20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 05:30

d' Antoine Giorgini 

avec Eddy Suiveng, Tobias Nuytten, Fabrizio Rongione 

 

Aujourd'hui, Tony passe une audition au conservatoire d'art dramatique. Steven, son meilleur ami censé lui donner la réplique, n'est pas là. Après avoir échoué à lui trouver un remplaçant, Tony quitte les lieux, déterminé à ne plus jamais adresser la parole au traître.

Réplique

                                                 

https://normandieimages.fr/40-normandie-images/diffusion/247-replique

Antoine Giorgini se plaît à nous tendre des "embuscades" de même qu'il joue avec la polysémie de "réplique" 

 

Confrontant deux langages, il met en "situation" son personnage principal Tony : lui faire réciter du Shakespeare -alors que son milieu à peine évoqué aurait pu y  être hostile..., il va lui faire passer deux formes d'audition celle du théâtre et celle de la police; le tempérament violent et impulsif de Tony joue en sa défaveur (on peut être agacé ) alors que sa foi en l'amitié jusque-là inébranlable est mise à mal.

Réplique ou une forme de dialectique qui va jusqu'à innerver la "trame"  en faisant la part belle au réalisme - propre au documentaire? 

 

En toile de fond un milieu social défavorisé qu'Antoine Giorgini  suggère (cf la séquence d'ouverture où Tony (re)cherche -en vain- son pote Steven traitée en plans larges et resserrés au service d'une forme de "quête" );  une accumulation de contretemps (les "fameux" coups de théâtre ou "péripéties"...  jusqu'à la scène finale!!!)  créant un engrenage (c'est le sens premier de "drama") dans un monde géré par des adultes autoritaires,  sans omettre ce travail sur la lumière (Thomas Bataille);  oui ce court métrage est construit comme une mini -pièce de théâtre où le personnage principal -qui n'a rien d'un héros-  choisit précisément le théâtre comme tremplin à son "émancipation" ! 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Normandie Images 

 

En raison de la crise sanitaire qui frappe de plein fouet le monde du cinéma, Normandie Images s'adapte, se mobilise et se réinvente avec une nouvelle forme de diffusion pour promouvoir et valoriser un panel de films réalisés et/ou produits en région. Normandie Images vous offre jusqu'au mercredi 30 septembre 2020 un film par semaine (court métrage de fiction, film documentaire soutenus par le fonds d'aide de la Région Normandie en partenariat avec le CNC), film d'atelier d'éducation et des pastilles « je me souviens » constituées de films d'archives amateurs.Chaque film sera visible pendant une semaine en « Une » du site, avec la possibilité de revoir les films des précédentes semaines jusqu'à la fin septembre 2020. Bonne découverte et bonne e-séance à tous.

Programme des 4 E-séances à venir :

Mardi 19 mai
Réplique court métrage d'Antoine Giorgini

Mardi 26 mai
Le Royaume des Dragons film d'atelier d'Adrien Rivollier

Mardi 2 juin
Le Havre cité rock, never cry about the past documentaire de Jean-Marie Châtelier

Mardi 9 juin
Cinéastes (amateurs) à la caméra montages de films amateurs

 

https://normandieimages.fr/

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 05:36

Court métrage de Sophie Thouvenin (2018) 19'

avec Gémi Diallo, Antoine Chappey, Idrissa Diabaté

Lala est la seule fille d’un groupe de quatre jeunes coureurs de demi-fond venus du Mali. Leurs visas arrivent à terme. Menés par Loïc, leur coach, il leur reste une dernière chance pour être remarqués par un sélectionneur et accéder à leur rêve : intégrer un club français.

 

Le bout de la piste

"mon corps est une Ferrari" affirme déterminée  -mais sans outrecuidance -  Lala au sélectionneur qui hésite à lui donner  "sa"  chance (elle est trop vieille; elle a plus de 18 ans...)

 

L'immigration?  Sophie Thouvenin a choisi de  traiter ce problème  par le biais du sport (la sélection est redoutable pour ces jeunes Maliens; ils mettent en jeu leur Vie,  leur Survie surtout quand leurs visas arrivent à terme..)  Après l'entraînement  (un long plan séquence) voici le  moment du verdict (il sera traité  hors champ -hormis pour Lala- ) mais  les affres de l'attente et le tragique du refus  la réalisatrice a su les rendre "palpables" 

 

Ambiances nocturnes  (nimbées de toutes leurs connotations) peu de dialogues (les regards, certains gestes ne sont-ils pas plus éloquents que des paroles?) une prédilection pour les plans séquences (qui correspondent d'ailleurs aux différentes étapes qui structurent le récit) une bande-son efficace (qui restitue à la fois le souffle des coureurs et leur douleur empreinte de l'espoir de "vaincre" ),  autant de raisons pour être aux côtés de Lala et de ses camarades 19 minutes durant....

 

Ce court métrage est en accès libre jusqu'au 19 mai inclus  sur 

 

https://svod.brefcinema.com/nouvelles-generations/le-bout-de-la-piste.html

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

Même si le thème est un peu différent, cela m’a fait penser au film « Comme un lion. »

Dans l’un, une sélection légale de coureurs. Mais, qu’arrive-t-il à celui qui n’est pas sélectionné ? Retour au pays et rejet des siens pour avoir échoué... à moins de s’échapper et de mener une vie de « sans papier… »

Dans l’autre, un joueur récupéré par un réseau mafieux, qui finalement parvient à s’en sortir, mais pour combien qui ont échoué ?

Dans les deux cas un système qui exploite à la fois le talent et la misère des Africains.

Fabien 18/05/20

 

 

 

Communiqué de Brefcinema 

https://www.brefcinema.com/

 

"Il était tentant de revenir sur un florilège de courts métrages découverts sur place ces dernières années, que ce soit à la Semaine de la critique ou à la Cinéfondation. En attendant, bien sûr, de pouvoir reprendre les routes du sud dès 2021…

Et d'ici la réouverture des salles, que nous attendons tous, Brefcinema remet en avant chaque mercredi, en accès libre durant 7 jours, l'un des films se trouvant à la veille de sortir de sa programmation"

Partager cet article

Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 11:04

 "Pas de Festival de Cannes cette année, ni en mai, ni fin juin avec la tentative de report balayée également par la pandémie de coronavirus. Faute de pouvoir découvrir la fournée 2020 du cinéma mondial, Arte offre l'occasion de revisiter des films du Festival et propose une sélection de longs et courts métrages, distingués ou primés, de webmagazines et de documentaires cinéphiles pour fêter à domicile le plus prestigieux des festivals.. "

Du 10 au 27 mai, la chaîne de télévision programme ainsi un "Spécial Festival de Cannes chez vous".  

On retrouvera sur le petit écran, à l'antenne ou en "replay", des films de Milos Forman, Spike Lee, Michael Haneke, Jim Jarmush, Michael Winterbottom et autres qui ont marqué le festival. Une programmation spécifique est aussi prévue sur Arte TV, la chaîne numérique, avec des classiques comme "La belle Noiseuse" de Jacques Rivette, "Le genou de Claire", d'Eric Rohmer, "Paranoid Park" de Gus Van Sant »

Spécial Festival de Cannes "chez vous"

                                          Prix Un certain regard Cannes 2014

Spécial Festival de Cannes "chez vous"

                                               Prix du jury Cannes 2017

Spécial Festival de Cannes "chez vous"

                                             Caméra d'or  Cannes 2017

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 04:24

de Chad Chenouga (2017)

avec Khaled Alouach, Yolande Moreau, Theo Fernandez

Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer…

De toutes mes forces

Le cas de Nassim est assez singulier : c’est un « dandy » ; il cherche à intégrer le milieu bourgeois qu’il fréquente via ses relations au lycée. Lui, vit dans un petit appartement avec sa mère dépressive qu’il s’efforce de protéger. Une succession assez rapide de saynettes ou de flashes nous introduit ainsi et dans le milieu et dans les pensées du personnage. Au retour d’un week end, il découvre sa mère, inanimée (suicide ?) Enterrement. Fin du prologue

 

Nassim est placé dans un foyer. C’est le début d’un autre  "calvaire".  Ce sont aussi les prémices d’un parcours initiatique. Deux forces écartèlent le personnage : la culpabilité (Nassim écoute régulièrement sur son portable, le dernier message de sa mère, c’était un appel au secours !!) et la ruse mensongère : il invente une prise en charge par un oncle -pour ses amis du lycée- il ment à son référent, à madame Cousin la directrice  (formidable Yolande Moreau), quand il est au centre il snobe -dans un premier temps- les autres jeunes.

 

Écartèlement dont rend compte une construction qui joue sur les prismes les fractures les ruptures de rythme. Un va-et-vient permanent entre deux univers. Une alternance aussi  entre rébellion et accalmie. Et si des mini-séquences se reproduisent à intervalles réguliers (Nassim dans le métro, en salle de classe, dans la cour du lycée ; Nassim au réfectoire, dans sa chambre) elles insistent moins sur une répétition que sur la fragmentation ! Certaines se font écho (convocation chez le proviseur et chez la directrice ; rapports sexuels avec deux jeunes femmes ....dissemblables)

Quand s’opérera la prise de conscience -qui est résolution du dilemme- le portrait en sera-t-il plus lisse ? ..La fin reste ouverte alors qu’on assistait à un lent mais inexorable cheminement vers la mort dont la portée symbolique - trop appuyée d’ailleurs – était dans l’embrasement et la danse des flammèches 

 

 

Khaled Alouach  le  "beau gosse"  incarne Nassim avec justesse et talent. Il est quasiment de tous les plans : qu’il soit isolé, en groupe, en tête à tête. Un visage à la Michel Ange : à un moment Mme Cousin y lira la beauté tragique de la Douleur ! (alors que la plupart du temps il cultivait l’impassibilité)

Une énergie folle et communicative : celle des adolescents du centre; ces cabossés de la vie disent leur foi en la camaraderie, par-delà trips et comportements répréhensibles. Que de joies dérisoires, d’espoirs insensés, de fêlures et de déficiences ! Une volonté de s’affranchir d’un passé consigné dans ces « fameux » dossiers collés à vous tels des " tatouages".  Le cas de Zawady est exemplaire de cet acharnement à  "s’en sortir" : travailler réviser pour réussir ses examens de médecine (en cas d’échec elle sait qu’elle n’aura plus droit à une aide financière!!! Or ......malchance?  injustice? 

 

 

Certes on peut déplorer l’accumulation (dernier tiers du film) des maux et obstacles, traitée d’ailleurs à la manière de clips, tout comme le systématisme trop prononcé dans tous les va-et-vient (d’ordre spatial temporel ou psychologique) mais à aucun moment le film ne verse dans le mélo ni le misérabilisme. L'arrière-plan social et les clivages Paris/banlieue, dominants/dominés, évidents, palpables -avec toutefois une légère tendance à la caricature- parlent d’eux-mêmes et un « discours » sociologique ferait l’effet de surenchère.

 

Amoureux des belles lettres, de la littérature, Nassim consigne dans son carnet des poèmes dédiés à sa mère

ton corps est brisé/je suis une part de toi que tu as emportée/ tu ne peux pas mourir

 

Colette Lallement-Duchoze

 

PS  Chad Chenouga s'est inspiré de sa propre vie pour réaliser cette fiction. Une rencontre en sa présence -et celle de Yolande Moreau entre autres-  est d'ailleurs prévue en ligne (Zoom)  dimanche 17 mai à 21h sur le thème : l’autobiographie au cinéma

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 07:14

documentaire de Raymond Depardon et Claudine Nougaret  (24') 2019

 

Mon Arbre

 

 

Réalisé à l’occasion de l’exposition Nous les Arbres (Fondation Cartier 2019) ce film donne la parole à celles et ceux qui vivent auprès des arbres, les côtoient, les chérissent, les observent, plaident pour eux, les soignent, les admirent ou qui sont aussi un peu fatigués de vivre à leur côté.

Mon arbre

Une " mer" dans les arbres ? Oui c’est la conviction de ce guide de la nature à Lodève moins sensible au prestige du cèdre du Liban qu’amoureux de tous ces arbres « communs » porteurs d’une histoire, d’une mémoire !

Des branches balançoires, une frondaison comme pare-soleil, un siècle de grandeur et de confidence, une valeur marchande (noyer) qui s’amenuise, des feuilles chues qui encombrent un boulodrome au grand dam des joueurs.

Oui ce documentaire illustre la façon d’appréhender le quotidien d’un arbre, dans son interdépendance avec celui de l’homme (social, économique psychologique ou scientifique) En l’absence d’un langage « commun » le documentaire en fait se côtoyer deux jusqu’à leur interpénétration. Comment ?

 

Avant chaque interview voici un plan fixe : l’arbre (platane, arbousier, noyer, cèdre pleureur, magnolia, pin parasol etc..) s’impose dans sa magnificence (isolé, ce tronc séculaire de robustesse) son environnement de verdure (allée de parc) ou de pierre (place de village) une bande son discrète (cloches de l’église, pépiement d’oiseaux, une seule fois une pétarade) . Puis l’écran affiche à la fois le nom de l’arbre et celui du village (Saint Guilhem le Désert, Tharaux) C’est l’été, et nous sommes dans le sud de la France.

Alors apparaît le visage de la personne interviewée (que l’on identifie par son prénom et son nom) filmée en frontal, parfois en plan américain rarement de pied en cap, elle dit sincère, convaincante parce que convaincue, sa relation à l’arbre (son arbre). Elle envahit les 3/4 de l’écran comme occultant « son arbre » Or celui-ci vit dans le discours (de botaniste, d’amoureux, de pragmatique) avant de « réapparaître » à la fin de l’interview.

Ainsi l’arbre écoute respire il peut être confident ami complice ; et si ce paysan lozérien plein de « bon sens » doute de la « sensibilité » de son noyer il lui voue néanmoins un certain respect (« à chacun ses croyances »)

 

Un documentaire-ballade (presque au sens premier de ce terme : poème à forme fixe avec envoi) composé de tableaux tels des strophes-couplets.

Et ce n’est pas pur hasard si le premier (Pin Parasol Montpellier) donne la parole à Francis Hallé (botaniste biologiste et dendrologue) "on a cru pendant très longtemps (cf Platon) que les arbres sont une forme de vie inférieure qu'ils sont insensibles. On sait maintenant qu'ils ont autant de sensibilité que nous, et même qu'ils ont des sensibilités que les humains n'ont pas" 

.Le dernier (Cyprès Saint Philibert)  un long plan fixe, sans commentaire,  semble célébrer le mariage entre l’arbre le réalisateur (?) assis sur un banc le regard perdu vers la baie, dans la fixité du présent réinventé 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Mon arbre

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 06:42

Documentaire d'Ariane Doublet (2019) 

 

 

Communiqué de l'association Welcome Rouen Métropole :https://welcomerouen.org contact@welcomerouen.org 

à partir du 6 mai diffusion sur Vimeo du documentaire d'Ariane Doublet 

Comme tant d’autres films, ce documentaire n’a pas pu sortir en salle ce printemps. Le collectif #Achacunsonart (à l’initiative de Expo-Vente à l’Abbatiale Saint Ouen en septembre dernier) encourage le visionnement du film sur Vimeo et invite les personnes qui le souhaitent, après inscription préalable, à participer à un échange via ZOOM avec Ariane Doublet le vendredi 15 mai à 20h30.

Merci de relayer l’information auprès de vos proches afin que le film puisse recevoir tout l’accueil qu’il mérite.

Des précisions sur les modalités de connexion au film et à l’échange seront données ultérieurement.

Lien vers la Bande Annonce : https://vimeo.com/400530832

 

 

 

 

Green boys

Ce  pourrait être un " Petit Prince " du millénaire de l'exil.: Au milieu des champs de lin et des pâturages avec vue sur la mer, dans le Pays de Caux, Louka 13 ans et Alhassane 17 ans, jouent au foot, pêchent à l’épuisette, montent aux arbres, se donnent des leçons de choses. Alhassane vient de loin, Louka est d’ici mais tous deux semblent être apparus là dans le paysage instantanément,   Jour après jour ils s’apprivoisent et au rythme de l’amitié qui se noue, construisent une cabane. La cabane c’est celle que l’on bâtit en Guinée, le pays d’Alhassane, et plus que le refuge de leur enfance, elle est comme un bout d’Afrique posée là à flanc de colline.

 

2019 Cinéma du réel - Paris (France) - Mention Spéciale du Prix de l'Institut Français - Louis Marcorelles

2020 FIPADOC - Festival International Documentaire - Biarritz (France) - Sélection "En famille"

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 06:48

de Helena Trestikova et Jakub Hejna (documentaire République tchèque, France)

 

Présenté au festival de Cannes 2019 (Sélection Cannes Classics)

 

Présenté au festival à l'Est à Rouen (du 3 au 8 mars 2020) dans le cadre de la rétrospective consacrée à Milos Forman

 

ce documentaire de 55' est en accès libre (jusque début juin) 

 

https://www.arte.tv/fr/videos/080107-000-A/milos-forman-une-vie-libre/?

Le film retrace la vie et la carrière de Miloš Forman, (1932-2018) de son enfance marquée par la mort de ses parents en camp de concentration, en passant par l’époque de la Nouvelle Vague du cinéma tchécoslovaque jusqu’à sa conquête d’Hollywood, tout cela avec, en toile de fond, les bouleversements politiques du XXe siècle.

Forman vs Forman

C’est un film qui s’est construit entièrement dans une salle de montage », a expliqué le coréalisateur Jakub Hejna. Helena Třeštíková ajoute: « Nous avons travaillé avec une centaine de sources différentes, avec des archives tchèques et étrangères. Ensuite, nous avons procédé à un travail de fourmi dans la salle de montage. Car lorsque vous disposez d’une masse tellement importante de matériel, il existe mille et une façons de compiler les images. Nous avons, donc, sans cesse retravaillé des séquences déjà terminées.

 

Images d’archives ; extraits de films, making off, interviews, albums de photo, vidéos familiales (Vera les  jumeaux et plus tard Martina ) et les voix de Milos Forman -qui s’exprime en tchèque anglais et parfois en français- et de son fils Petr

À partir de ce matériau foisonnant, nous allons suivre un parcours/carrière (où la linéarité chronologique contraste avec la pluralité des interviews éclatées dans la durée) : celui d’un homme épris avant tout de liberté.

Liberté ! Le maître mot « c’est la possibilité de douter de sa propre réalité » « la liberté elle est d’abord en soi» Et l’image du prologue -le cinéaste en polo rouge faisant du jogging dans un environnement lumineux- , viendra ponctuer ce documentaire/portrait.

Une liberté de mouvement. Est-ce parce que très tôt il fut livré à lui-même ? Orphelin à 10 ans (ses parents ne reviendront pas des camps) Est-ce parce qu’il a connu un régime qui bâillonne muselle entrave et broie ?

 

Milos Forman aurait voulu être acteur; mais il a été recalé au « concours » (une audition)  d’entrée à l’Ecole de Théâtre. En revanche il réussit celui de l’’Ecole de cinéma où il recevra un enseignement de Maîtres. En opposition farouche au « réalisme socialiste » (d’un ennui mortel) il s’inspire du néo réalisme italien. Et ses premiers films « l’audition » « l’as de pique » 1964 (vus à Rouen en mars 2020) frappent par l’authenticité quasi documentaire, par la direction d’acteurs pour la plupart non professionnels et surtout par la critique de la médiocrité des individus et de la société (un jeune, embauché pour fliquer dans une supérette: c’est bien le microcosme de la société tchèque où sévit la délation).

Ce sera le label de « la nouvelle vague tchèque » 

 

De Forman vs. Forman je retiendrai deux épisodes :

Celui de Cannes 1968 voici Milos Forman interviewé en maillot de bain (son film « au feu les pompiers » a été sélectionné). Mais Godard et Truffaut, entre autres, décident d’annuler le festival pour marquer leur soutien au mouvement de Mai 1968.  Le cinéaste tchèque se rallie à leur cause. La même année, quelques mois plus tard, entrée des chars soviétiques dans Prague.. !!!!  Ce sera l’exil aux USA

 

Et celui du tournage d’Amadeus. (date de sortie 1984) Surveillance constante indics sbires de tout poil; l’équipe est infiltrée espionnée photographiée !! Or le film ose raconter le triomphe de l’individu sur la masse. Amadeus C’est l’explosion d’un rire perçant dans le paysage monocorde de Vienne. Plus de portées, plus de notes, plus de génie, un visage insolent, unique et qui dresse malicieusement son postérieur devant les censeurs

 

On s’étonnera que « les fantômes de Goya » (2006) (film vu à Angers festival premiers Plans janvier 2018) ne soit pas mentionné. Or n’est-on pas en droit de le considérer comme un testament artistique ? Et surtout ce film ne s’interroge-t-il pas sur « les responsables des atrocités commises au nom de diverses idéologies » ??

 

Forman  vs Forman un documentaire... à voir!!

Assurément! 

 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

PS J'apprends que la version TV a amputé le documentaire d'origine de 23'

Que ceux qui auraient vu le film dans son intégralité nous fassent part de leurs remarques!!!!

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 05:48
Festival le Courtivore

LE GÂTEAU AU FRIGO 

C’est une évidence mais il nous faut bien vous l’annoncer officiellement, nous sommes dans l’obligation d’annuler notre festival de courts-métrages qui devait avoir lieu du 7 mai au 5 juin à Rouen et Mont-Saint-Aignan. 

C’est pour nous une grande tristesse car cette année 2020 devait nous permettre de fêter à la fois les 20 ans de notre association et la 20ème édition de son festival. Nous avions mis toute notre énergie pour vous concocter un beau programme : une centaine de films, répartis sur 20 projections (compétition, rétrospectives, thématiques), dans 12 lieux partenaires…

Après avoir imaginé de multiples scénarios, la 20ème édition aura donc lieu l'an prochain , dans un climat que nous espérons de nouveau propice à la fête et au cinéma. Nous aurons ainsi le plaisir de partager avec vous, et en salle, des films qui se mangent avec les yeux!

 

Nous nous engageons dès maintenant à conserver les 32 films sélectionnés dans les compétitions générales et jeune public . Ils se retrouveront d'office dans la programmation de 2021.

Et pour ne pas totalement se laisser gâcher la fête par le covid-19 et pour continuer à partager des films avec vous durant le mois de mai , nous vous proposons quelques films qui ont marqué les précédentes éditions du Courtivore, à visionner gratuitement en ligne via nos pages de réseaux sociaux à partir du 7 mai prochain.

 

 

 

Festival le Courtivore

Nous adressons un message de soutien à toute la profession du cinéma qui se retrouve lourdement impactée par cette crise, et avons hâte de vous retrouver dans les salles des cinémas Ariel, Omnia ou dans les autres lieux de cultures et de convivialité qui nous accueillent.

D’ici là, portez vous bien !

 

L’équipe du Courtivore

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 08:04

Produit par Michael Moore et réalisé par Jeff Gibbs ce documentaire (2019) présenté le 22 mars 2020 (Jour de la Terre) est en accès libre jusqu'au 22 mai 2020, sur 

Youtu.be/Zk11vI-7czE

 

Planet of the Humans

Porte drapeau de la gauche radicale, vulgarisateur de Noam Chomsky!  Pamphlétaire chevalier des temps modernes!  C’est ainsi que l’on présente souvent Michael Moore. Et il est vrai que dans ses films ( Capitalism: a love story, The Big One, Sicko entre autres )  ses écrits (Mike contre attaque ou Tous aux abris) il fustige vilipende cloue parfois au pilori :le système capitaliste ses ravages mortifères

 

 Planet of the Humans dont il est le producteur et Jeff Gibbs le réalisateur, dénonce l’outrageuse fusion « écologisme et capitalisme ». S’attaquer aux énergies vertes ? Oui dans la mesure où il y a eu dès le départ un piège énorme et pervers ! Une mise en garde ! Un cri d’alarme ! « nous avons été influencés dans la bataille pour sauver la planète et si nous ne renversons pas le cours des choses , les événements comme la pandémie actuelle seront de plus en plus nombreux et insurmontables » propos de Michael Moore ..)

 

Éoliennes, panneaux solaires, biomasse ces énergies ne sont ni « propres ni vertes ni renouvelables ». Comme tout enfer est pavé de bonnes intentions, des banques, des groupes, de grosses entreprises capitalistes se sont emparés de ce label, (l’image verte) pour investir à coup de slogans et de publicités ….non par philanthropie mais par pur appât du gain.

On ne s’affranchit pas des énergies fossiles ….et partant on ne cesse de produire des émissions de gaz à effet de serre. Bien plus la manière dont certaines de ces énergies "vertes"  sont produites  saccage l'écosystème ! 

 

Et le documentaire va multiplier les interviews en illustrant in situ le propos. Jeff Gibbs à bord de son Vus sillonne les Etats d’Amérique commente (voix off le plus souvent) joue le « candide » (en mettant écologistes patrons d’entreprises banquiers face à leurs contradictions!) Au tout début du film , nous le suivons dans son parcours de militant "vert". 

Le rythme est souvent soutenu voire trépidant (parfois en accéléré) à tel point que le spectateur peut faire sienne la remarque du réalisateur « j’ai le tournis » ….

De nombreux passages écran noir vont servir de ponctuation : dans l’espace- on passe d’un Etat à un autre-, dans l’argumentation/illustration -on passe d’une thématique à une autre

 

Après une déforestation sauvage, dans un "paysage" de désolation voici  deux fantômes d’arbres : amputés ils dressent leurs moignons où s’accroche vainement un singe ; ces dernières images sur le Sacrifice de la Vie ont la  beauté sépulcrale d'une apocalypse annoncée

 

Mais le film dans  son ensemble est, avouons-le,  assez laborieux et ennuyeux

On regrettera l’impasse sur le nucléaire, et  la propension au schématisme

Et que penser des propositions sur la  "surpopulation" ???

 

Un documentaire intéressant, oui, mais loin d’être captivant !!

 

Il   va susciter - n’en doutons pas-  la controverse !!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

 

Le titre (et son graphisme) en clin d’œil à la fiction « Planet of the Apes », laisse présager le pire quant à l’avenir de l’humanité. Avec l’image finale de cet orang outan amaigri et mourant, on atteint le comble de l’écœurement que provoque le film tout au long.

 

Finalement je n’ai pas trouvé l’ensemble laborieux ou ennuyeux.

 

Je regrette que le problème de population (et de sa consommation ostentatoire) n’ait pas été creusé plus. Peut-être est-ce fait par insinuation lorsque la question rhétorique sur ce qui entre dans la "biomasse",  après avoir brûlé les arbres et les alligators…

On pense au film Soylent Green (Soleil Vert)…

À moins d’affronter ce problème, je crains qu’il n’y ait pas vraiment d’échappatoire.

 

Fabien  5/05/2020

Partager cet article

Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 07:05

de Stany Cambot (2019)

avec Michel Lescarbotte, Jean-Marc Talbot

Produit par Christophe Hubert (l'Echelle inconnue) 

 

L'épidémie de Covid-19 a reporté ad vitam l'avant-première en salle du film «Blouma» de Stany Cambot. Et puisqu'un film vit d'être vu, Echelle Inconnue décide de le diffuser en ligne, dès maintenant, gratuitement, sous licence libre Creative Commons CC-BY-NC-ND, jusqu'à la fin du confinement.

 

https://artitube.artifaille.fr/videos/watch/bb858d2b-94f2-46b3-85a7-0c70c3c8cec3         

         

           https://vimeo.com/408941338/412d2434e5

 

          https://www.youtube.com/watch?v=B43IjMbhznU&t=1s

 

          http://echelleinconnue.net/newsweb/20200423/

"Depuis 30 ans, un bouquet de roses dans les bras, Cacahuète sillonne les nuits de Rouen. Ce soir une raison supplémentaire le pousse à traverser la ville : la recherche de " Mémoires " écrits en trois langues inconnues par son ami décédé…"

Blouma

Extérieur nuit port de Rouen, deux voix off, une voie ferrée, des mots comme des personnages sur l’écran, avant que n’apparaisse en grosses lettres  le titre Blouma, un tel prologue encode de toute évidence ce "documentaire marché en trois langues "

 

Collision des temporalités, effets spéculaires, montage parallèle, deux « destins » -celui de Cacahuète et celui de Nono. (et la porte de la chambre de l’hôtel que l’on franchit devient par métaphore celle qui donne accès au souvenir au passé) tout cela va illustrer les promenades/enquêtes auxquelles nous convie Stany Cambot

 

Cacahuète (souvent filmé de dos) arpente les rues de Rouen avec son bouquet de roses ; ses pauses dans des bars, ses discussions avec des "potes" sont le prélude à d’autres "voyages" vers un passé individuel et collectif que la parole ressuscite. Pour rendre compte de la richesse lexicale des  langues pratiquées, - manouche argot verlan louchében- le cinéaste a choisi d’incorporer les mots, leur traduction, directement dans l’image en jouant sur leur police et leur répartition (équivalent des notations infra-paginales dans un texte écrit, alors que le voix off sur l’historique la genèse serait l’équivalent d’une forme de métalangage) le mot est comme une note sur une partition, et devient un personnage à part entière

 

Cette promenade/exploration de l’espace (Rouen et certains de ses quartiers) du temps (la nuit, le passé recomposé) et de la langue (dont nous palpons la chair) est aussi profondément humaine. On devine l’empathie de l’auteur pour Cacahuète et Nono des personnages qui ont triomphé très jeunes de tant de contingences/obstacles (de gros plans sur le visage, une main qui écrit, sur la jambe de fer, sur la jante du fauteuil roulant ou même un silence habité le prouveraient aisément)

 

Après un passage écran blanc, c’est l’aube venue sur les quais ; la foire Saint-Romain s’est endormie. Dans cette dernière séquence Cacahuète seul sur l’immensité du quai vénère dans un geste ultime la Mémoire de son ami Nono…

 

Un film que je vous recommande vivement 

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost0

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche