Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 06:45

de Nicholas Hytner (GB)

adaptation  du roman d'Alan Bennett

avec Maggie Smith, Alex Jennings, Jim Broadbent

The Lady in the Van

À l'heure où l'autofiction fait florès dans le roman français, un auteur anglais Alan Bennett se posait la question de dissocier le je -l'auteur et le je -l'homme; toi tu l'écris, et moi je le vis dit  Alex Jennings à son double dans le film. L'expérience qu'il a vécue est si originale qu'elle serait la matière idéale d'un livre. L'écrivain en fera une pièce de théâtre dans laquelle a joué Maggie Smith en 1999 et la même actrice est sollicitée par Nicolas Hytner pour interpréter à l'écran  cette Miss Shepherd, une femme clochardisée acariâtre et sale. Installée dans sa camionnette (qu'elle customise au grand dam des voisins et de la police) sur l'allée du garage d'Alan Bennett ,elle entretient avec ce dernier une relation de "voisinage" pour le moins originale!!! et qui durera 15 ans! (soit de 1974 à 1989, date de sa mort ) Et ce, dans une rue de Camden un quartier  londonien en voie d’embourgeoisement (le comportement des voisins dans le film en est la caricaturale illustration! )

 

Le film s'ouvre sur la scène de l'accident que nous ne voyons pas mais percevons par le bruit amplifié du fracas; puis gros plan sur le pare-brise ensanglanté; puis délit de fuite : la conductrice poursuivie échappe à la vigilance des policiers. Cette scène inaugurale sera revécue soit comme cauchemar, soit comme monnaie d'échange (un ex policier joue le maître chanteur) et dans la séquence finale tarabiscotée qui se veut assomption vers....où les fantômes des morts évoluent dans une fraternité retrouvée

 

Maggie Smith est the lady in the van (comme elle fut récemment  my old lady dans le film d'Horovitz ) et de ce fait elle est de tous les plans (voici un très gros plan sur le visage aux  yeux globuleux inquisiteurs, un plan moyen où recroquevillée dans sa camionnette elle fait corps avec tout son fatras, voici un plan d'ensemble où sa silhouette informe s'est précisément fondue, la voici sur le  fauteuil roulant, elle  se laisse happer par l'ivresse vertigineuse de la  descente;  etc..) Cette actrice octogénaire (elle  joue la comédie depuis 60 ans..) semble si à l'aise dans ses guenilles aux odeurs fétides, sa gouaille et son sens de la répartie,  sa rouerie manifeste dans ses mensonges et son catholicisme de pacotille,  qu'elle suscite l'empathie ce que renforcent les flash-back

Figure "romanesque" par excellence -les étapes de son parcours sont égrenées au fil des rencontres et recherches menées par le dramaturge- Miss Sherphed  intrigue et fascine. Derrière la fenêtre de son bureau l'auteur guette, s'interroge et son double lui répond, le tance ou le conseille; l'un à l'aise sur le clavier de sa machine à écrire, l'autre et pourtant le même, dégingandé et maladroit dans les gestes du quotidien. Vue en contre-plongée pour l'auteur, en légère plongée pour l'homme ou alignement à peine contrasté des deux (hormis le port de la cravate pour l'un) ; sourire narquois de l'un, regard hébété de l'autre; et la prestation d'Alex Jennings n'est nullement entachée par l'omniprésence de Maggie Smith quand bien même cette dernière crève l'écran....Ce pince-sans-rire aux afféteries parfois prononcées incarne entre autres l'humour (que l'on dit si "british") qui irrigue tout le film

Film où l'on rit et sourit de bon cœur -malgré tous les malgré(s)

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche