Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 10:21

Film russe de Sergeï Loban

Avec  Piotr Mamonov, Stas Baretskiy ,Aleksey Podolskiy, Vera Strokova, Aleksey Znamenskiy

 

Prix spécial du jury, Festival de Moscou Sélection officielle – Festival de Rotterdam Prix du public + Meilleure actrice – Festival de Pau Grand Prix + Prix de la presse – Festival Kinoshock Meilleur scénario – Prix de la Guilde du cinéma de Moscou

shapito-show.jpg

 

Cette première partie du diptyque se subdivise elle-même en deux chapitres. Deux histoires donc mais qui vont s'entrecroiser. Un lieu unique: une station balnéaire sur les  rives de la Mer Noire, et sur les hauteurs un chapiteau. Voici une nymphette Vera et son geek (Cyberstranger) rencontré via internet (Amour), voici un jeune homme sourd rejeté par les "siens" et qui va évoluer malgré lui dans un univers de gays, d'artistes, de  drogués et de révolutionnaires (Amitié).... Dès les premiers plans, le ton est donné c'est celui de la dérision; les titres vidés de leur contenu sérieux ou emphatique seraient-ils empreints de nostalgie?

 

C'est le genre de film que l'on peut détester si l'on prend tout au premier degré. Certes les scènes chantées (qui plus est sur des chorégraphies pour le moins délibérément ridicules) et la musique kitsch désuète relèvent d'un certain "mauvais goût" ainsi que le jeu forcé (jusqu'à la caricature) de plusieurs acteurs. Certes on devine que le réalisateur se plaît à "recycler" des références facilement identifiables (louchant du côté de Kusturica ou Kaurismaki voire Fellini) .Doit-on le déplorer ou tout simplement l'inscrire dans le choix d'une mise en scène de type circassien? (cf le titre). Le cirque est en effet le lieu fédérateur de ces séquences; sous son chapiteau se joue comme en "duplex" (sur un ton larmoyant, chacun y va de se complainte) l'épisode auquel nous venons d'assister; vu de l'extérieur sur les hauteurs qui dominent la plage, il attend tous ces "spectateurs" (acteurs?) friands d'émotions fortes impliqués de gré ou de force dans cet immense Barnum qu'est au fond la Vie. N'offre-t-il pas l'image d'une jeunesse russe à la fois insouciante et déboussolée? Ou du moins les personnages ne représentent-ils pas un miroir (certes déformant) de la société russe? Après tout, et en dehors de la Russie, la vie des humains n'est-elle pas une arène de cirque, exubérante étrange ou sordide? Et qui risque d'être la proie des flammes.... 

Quoi qu'il en soit, ce film apparemment loufoque est impeccablement structuré: les deux héros de la séquence Amour, restent présents dans la suivante Amitié mais en tant que personnages secondaires; bien plus, une même scène sera reprise mais filmée d'un point de vue différent, sous un autre angle et dans un cadrage différent (plan moyen ou rapproché dans le chapitre 1 mais plan d'ensemble en 2; vue en plongée dans 1 en contreplongée dans 2); des paroles en 1, mais à peine audibles en 2, etc.

 

 "Mieux vaut un film idiot mais énergique qu'un film intelligent mais mou" disait Truffaut 

 

Écoutons ce vacancier décrivant la plage bondée "j'ai l'impression d'être à l'intérieur d'un estomac et que la nourriture va arriver. C'est pas la mer, c'est des sucs gastriques" 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche