Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 09:06

De Hannes Holm (Suède)

Avec Rolf Lassgard Bahar Pars Ida Engvoll Filip Berg

Prix du public Festival de Cabourg (juin 2016)

Mr Ove

Qui se cache derrière ce nom énigmatique "Ove"? Un "Vieux râleur et suicidaire" comme le dit explicitement le titre du roman de Frederick Backman, dont s'est inspiré le réalisateur Hannes Holm.

Au début, le film illustre en une succession assez rapide  d'instantanés, les trois caractéristiques du personnage éponyme: lors de ses visites rituelles au cimetière, le sexagénaire Mr Ove  apostrophe sa femme Sonja et lui confie son désir irrépressible de la rejoindre; il tente plusieurs fois de se pendre, en vain... (c'est que "le suicide n'est pas une sinécure") il invective une jeune fleuriste, une femme et son minuscule "clébard", et tous ceux qui ne respectent pas les "règles" de la co-propriété; il ne tolère pas que "tout parte en sucette".  Il ne "vit" que dans le souvenir de LA femme aimée..

Un élément "perturbateur" -l'arrivée de l'Iranienne Parvaneh de son mari et de leurs deux fillettes -vient enrayer sa trajectoire et simultanément inversera progressivement les tendances: une fraîcheur venue d'ailleurs dans le  quotidien pesant de cet homme bougon voire psychorigide. ET comme le dit expressément le sous-titre  (un rien racoleur tel un slogan publicitaire) Il vous déteste vous allez l'adorer 

Tel serait donc l'intérêt du film: lézarder, effriter pour l'abattre définitivement, une façade, celle d'un personnage buté.  Mr Ove a en fait "un trop grand coeur" (sens littéral et figuré)

 

Hélas et contrairement à ce qu'on peut lire sur le dépliant, ce film ne parvient pas à un équilibre parfait entre le rire grinçant et la tendresse délicate

Oppositions et antithèses faciles (vie et mort entre autres; légèreté et pesanteur) flash back répétés sur la mièvrerie des sentiments amoureux (et ces gros plans sur les doigts amoureux qui se cherchent!!) Abondance ad nauseam de clichés. 

Et l'humour (car il s'agit d'une comédie à la limite de la farce) n'empêche pas les bons sentiments de s'étaler dans leur viscosité

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Marion 22/02/2017 06:21

Hello. Le film ne semble pas être à la hauteur du roman. Je pense me mettre à la lecture du livre avant de visionner l’adaptation cinématographique. Je vous donnerai mon avis par la suite ! 

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche