2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 15:14

De Nora Fingscheidt (Allemagne)

Avec Helena ZengelAlbrecht SchuchGabriela Maria Schmeide

 

Festival de Berlin prix du Meilleur premier film

les Arcs film festival prix du public

Benni a neuf ans. Négligée par sa mère, elle est enfermée depuis sa petite enfance dans une violence qu'elle n'arrive plus à contenir. Prise en charge par les services sociaux, elle n'aspire pourtant qu'à être protégée et retrouver l'amour maternel qui lui manque tant. De foyer en foyer, son assistante sociale et Micha, un éducateur, tenteront tout pour calmer ses blessures et l'aider à trouver une place dans le monde.

Benni

Si le thème semble assez rebattu (cf La tête haute, Mommy pour ne citer que les films les plus récents) Benni vaut surtout pour l’interprétation hors norme de la jeune Helena Zengel : une tête d’ange -cheveux blonds yeux bleus- qui va contraster -surtout dans les scènes de crise aiguë - avec la violence du comportement,  et les éructations au vocabulaire argotique. Benni une enfant de 9 ans hyperactive, un électron libre fougueux ; le titre original systemsprenger (dynamiteur de système) rend bien compte de l’énergie sauvage et indomptable qui fait  "exploser le système" (on apprend à un moment qu'elle a subi un traumatisme -viol? infanticide? et que son visage doit être épargné )

 

Crier son désarroi son manque affectif (la mère impuissante, irresponsable, "immature" diront certains) Crier Oui ! mais quand on n’entend que sa propre voix en écho… ???

Le constat est amer ; toutes les tentatives pour "canaliser la violence", toutes les tentatives d'intégration dans des structures d'accueil  (école, famille d’adoption, foyer ) semblent vouées à l’échec. Et pourtant les travailleurs sociaux ont oeuvré avec amour et patience!!! ainsi Mme Bafané (assistante sociale) ou Micha (éducateur);  mais pour Benni qui semble les "aimer"  ne sont-ils pas  que des pis-aller?

 

Le film est construit selon la dynamique tension /accalmie, qui impose un rythme binaire rémissions/rechutes, tendresse/fureur ou selon un point de vue extérieur espoir/déception. Si ce tempo est trop répétitif (et risque de lasser) force est de reconnaître que les faits ne sont pas toujours prévisibles et que la mise en scène pallie cet éventuel  "défaut"  Rythme trépidant, caméra à l’épaule qui virevolte, gros plans sur un visage désarmant, fondus enchaînés en rose (rose comme les habits de Benni) musique expressive (dissonante ou enfantine) comme reflet d’un chaos intérieur

 

Un film à voir assurément !!  (L'Omnia aux Toiles)

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Shana 02/07/2020 20:33

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche