaliers, etc.- et jusqu'à la présence d'une panthère sur un divan contribuent à faire de L'Apollonide un film très esthétique. Et chaque spectateur avec ses schémas culturels conscients ou inconscients y reconnaîtra Baudelaire (languides ou flamboyantes voluptés, morsures sacrées de la Chair, etc.) Courbet (l'origine du monde) Manet (l'Olympia) mais aussi Fernand Khnopff (la caresse). Après tout Bonello ne nous invite-t-il pas à voyager avec les artistes du XIX° siècle? Jeux d'oppositions aussi entre les femmes aux visages démaquillés, aux corps quasi dénudés en combinaison blanche et les mêmes fardées, toilettées, parées, parfumées pour accueillir les clients. Film esthétique mais non esthétisant.

 

4)"un film nostalgique sur les maisons closes"

Comme dans "le pornographe" ou "Tirésia" Bonello se refuse à tout jugement moral. L'arrivée d'une jeune fille, Pauline, dans ce monde clos, permet au réalisateur d'évoquer la condition de ces femmes recluses et condamnées à l'être –ne serait-ce que par l'énormité de leurs dettes. La scène d'auscultation, la lecture d'un texte d'anthropométrie, le cas de syphilis  en disent long sur le statut des incarcérées du plaisir vénal. La cicatrice sur le visage de Madeleine ne suffirait-elle pas à elle seule à invalider la critique formulée?

 

5)les larmes de sperme sont d'un grotesque…"

Rappelons que dans un premier temps Madeleine dit avec émotion –à son amant- la fulgurance du désir, du plaisir qui a envahi tout son corps (et "mes yeux pleurent le sperme"); un plan montrera ces pleurs (mais n'est-ce pas le rôle de l'image de montrer ce qui est dit?)

 

 

Colette Lallement-Duchoze

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche