1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 10:08

 

 

Malgré la fermeture des salles de cinéma, l’Académie des César est heureuse de présenter 3 des 4 courts métrages nommés au César du Meilleur film d’Animation et les 5 courts métrages nommés au César du Meilleur Film de Court Métrage, diffusés en accès libre sur le site de l’Académie du 1er au 8 mars

 

 

https://www.academie-cinema.org/evenements/les-courts-metrages-2021/

 

www.academie-cinema.org

 

 

Courts métrages César en accès libre du 1 au 8  mars

la cérémonie sera diffusée le 12 mars en direct et en clair sur Canal+

MEILLEUR FILM DE COURT MÉTRAGE  

  1. L’aventure atomique

  2. Baltringue

  3. Je serai parmi les amandiers

  4. Qu’importe sir les bêtes meurent

  5. Un Adieu

Courts métrages César en accès libre du 1 au 8  mars

MEILLEUR FILM D’ANIMATION

 Pour le court métrage

  1. Bach-Hông

  2. L’heure de l’Ours

  3. L’odyssée de Choum

  4. La tête dans les orties

Courts métrages César en accès libre du 1 au 8  mars

Partager cet article
Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 07:08
 
 


E-DIFFUSION FILM D'ATELIER
 

Pour cette deuxième semaine , nous vous proposons le film d'atelier Tronches de vie réalisé par 8 personnes atteintes de la sclérose en plaque ou porteuses d'un handicap et accompagné de l'intervenant artistique Sven Laurent.
ce court métrage est un petit moment de partage, de joie et de bonne humeur.

Ce film sera visible gratuitement pendant 7 jours, dès aujourd'hui, sur notre site internet.


MARDI 23 FÉVRIER
 

TRONCHES DE VIE
Film écrit et réalisé par Christine Dufour, Pierre-Michel Domarclino, Nadège Delaune, Aurélie Gemin, Sabrina Mariette, Sandra Lenesley, Léa Chevreuil, Elodie Thouan

Intervenant artistique : Sven Laurent

Synopsis : Pierre-Michel, Christine, Aurélie, Sandra, Nadège et Sabrina ont tous un point commun : leur sourire et du soleil plein les yeux... Elodie et Léa qui les accompagnent au quotidien nous font partager leurs rêves et leurs passions... leurs tronches de vie.

 


Retrouvez toute l'actualité sur normandieimages.fr
 

SUIVEZ-NOUS SUR :

 

115 boulevard de l'Europe 76100 Rouen FR


Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 08:25

documentaire de Andréa Santana  et Jean Pierre Duret (Brésil 2020)

 

Compétition internationale Festival Poitiers "filmer le travail" 

à voir sur  enligne.filmerletravail.org

Le Rio São Francisco baigne les terres semi arides du Sertão brésilien. Il est aujourd’hui très affaibli par la déforestation de ses berges et la surexploitation d’une agriculture intensive. La vie de ceux qui habitent ses rives est en grand péril.

Rio de Vozes

 

"Nous filmons le Rio Sao Francisco qui au mitan de son parcours baigne les terres assoiffées du Nord-este Brésilien, nous filmons son peuple, pêcheurs, pêcheuses, petits paysans, enfants, animaux, arbres, végétation, les voix multiples de ce grand fleuve. Le Rio les fait vivre, malgré les sécheresses de plus en plus importantes, la déforestation massive des berges au profit d’une agriculture industrialisée, qui accapare toute l’eau et la pollue par les énormes quantités de produits chimiques nécessaires aux plantations de millions de manguiers, et dont les fruits sont exclusivement destinés à l’exportation. Ce même cycle inéluctable raréfie les différentes espèces de poissons, empoisonne l’eau, de tous temps bue par les riverains. La monoculture désapproprie les petits paysans et entraîne le travail esclave.

Tout est lié. Nous filmons des visages, des regards, des barques, au fil de l’eau, ce peuple du fleuve qui nous donne une leçon de vaillance, de courage et d’intelligence, de patience et d’optimisme. Le dur travail, la beauté des gestes, « la pêche existe depuis le commencement du monde », mais aussi l’amour pour cette terre, son âme souriante et joyeuse, ses légendes. Ils, elles sont orgueilleuses de leur histoire et de leur identité. « On doit être fières de ce qu’on est », répété comme un mantra, pour reprendre pied devant soi et les autres, pour ne plus se laisser dominer. « Plus nous sommes incultes, plus ils sont contents ». « Sans le Rio, nous sommes comme des poissons hors de l’eau et s’il venait à disparaître, notre vie s’en irait avec lui ».

Ils luttent pour leurs enfants, avec leurs enfants, pour que ce sol ensanglanté du Nordeste, le Sertao, devienne une nouvelle terre où leurs racines anciennes pourront à nouveau retrouver vigueur.

Les pierres qui affleurent au lit du fleuve témoignent de son assèchement progressif mais lui aussi, parfois encore, pourrait rugir de colère ».

Andréa Santana Jean Pierre Duret

 

Rio de Vozes
Partager cet article
Repost0
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 07:29

Documentaire d'Inês Gil (Portugal 2019)

 

Présenté en compétition internationale,  festival  "filmer le travail" Poitiers février 2021 

à voir sur enligne.filmerletravail.org

 

Portrait d’une tannerie dans la campagne portugaise et de ses ouvriers. Le film suit Carla et Lucia, deux seules ouvrières restantes après le départ de Patricia, dont la disparition alimente de nombreuses conversations. Son départ est devenu comme une métaphore du destin de l’usine après la crise économique qui s’est abattue sur le pays.

Curtir a pele

Une femme regarde son visage dans le miroir, le scrute puis elle brosse ses longs cheveux qu’elle lisse et noue en queue de cheval. Toilette matinale avant de se rendre au travail. C’est la scène d’ouverture. Une femme se douche;  en très gros plan voici  son bras et son avant-bras qu’elle savonne, frictionne, rince,  alors qu'une glace embuée  reflète son visage. C’est la scène qui clôt le film.

Une construction circulaire liée à la dynamique du temps dans ce qu’il a de répétitif dans la durée et dans le frémissement inexorable de la vieillesse ? Volonté de mettre en exergue le rôle éminent des femmes dans leur métier et leur quotidien ? Effets spéculaires liés à la déclinaison sémantique du terme  "peau" ? (qui déjà affleure dans l’ambiguïté de la traduction française « sauver sa peau ») Oui il y a tout cela dans le documentaire d’Inês Gil

 

Peaux de ces animaux qui arrivent directement des abattoirs ; masse compacte colorée qui semble respirer encore l’odeur du sang et de la mort ! Peaux dont les différentes phases de traitement  exigent des ouvriers une attention soutenue (risques d’accidents mécaniques sur certaines machines). Le travail ingrat et délicat (odeurs méphitiques, produits toxiques), la caméra d’Inês Gil le restitue avec justesse par des plans rapprochés où l’ouvrier et la machine ne font plus qu’un, par de gros plans sur des gestes ou les rouages de machines,   par des vues en plongée sur l’étirage des peaux déjà teintes, par ces ambiances sombres qui font de la tannerie une sorte d’antre et par ces témoignages (enregistrés, ils jouent le rôle d’une bande-son plus éloquente que n’importe quelle musique ; ainsi alors que nous voyons tel ou tel ouvrier à la tâche nous entendons simultanément ses propos).

 

Voici Carla et Lucia  -nous les verrons sur leur lieu de travail et dans leur intimité familiale- les deux seules ouvrières restantes après le départ de Patrizia (cette jeune femme qui a devancé l’échéance d’une fermeture en s’expatriant en Suisse avec son amoureux ! Patrizia une absente présente dans des discours moqueurs ou pleins de rancœurs ? Il faudra attendre ce plan- séquence où ses parents filmés en frontal dans leur cuisine disent leur désarroi de n’avoir pu être « présents », eux qui devaient trimer …)

La documentariste alterne scènes à l’intérieur de la tannerie et scènes familiales. Intérieurs et extérieurs. Un travail étonnant sur les lumières. Repas en famille et confidences ? Et  voici tout un pan du passé -individuel et national- qu’exhument un album de famille ou des souvenirs. Travail domestique -basse-cour, porcs- ou osmose avec le monde animal ? Les personnes ne sont pas dupes (on caresse son coq mais « en même temps » on lui susurre « bientôt tu passeras à la casserole » on caresse sa truite mais on sait que la  mort  l’attend, inéluctable! )

Le contraste est étonnant entre les peaux que l’on caresse et les peaux lambeaux que l’on va traiter, Contraste entre Vie et Mort.!

Et pourtant  le  silence semble vibrer  d'un  hymne à la Vie! 

Voici un chat que l'on câline, que l'on sustente:  c'est le seul animal vivant à l'intérieur de la tannerie! 

 

Un documentaire tout empreint de beauté et d'humanité!

« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »

 

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 06:16

 

 

La 12ème édition du festival international Filmer le travail se tiendra à Poitiers du 19 au 28 février 2021 et aura pour thématique centrale et transversale l’éducation, reliée à la question du travail, de la transmission, de l’émancipation. Autour de ce fil rouge se déclineront de nombreux événements : une rétrospective de films traversant les époques et les genres, une programmation jeune public, des conférences et rencontres portées par des chercheurs/euses, des podcasts, un journal du festival, etc… mais aussi la compétition internationale de films documentaires, une occasion unique de découvrir le regard singulier de cinéastes du monde entier sur le travail.

 

Le festival se tiendra exceptionnellement en ligne et sera accessible gratuitement sur enligne.filmerletravail.org à partir du vendredi 19 février.

 

 

 
 
                          DÉCOUVRIR LE PROGRAMME !
Festival filmer le travail (19-28 février 2021)

                                             Journal d'un maître d'école dimanche 21 à 16h

Partager cet article
Repost0
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 13:37

Docufiction de Radu Jude (2020) Roumanie 

avec Serban Lazarovici (Mugur Calinescu) Ioana Jacob (la mère) Bogdan Zamfir (agent de sécurité) 

 

Listapad 2020 : sélection en compétition internationale

Black Movie 2021, festival de films indépendants de Genève : sélection en section War Zone

 

à voir sur MUBI

1981 : on découvre des inscriptions à la craie -en majuscules- sur des panneaux de chantier à Botosani , prônant la LIBERTE. Enquête. Arrestation du coupable : un jeune homme de 16 ans Mugur Calinescu... Celui-ci le paiera de sa vie quelques années plus tard (mort en février 1985 à 19 ans) dans des circonstances peu claires

Uppercase print

Adapter la pièce de théâtre documentaire de Gianina Carbunariu?

La scène de Uppercase print est un décor de studio télévision les acteurs impassibles et comme figés "récitent" les dépositions faites à la Securitate ; ils sont filmés soit en frontal soit face à face avec parfois de gros plans sur leurs visages (ils interprètent la mère, le père, le jeune Mugur, ses camarades de classe, les professeurs, les agents de la Securitate, entre autres). Acteurs désincarnés soucieux de "respecter"  l’intégralité de leur texte. Texte qui nous immerge dans l’intimité d’un jeune de 16 ans, dont les  "idéaux" vont être broyés, -certaines  didascalies lues avec une distance impassible pourraient faire froid dans le dos. Un texte qui illustre aussi une forme de paranoïa collective (la séquence du conseil de discipline où les professeurs d’abord filmés de dos, assis sur les bancs d’élèves, puis se tournant face à la caméra dénonçant l’un après l’autre le crime passible de châtiment, par exemple)

 

Or ces "témoignages" - déclarations écrites et récitées aujourd’hui- sont entrecoupés d’images d’archives (la plupart en noir et blanc) louant les bienfaits du socialisme de Ceausescu - vertus de l’éducation, croissance économique et fierté d’appartenir à la mère patrie- images de défilés de gens "heureux", d’ambiances festives; une séquence assez longue est consacrée à  la remise de médailles:   entrepreneurs et industriels serrent la main du "bienfaiteur"; d’autres archives concernent la vie de tous les jours (la façon et le lieu adéquat pour dépoussiérer son tapis, des recettes de moussaka) alors que  les verbalisations pour avoir osé ... klaxonner (ce qui est interdit) signalent la surveillance de la police (secrète ou non).

Un tel montage - confrontation entre deux modes d’écriture scénaristique, entre deux visions d’une même période ancrée dans un réel factuel, (et vérifiable) l’une idyllique (les images de propagande à la gloire de Ceausescu) l’autre illustrant la politique tyrannique et mortifère du régime, et sa forme éclatée- , est à coup sûr original pour interroger un passé que d’aucuns tendraient à oublier ; le regard du cinéaste (rappelez-vous Anferim, Peu importe si l’Histoire nous considère comme des barbares ) est toujours  ironique et sans concession!!

Dès le prologue une scène (réelle? reconstituée?) donne le ton... Voici trois présentateurs de télévision  (années 1980) ils crient   "quand on parle de la valeur de la Roumanie, Ceausescu est dans nos âmes"   Mais brouillage..., une deuxième et une troisième prise..., silence! : il n’y a plus de texte sur le téléprompteur ….Il est en panne....Présentateurs muets ! Le film peut commencer

 

1981 l’épisode de la Clôture, 1982, 1985, Aujourd’hui et 1981 tels sont les cinq mouvements qui scandent la narration. Le premier le plus long insiste sur la monstruosité quasi tentaculaire de l’enquête alors que le deuxième est l'intrusion outrancière dans l'intimité d'une famille. Le troisième 1985 l’année de la mort de Mugur est tout simplement glacial (une mort non élucidée…). Le quatrième (aujourd'hui) donne la parole à tous ceux de la Securitate qui avaient œuvré à l’arrestation puis au « dressage » de Mugur Calinescu.  Jamais on n’utilisait le mot surveillance de la jeunesse mais protection ...l’enrôlement obéit à des lois strictes ; jamais de coercition, place au bon vouloir des jeunes, avant 1964 ce jeune aurait été emprisonné mais Ceausescu lui ne voulait pas de prisonniers politiques » et pendant leurs  "révélations" défilent des images de panneaux publicitaires (Vuitton, poupée Barbie) dans une ville congestionnée par un trafic intense. Pérennité d’une parole officielle dans un contexte prétendu moderne ? Le dernier mouvement (retour 1981) joue le rôle de contrepoint ; il se passe de commentaires. Voici en gros plans (avec zooms sur certains mots) les fac-similés des textes de Mugur passibles du châtiment suprême Le crime ? UN HYMNE A LA LIBERTÉ „Vrem democrație”

 

Un docufiction efficace (même si certains spectateurs en déploreront la longueur! )

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 03:42

Comédie satirique de Matthew Rankin (Canada 2019)

 

Avec Dan Beirne, Sarianne Cormier, Catherine St-Laurent, Mikhail Ahooja. 

 

prix du meilleur premier long métrage canadien au Festival international du film de Toronto 2019 

et  Prix FIPRESCI de la Berlinale 2020

 

à voir sur MUBI

A Toronto à l'aube du XXe siècle, le jeune Mackenzie King rêve de devenir le Premier ministre du Canada. Mais son attirance pour un soldat britannique et une infirmière française, exacerbée par une obsession fétichiste, pourrait bien provoquer sa chute. Dans sa quête de pouvoir, King devra satisfaire les attentes de sa mère impérieuse, les fantasmes bellicistes du gouverneur général et l'idéalisme utopique d'un mystique québécois

The Twentieth Century

Vous aimez la fantaisie ? ce qui est déjanté, loufoque, débridé? Vous appréciez l’humour (québécois) ? Alors ce film va répondre à vos attentes

En effet, dans The Twentieth Century Matthew Rankin tout en respectant une certaine « chronologie » tout en s’inspirant des écrits de Mackenzie King, tout en faisant vivre des personnages réels (Arthur Meighen Albert Harper Joseph-Israël Tarte, Lord Minto) se veut moins biographe que jongleur et contorsionniste de l’image et de la couleur ; et c’est une histoire de l’identité nationale schizophrène qu’il donne à voir à travers le portrait peu flatteur du jeune Mackenzie King (le public canadien sera plus sensible à toutes les allusions c’est évident) avec une distance qui tient à la fois de la blague farcesque et du surréalisme voire de la science-fiction

 

Découpé en 10 chapitres (à la manière d’un album de famille que l’on feuillette ou d’une BD) le film suit les étapes d’une formation, les jeux d’influence -politiques et familiaux-. Voici la jeune Charlotte (tuberculeuse au pavillon des « enfants défectueux ») voici une mère castratrice -interprétée par un homme ..-Louis Negin-, aux pouvoirs divinatoires ; il (elle) est alité(e) et ... cloîtré(e). Le gouverneur fasciste Lord Minto, obnubilé par les Boers qu’il souhaite terrasser, et Joseph Israêl Tarte un gourou interprété par une femme à moustache, les deux comme illustration d’une société clivée?  ; le Dr Wakefield (Kee Chang) et son combat contre l’onanisme du personnage (avec cette image récurrente d’un cactus éjaculatoire qui peut rappeler les garçons sauvages de Mandico). Les rites de passage (massacre de jeunes phoques entre autres) sont autant de « jeux » de concurrence fondée sur l’agressivité

Oui le drapeau de la déception mériterait d’être mis en berne définitivement . Voeu pieux du jeune M King? 

 

Dès le début le spectateur est plongé -pour les scènes en extérieur- dans un univers graphique aux formes géométriques, où l’on passe avec aisance d’un niveau à un autre (horizontal et vertical) ; l’acteur qui interprète M. King (Dan Beirne) est comme un pion sur un échiquier fragmenté dans un infini bleu et opalescent. Et pour les scènes d’intérieur les couleurs dominantes épousent celles des costumes d’époque et des figures en médaillon; les deux personnages qui incarnent la « garde » sont des cyborgs à la voix inhumaine d’outre-tombe (surréalisme et science-fiction). 

 

Un régal que ce "détournement" - "relecture" de l’ascension de Mackenzie King (quand bien même on ignore l’histoire du Canada...)

Un film qui ne se   "décrit" pas (même si -c’est presque un truisme- on assiste à une démystification de la politique comme à un jeu de massacre) tant domine l’étonnante inventivité plastique!

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 12:28


E-DIFFUSION FILM D'ATELIER
 

Nous ouvrons un nouveau chapitre des e-diffusions, celui des films d'atelier d'éducation artistique que nous avons coordonné en partenariat avec différentes structures d'accueil.
Nous vous proposons, pour ouvrir le bal, le film d'atelier Un Printemps pas comme les autres réalisé par les enfants du Service d’accueil de jour EPHETA et accompagné de l'intervenante artistique Marie-Hélène Labat.

Ce film sera visible gratuitement pendant 7 jours, dès aujourd'hui, sur notre site internet.


MARDI 16 FÉVRIER
 

UN PRINTEMPS PAS COMME LES AUTRES
réalisé par dix jeunes de 9 à 15 ans : Abdel Malic, Alfredo, Arvinzaya, Farmata, Jamal Deem, Jamiyanbavu, Olasubomi, Oumo, Raymondo, Tayo.
Intervenante artistique : Marie-Hélène Labat

Synopsis : La crise sanitaire que nous traversons a bouleversé la vie des enfants et des adolescents. Privés du jour au lendemain de socialisation, les plus démunis d'entre eux ont subi une double peine avec la privation des seuls repères stables qui ponctuent leur quotidien.
Qu'ont-ils vécu, comment s'en sortent-ils ?

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 15:39

Titre original Koirat Eivät Käytä Housuja

de  Jukka-Pekka Valkeapäâ  (Finlande 2019)

avec Krista Kosonen, Pekka Strang, Ester Geislerovà 

 

Présenté à Cannes (Quinzaine des Réalisateurs) 2019

 

à voir sur Mubi

Incapable de surmonter la mort de sa femme qui s'est noyée, Juha vit replié sur lui-même depuis 10 ans auprès de sa fille en pleine adolescence. Il rencontre par hasard Mona, une dominatrice SM. Cet homme à la vie rangée prend goût à ces pratiques dans une escalade de violence qui le conduisent dans des états de transe où il parvient à se rapprocher de son épouse. Cette sexualité masochiste et son rapport étrange avec Mona dont il est dépendant le ramèneront vers des émotions qui lui permettront de faire le deuil de sa femme

Dogs Don’t Wear Pants (les chiens ne portent pas de pantalons)

« je n’aime pas l’ordinaire » affirmera  péremptoire Mona

Refus de l’ordinaire aussi dans ce 3ème long métrage du Finlandais Jukka-Pekka Valkeapää. À condition bien sûr d’aller au-delà de ces pratiques BDMS (bondage et discipline sadomasochiste) ou du moins de voir dans leur recours un moyen d’illustrer la dialectique vie/mort. Une dialectique teintée d’humour  (cf par exemple la séquence avec une prostituée où la musique d’Albinoni flirte avec les fragrances d’un parfum, les tentatives avortées de suffocation et les rires narquois de la femme)

 

Tout le film d’ailleurs obéit à un schéma duel. Dualité des couleurs (néons rouges verts, opposés au blanc gris du milieu hospitalier où Juha est chirurgien, ou aux pastels de l’appartement), des ambiances (torride perverse ou glacée) ; dualité jour et nuit ; suffocation et respiration ; douleur et sensualité, violence et bienveillance ; l’eau elle-même est  synonyme de perte (noyade de l’épouse) et de purification (image récurrente de la femme "sauvée" des flots et de la ...mémoire). Jour et nuit. Ambivalence des deux personnages principaux (Mona est physiothérapeute le jour et la nuit s’adonne à tous les sévices sur les mâles en quête de ...Juha est un chirurgien respecté, un père aimant, or une courte scène de masturbation assez « spéciale », dès le début du film,  s’en vient « tordre le cou » à certaines apparences -, une scène qui sert de prélude aux pratiques « dérangées » dont la gradation peut pactiser avec l’insupportable (épisode de la dent arrachée avec comme bande son, les jappements d’un « vrai » chien mêlés aux énormes cris de douleur…dent arrachée en écho à l’ongle arraché lui aussi et montré en très gros  plan ! ou suffocation jusqu’à l’hypoxie comateuse)

 

Juha sera donc -momentanément- ce chien qui ne porte pas de pantalon en se soumettant à tous les  diktats de la femme dominatrice, quitte parfois à les provoquer!

Lui qui  "répare" les cœurs des malades mais dont le cœur avait cessé de battre depuis la perte de l’être aimé, le sent de nouveau palpiter. 

Corps libéré, visage sans lunettes et riant -bouche édentée-  ...C’est le triomphe de la Vie que célèbre la séquence finale...dans ce bar underground très « spécialisé »

Un film qui peut gêner j’en conviens -du moins pour la thématique ; mais force est de reconnaître l'extraordinaire maîtrise formelle  et de saluer l’audace de cette sélection Cannes 2019 (Quinzaine des Réalisateurs) 

 

Colette Lallement-Duchoze 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 06:27

Pour clore cette série de films d'animation, nous vous proposons le court métrage Croque meurtre de Damien Halm et Emmanuel Lautréamont.

Ce film sera visible gratuitement pendant 7 jours, dès sa date de diffusion, sur notre site internet.


MARDI 9 FÉVRIER
 

Croque meurtre
réalisé par Damien Halm et Emmanuel Lautréamont
produit par Ecce Films

Synopsis : Harcelé par médias et internautes, un superflic à gueule de chien méchant traque l'auteur d'abjects assassinats commis au Musée du Rire.

 

 

Partager cet article
Repost0

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche