Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 17:35

De José Luis Valle. Avec Jesus Padilla, Susana Salazar


workers.jpg

 

Un film pour le moins étrange! Il livre avec parcimonie et de manière progressive  les éléments  informatifs, narratifs,  majeurs, (d'ailleurs il restera au final des parts d'ombre). En outre, le recours aux longs plans séquences, aux plans fixes cadrés avec rigueur et le choix d'un rythme lent pourront dérouter voire agacer certains spectateurs...

Il me semble que la séquence d'ouverture (qu'on retrouvera presque identique à la fin) contient le tout. Plan large sur la mer et la grève avec une bande son qui restitue le bruit des vagues; imperceptiblement sur la droite de l'écran se dessine ce qui pourrait ressembler à une digue; puis très lentement apparaît le "mur" de séparation (une femme "minuscule" face à l'énormité de ce rempart, va communiquer avec d'autres -invisibles pour nous- à travers les barreaux); et voici que surgit une tête vue de dos, celle d'un personnage masculin; (à la fin ce sera celle d'un personnage féminin); c'est en fait à travers son regard que se profilait la scène. Révéler peu à peu, lentement. Caméra subjective. Un mur avec toutes ses connotations. Des personnages comme écrasés....N'est-ce pas un message subliminal?

En un montage parallèle, le réalisateur s'intéresse au "destin" de deux "workers": Rafael, balayeur depuis trente ans dans une usine d'ampoules électriques, Lidia domestique au service d'une richissime propriétaire monomaniaque (elle ne vit que par et pour sa "princesse", une chienne lévrier, à laquelle elle léguera tous ses biens). Les gestes du premier, toujours impavide, semblent obéir à un rituel immuable. La seconde plus loquace (encore que...) "semble" attachée à la fois à sa maîtresse et à sa chienne; en tout cas très pragmatique elle donne l'impression de gérer un quotidien absurde. Elle est filmée parfois (sur son lit par exemple) à la façon de Reygadas.

Mais se méfier des apparences!!! La placidité ou/et l'obéissance forcée aux nantis peuvent masquer une révolte. Le film dessine en creux (ou plutôt tel un miroir déformant) une société (nous sommes à Tijuana ville frontière au nord-ouest du Mexique) qui sauvagement déshumanise (le cas de Rafael en est l'exemple le plus probant); alors comment lui résister sinon par une autre forme de "sauvagerie"?...

Exploitation sans vergogne des travailleurs clandestins ou des domestiques, omniprésence des cartels, etc. tous ces problèmes sont traités avec un humour jaune et grinçant (où le cynisme côtoie souvent l'absurde) ce qui a valu au réalisateur le prix du jury, lors du festival international du film grolandais (c'était à Toulouse en septembre)

 

À voir absolument!

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche