23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 11:21

grand-puits.jpgLe documentaire "Grandpuits & petites victoires" sera projeté le vendredi 27 janvier au cinéma Omnia République (Rouen) à 20h00. La séance sera suivie d'un débat en présence du réalisateur Olivier Azam et Rodolphe Avice, syndicaliste de Grandpuits. Cette séance est à linitiative du Front de Gauche en Seine-Maritime et avec la participation de lintersyndicale de Petroplus à Petit-Couronne.

 

information de Delphine Legrix

 

synopsis: http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=195442.html

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:30
louise-wimmer.jpg "Une femme dort dans sa voiture, chronique énergique de la précarité" résume Télérama. L'actrice est bien choisie Corinne Masieiro qu'on a souvent vue dans des seconds rôles, en authentique femme du peuple à l'accent chti, est filmée sans chichi presque comme un documentaire.

Mais c'est là que le bât blesse...on reste témoin un peu extérieur à cette déchéance -hélas de plus en plus fréquente- d'une femme qui a quitté son mari et se retrouve à faire des ménages, vit dans sa voiture faute de pouvoir accéder à un appartement, faute d'argent. Misère d'où personne en ces temps de système libéral débridé ne se sent à l'abri. Il manque cependant l'émotion...pourquoi ? c'est curieux, c'est pourtant bien filmé, réaliste, le personnage est crédible. Sauf que...on ne connaît pas son histoire d'avant, le personnage est à prendre à la volée.

Finalement Cyril Mennegun qui a fait jusqu'à présent de bons documentaires, en fait un de plus sans entrer des deux pieds dans la fiction. Si fait qu'on n'a rien à redire à ce film au sujet grave, intéressant, questionnant, réussi sur le plan de la mise en scène, mais on aimerait comprendre les raisons qui l'ont amenée à devenir une Sans Domicile Mobile, et ça cela s'appelle la psychologie du personnage qui manque ici, malheureusement. Sans doute le prochain film de ce talentueux réalisateur au regard  humaniste et juste nous apportera ce qui fait défaut dans ce premier long métrage.

A voir quand même.
 
Serge Diaz

J'ai moi aussi aimé ce film mais contrairement au commentateur précédent, j'ai apprécié le fait qu'on ne sache pas exactement comment cette femme en est arrivée à dormir dans sa voiture; justement parce ce que ce n'est pas le problème; ce qui est intéressant c'est ce qu'elle vit et comment elle cherche à tout prix à sauvegarder sa dignité.
c'est  bien joué, subtil et  émouvant. le cinéaste ne cherche pas à nous asséner des jugements sur la société ou le capitalisme. le film se suffit à lui même.
Isabelle Lepicard

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 10:31

culture_fabrique_histoire.jpgToute cette semaine, sur France Culture " la Fabrique de l'histoire" avait pour sujet: Histoire de la cinéphilie.

pour écouter en ligne:  http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire

J'ai écouté l'émission d'aujourd'hui: Le rapport aux images dans l'entre deux guerres, on y constate que nos débats ne datent pas d'hier!

Je vous en conseille l'écoute!

Jacqueline Marro

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 16:32

>Samedi 21 janvier à 15h00

Bibliothèque Simone-de-Beauvoir 

Conditions d’accès : Public : Adultes et adolescents dès 13 ans
Renseignements au 0276 088 088

 

A partir de coups de coeur cinématographiques, Ingrid Gogny présente une liste de films articulée par thématique et dont la sélection proposée s’appuie sur la collection filmographique de la bibliothèque Simone-de-Beauvoir.
Les films sont diffusés sous formes d’extraits en présence de Ingrid Gogny voire également de professionnels du monde du cinéma, réalisateurs, producteurs, acteurs, scénaristes, critiques…
Les extraits présentés seront décortiqués artistiquement mais également techniquement à la suite de la projection.

Séance 1 : Les livres 
A partir de films adaptés du monde littéraire ou dont les personnages abordent d’une manière ou d’une autre la question des livres ou de la littérature.

dans le cadre de la Carte blanche à Ingrid Gogny 
Les deux autres événements « Films en série », les samedis 18 février et 24

mars.

 

 Ingrid Gogny est réalisatrice, scénariste, productrice, essentiellement de films documentaires et de courts-métrages. Accompagnée par le réseau Rn'Bi, l'artiste va décliner, en trois trimestres, une programmation autour du cinéma par le biais de nombreux rendez-vous (projections, lectures, ateliers, séances sur la fabrication d'un film ?) qui seront prétexte à présenter son travail mais surtout à créer des moments de partage autour du 7e art.

 

 une suggestion de Jacqueline Marro

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 07:43

Un film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat. Scénario de Serge Halimi, Pierrre Rimbert, Renaud Lambert, Gilles Balbastre, Yannick Kergoat

 

les-nouveaux-chiens-de-garde.jpgUn film "jubilatoire"

Certes le sujet est GRAVE: Les auteurs fustigent nos nouveaux chiens de garde qui, malgré leurs poses ostentatoires et leurs alibis prétendus démocratiques ou républicains, sont inféodés au pouvoir de l'argent, vivent en "castes", alimentent ou fabriquent des "thèmes de société", s'érigent en censeurs dépositaires de LA MORALE (Calvi sommant un intervenant de s'adresser en direct aux fauteurs de troubles et de les inviter à "rentrer chez eux" au lieu de brûler des voitures; Pujadas recommandant à un représentant syndical de Continental de battre sa coulpe; Barbier (Express) et ses métaphores plus ou moins éculées, prêchant la "bonne parole", l'unique..).

Construit avec comme fil directeur des extraits du discours de Peyrefitte (interrogé par Zitrone sur la future ORTF) et des extraits du brûlot de Nizan (Les chiens de garde 1932), découpé en trois mouvements (indépendance, objectivité, pluralisme) suivis d'un épilogue (discours de Pierre Mauroy premier ministre de F. Mitterrand et la tonitruante déclaration "pouvoir de la presse, oui, pouvoir de l'argent, non"….), le film joue constamment avec l'antiphrase, l'ironie. Voici les déclarations officielles, mais voici les faits qui les contredisent. Voici le pluralisme (Alain Duhamel éructant sur le plateau de Ruquier, ce qu'il croit être un truisme "il y a désormais X chaînes de TV, il y a internet, etc. il y a donc pluralisme de l'info…); mais examinons les preuves de l'interchangeabilité des "journalistes" (Olivennes, Dely, Joffrin, Demorand qui passent d'un média à l'autre à des postes de "responsabilité"); écoutons ces "penseurs" aux idées a priori fort opposées, se congratuler (Luc Ferry et Jacques Julliard "mon cher je suis d'accord avec vous…) ou regardons l'invité de Drucker, J-P Elkabbach, "étreindre" Arnaud Lagardère...Plus vicieux car sournois ce "cartel" des "spécialistes" (politologues, économistes surtout) qui courent d'un plateau à l'autre, d'une station à l'autre; le film épingle "malicieusement" Godet, Elie Cohen, Daniel Cohen entre autres; met à jour leur incompétence notoire -à propos de la crise -,comptabilise les passages à l'écran...

On pourrait multiplier les exemples…La belle devise de Francisque Gay, responsable de la presse au secrétariat de l'information en mars 1945 "il est un point sur lequel dans la clandestinité nous étions d'accord. On ne devait pas revoir une presse soumise à la domination de l'argent", n'a-t-elle pas volé en éclats?….En sont-ils pour autant marris les directeurs de publication? "Après tout les temps changent on ne peut aller contre les réalités économiques et c'est logique qu'un patron de presse fixe une orientation", dit –en substance- et sans vergogne Laurent Joffrin…

Colette Lallement-Duchoze

 

Voici le courriel que j'avais envoyé à "C dans l'air" le 5/04/2005  (en pleine campagne médiatique pour le "oui" au traité instituant une Constitution pour l'Europe)

"On croit rêver. Même air de "constipation" à l'annonce de la poussée du "non" dans les sondages; même glissement sémantique: traité/constitution/Europe; même clivage "plus on a fait des études, plus on est partisan du oui"; même passivité complaisante: ni Calvi, ni Barbier, ni les autres n'ont pris la peine, en tant que citoyens, de lire le texte (il est vrai que c'est assez fastidieux, surtout la partie III et tous les protocoles et déclarations, etc., qui suivent la partie IV; mais qu'on se dispense alors d'être des donneurs de leçons..) Heureusement qu'il existe malgré tout une presse écrite, digne de foi (Politis, Monde diplomatique par exemple) et que parmi les partisans du "non" il y a de brillants juristes, ou professeurs de droit...Il est un peu facile de confondre arguments et appel à l'émotion (avec l'épouvantail du chaos ou la diabolisation). Mais il est vrai que la plupart des "journaleux" confondent travail d'enquête, d'investigation avec "audimat" ou "rendement" (là encore l'information devient une "marchandise")

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 11:34

Film de Pablo Giorgelli (Argentine, Espagne) avec German De Silva, Hebe Duarte, NaryaCalle Mamani

 

LES-20ACACIAS.jpg 


Sans violences et sans "prises de tête", c'est le type même du film
"sympa" qui vous remplit d'aise, même s'il ne doit pas vous marquer
profondément. Road-movie à 99 %, tout se passe dans une cabine de
poids lourd. Une femme , un homme et un bébé (adorable comme il se
doit). Très peu de dialogues et surtout une atmosphère tendue qui va
s'assouplir tout au long du voyage grâce au bébé. On peut faire le
reproche au cinéaste d'avoir "téléphoné", dès le départ; cette
évolution mais il semble que ce soit délibéré pour concentrer
l'attention sur la façon dont s'établit la communication entre les
deux adultes, dont est rompu, par petites touches, le mutisme
oppressant du départ. Interprétation tout à fait satisfaisante des
deux acteurs...sans compter l'acteur en herbe.

 

 

 
Marcel Elkaim

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 17:08

Ciné bouffe : à table!


Mercredi 11 janvier à 20h30   à l'Ariel à Mont Saint Aignan


Pour fêter la nouvelle année en courts-métrages et en mangeant !


Si vous venez avec un petit plat à déguster après la séance, l'Ariel vous offre votre place. (Attention les pop corn et les chips ne font pas partie du dispositif!)


Au menu :


- KITCHEN, de Alice Winocour,

- UN DÎNER AVEC MONSIEUR BOY ET LA FEMME QUI AIME JÉSUS de Pascale Ferran,

- TOUS À TABLE de Ursula Meier,

- L'EXPOSÉ de Ismael Ferroukhi,

- SUCRÉ de Gaël Brisou.


Programme proposé par l'Agence du Court Métrage.

Soirée en partenariat avec la Maison de l'Université et le Service des relations internationales de l'Université de Rouen.

 

un conseil de Jacqueline Marro

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 12:38

Film de Julien Donada; avec Daniel Duval, Chiara Caselli, Catherine Rouvel, Françoise Arnoul, Cyril Guei, Thomas Gonzalez et Nanou Garcia

 

 beau-rivage.jpg

 

"C’est en partant de l’image mentale de jambes de femme au soleil sur une terrasse, de souvenirs vécus ou racontés et de photographies, que le réalisateur aurait imaginé cette d’histoire d’amour". La première "rencontre" entre Michel (Daniel Duval) et Sandra (Chiara Caselli)- vue en plongée sur son corps allongé très sculptural et buriné par le soleil-, corroborerait cette allégation. Mais l'étrangeté de ce premier long métrage de Julien Donada vient de la simultanéité d'images ancrées dans un vécu et dans le fantasme. A l'instar du personnage ballotté entre ses désirs d'amour –voir la scène où pour la première fois il arbore un sourire triomphant suite sa rencontre avec Sandra – et un quotidien éreintant –dès le début ce flic vieillissant exige d'un médecin un certificat de congé maladie-; le spectateur est ballotté entre un fantasmé qui a des allures de vécu et un vécu qui se mue en fictionnel. Là est la "magie" du cinéma: par le jeu d'ellipses de temps ou d'espace, par un montage qui accorde le même traitement au quotidien, aux images mentales, aux flash back, aux projections de rêves, nous sommes dans l'illusion. Hormis dans son dernier tiers et sa fin "attendue", le film peut dérouter; au moins le réalisateur aura-t-il trouvé une adéquation entre le fond et la forme (donner à voir l'imaginaire comme du naturel sans le désacraliser) avec des allusions discrètes à Truffaut "la chambre verte" et à Preminger "Laura". L'omniprésence de Daniel Duval, -l'acteur est de tous les plans -, au visage parcheminé, au comportement qui mêle violence plus ou moins contenue et immense tendresse - contribue à cette prégnance qui enracine le "rêve" au cœur du quotidien..

Le titre peut renvoyer aux patronymes d'hôtels plus ou moins luxueux qui bordent la Côte d'Azur; il peut désigner, en connotation, une démarcation, une frontière, une ligne de séparation entre la terre et la mer, entre les vivants et les morts (la séquence de la baignade où Michel inquiet appréhende la disparition de la femme aimée engloutie dans l'élément liquide, la séquence finale où il tente de rejoindre l'être aimé –du moins ses cendres éparpillées dans la mer- le prouveraient aisément). Et l'utilisation du contre-jour contribue à "déréaliser" la ville de Nice –ville vers laquelle nous nous approchons avec Michel au volant de sa voiture au tout début du film –en la  débarrassant de ses oripeaux/clichés…Une autre "démarcation" vient du décalage entre une musique assez rétro– chansons italiennes – et la propulsion vers un futur enchanté par le rêve…

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 19:01

 Film de Aki Kaurismäki; avec André Wilms (Marcel Marx), J-P Darroussin (le commissaire Monet), Kati Outinen (Arletty), Blondin Miguel (Idrissa), Evelyne Didi (la boulangère),  Elina Salo (Claire), J-P Léaud (le délateur), Roberto Piazza (Little Bob), P. Etaix (le médecin Becker). Décors de Wouter Zoon

 

19812542_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110915_103053.jpg

 

Grâce au festival du cinéma nordique, le public rouennais s'est depuis longtemps familiarisé avec les films du Finlandais Aki Kaurismäki… On n'est pas près d'oublier Juha (muet en noir et blanc)...Pour son dix-neuvième long métrage, ce réalisateur a  choisi la ville du Havre pour en faire non seulement le théâtre d'un drame (Idrissa émigré clandestin traqué par la police est recueilli par Marcel Marx), mais un personnage à part entière. Non la ville du "Quai des brumes" mais une sorte de métaphore de la Solidarité  réincarnée. Dans ses rues plus ou moins désertes, ses ruelles, ses bistrots, ses commerces, le cinéaste fait "revivre", comme par enchantement, des personnages aux noms d'acteurs ou cinéastes célèbres (Arletty, Marx, Idrissa, Becker) qui s'expriment dans une langue (le français) très châtiée parsemée de répliques surréalistes, et sur un ton théâtral –ce qui crée un décalage amusant-; ils se comportent au quotidien comme dans les films d'un autre temps (l'épicier tire une charrette des quatre saisons, la boulangère est très accorte, Marx est cireur de chaussures…).

Même si le thème peut rappeler Welcome l'auteur exclut tous les effets d'ordre sociologique ou politique (hormis la scène d'évacuation de la jungle à Calais retransmise à la télévision, avec la voix d'Eric Besson). Il plonge au contraire le spectateur dans une atmosphère surannée (voir la décoration des intérieurs) qui n'exclut pas l'humour (l'ananas du commissaire Monet –Darroussin- trônant sur une table du bistrot tenu par Claire) et pour éviter trauma, mélo il donne à "voir" un conte. Le choix de plans fixes, ou de panoramiques participent de l'architecture de la ville; quelques gros plans (la main de J-P Léaud le délateur, le visage d'Arletty endormie à l'hôpital) ont une fonction métonymique ou tout simplement narrative. L'ensemble très dépouillé renvoie à cette écriture qui nous avait tant fascinés…

La présence de Little Bob est comme la passerelle qui relierait passé et contemporanéité.

Se fier ou non aux apparences? Un tableau accroché sur un mur dans la maison de Marcel Marx représente une fenêtre ouverte (toile trompe-l'oeil); puis un plan fixe sur la fenêtre réellement ouverte -on devine qu'Idrissa a  réussi à s'échapper-. Rêve et réalité enfin (ré)conciliés!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 11:43

pere-noel.jpgDans notre doux pays de France on savait que le père Noël pouvait être une ordure mais alors là!

Il y a très longtemps en Finlande on savait qu'il était un monstre dévoreur d'enfants, on avait même réussi à s'en débarasser en l'enfouissant sous des tonnes de glace... mais tout le monde a oublié. Quand des archéologues américains commandités par un illuminé vont déterrer le père noël les événements dramatiques vont déferler.

Cette histoire trash de Père Noël est traitée comme un film d'aventure guerrière (sujet pour lequel j'ai peu de goût en général).

Les amateurs de films nordiques y retrouveront l'athmosphère violente et délirante qu'on y rencontre souvent (ça chauffe dans le froid, ça saigne dans la neige...).

Les hommes de cette contrée extrème (limitrophe de la Russie) sont des brutes épaisses, capables quand même de sentiments paternels (quand aux sentiments amoureux... il n'y a pas une seule femme dans le film, seule plane la présence d'une mère disparue et un sèche cheveux, trace de l'existence d'une autre) mais surtout aux raisonnements très limités.

Quand les elfes du père Noël (viellards nus et invulnérables) déferlent sur la contrée, seul un enfant lecteur va pouvoir sauver la situation.

La suprématie de la connaissance face à la force brute, le sujet n'est pas nouveau ( E T, le petit Poucet et autres contes) mais cette fois ci n'y amenez pas les enfants, ça leur gacherait les fêtes de noël!

Pour les adultes un film à savourer au 2ème degré!


Jacqueline Marro

 

ce film passe au Melville

lien synopsis: 

http://www.cinefil.com/film/pere-noel-origines



 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche