29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 08:15

d'Abdel Raoul Dafri (France)

avec Johan Heldenbergh, Linh-Dan Pham, Olivier Gourmet , Lyna Khoudri

Alors qu’il n’est plus que l’ombre du guerrier qu’il était en Indochine, le colonel Paul Andreas Breitner se voit contraint de traverser une Algérie en guerre, à la recherche de son ancien officier supérieur : le colonel Simon Delignières, porté disparu dans les Aurès Nemencha, une véritable poudrière aux mains des rebelles.

 

Qu'un sang impur

Disons- le sans ambages, Qu'un sang impur ne convainc pas du tout.

Le réalisateur connu comme scénariste (Un prophète, Mesrine entre autres) s’attaque pour son premier long métrage à une époque-clé de la guerre d’Algérie (on est en 1960 soit un an après le plan Challe -tentative de négociation avec le FLN tout en gardant l’État français en position de force). Abdel Raouf Dafri en faisant la promo de son film,  affirme avec aplomb "mon film montre avec justesse et vérité ce qu’étaient les comportements des rebelles algériens et des soldats français pendant cette guerre"

 

On laissera de côté les invraisemblances ("historiques") car après tout Qu’un sang impur n’est pas un documentaire mais une fiction s’inspirant  de faits sinon réels du moins relatés 

Le mini commando renvoie pour le recrutement aux "douze salopards"  d’Aldrich de même que le colonel Simon Delignières rallié au FLN (interprété de façon outrancière voire grotesque par Olivier Gourmet) peut rappeler le Marlon Brando d’Apocalypse Now...

 

La scène d’ouverture donne le ton et pour le fond et pour la forme : violence qui gicle sans ménagement à la face du spectateur et refus de tout manichéisme – la barbarie n’est pas l’apanage d’un camp (comme le souligne l’ambiguïté de l’affiche?)

Et dès que l’on suivra le mini commando (pour la fiction Andreas Breitner qui  " a fait"  l’Indochine a pour mission -étrange mandataire que la mère de Delignières- de rapporter au moins une petite relique du fils qu’elle croit disparu…) on ne sera jamais épargné : massacres rackets et le sang (impur forcément impur …) qui dégouline. Tout cela accentué par  la musique d’Eric Neveux

 

Comme s’il fallait tout ficeler à coup d'adrénaline, pour dénoncer la barbarie. Car et c’est là où le bât blesse:  la volonté d’en mettre plein la vue va l’emporter sur tout le reste. 

Les personnages sont souvent réduits à des caricatures ou récitent des formules toutes faites empreintes parfois de "moralisme" douteux,  quand ils ne sont pas assoiffés de sang...

Les paysages (le film a été tourné au Maroc) sereins ou somptueux offrent leur sublime placidité à la déraison des hommes .

Mais un écrin ne fait pas un film

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche