18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 05:06

De Sofia Djama 

Avec Sami Bouajila, Nadia Kaci, Faouzi Bensaïdi 

Argument:

Alger, quelques années après la guerre civile. Amal et Samir ont décidé de fêter leur vingtième anniversaire de mariage au restaurant. Pendant leur trajet, tous deux évoquent leur Algérie : Amal, à travers la perte des illusions, Samir par la nécessité de s'en accommoder. Au même moment, Fahim, leur fils, et ses amis, Feriel et Reda, errent dans une Alger qui se referme peu à peu sur elle-même.

Les Bienheureux
Plongée dans une Algérie qu’on connaît si mal : celle d’une famille relativement aisée (père gynéco, mère prof de fac) qui nous offre un tableau fictionnel témoin d’un pays à la dérive. L’action se passe en 2008, juste après la décennie terroriste islamiste qui a laissé des cicatrices profondes. D’un côté des quinquas désabusés, désillusionnés, de l’autre leurs enfants étudiants sans illusion aucune,  hormis pour l’un d’entre eux dont la déviance névrotique dans l’Islam montre que l’aliénation religieuse, comme refuge, n’a pas disparu.
 
Le montage rend très bien ces vies parallèles qui se croisent et se rencontrent mal. Les dialogues, mélangeant français et arabe,  soulignent à la fois les tentatives de sortir culturellement de la colonisation et le mimétisme bourgeois un peu ridicule de cette classe sociale entre deux chaises. D’où un jeu d’actrices, surtout, qui peut sembler faux mais sert bien le propos.
La solution à l’étouffement reste la fuite vers la France, mais au prix d’un nouveau déchirement familial.
 
Film intéressant, bien interprété, une bonne qualité de la photo où les lumières célèbres d’Alger se sont ternies en ocres de la nuit.
 
A voir pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur de ce pays meurtri , si proche et si loin.
 
Serge Diaz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche