Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 11:01

Film de Andrea Arnold. Avec Kaya Scodelario, James Hawson, Solomon Glave, Shannonn Beer

 

20311095.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg"Angleterre – XIXème siècle. Heathcliff, un enfant vagabond, est recueilli par M. Earnshaw qui vit seul avec ses deux enfants, Hindley et Cathy, dans une ferme isolée. Heathcliff est bientôt confronté aux violences de Hindley, jaloux de l’attention de son père pour cet étranger. Le jeune garçon devient le protégé de Cathy. A la mort de M. Earnshaw, Cathy est courtisée par le fils de riches voisins, laissant peu à peu Heathcliff à la merci de Hindley. A l’annonce du prochain mariage de Cathy, Heathcliff s’enfuit. L’attachement fraternel qu’il vouait à Cathy se transforme alors en un amour obsessionnel".

Pendant 2 heures on regarde le vent secouer les herbes, la pluie battre les fenêtres ou les protagonistes (c'est selon..), de très beaux oiseaux traverser le ciel, des paysages magnifiques mais on ne retrouve aucunement l'atmosphère oppressante et confinée du roman.

Cathy est une enfant boulotte et assez godiche, Heathcliff arrive alors qu'il est adolescent et non pas enfant comme dans le livre, il est noir ce qui, je l'avoue, m'a un peu déconcertée et ne colle pas du tout avec le lieu ni surtout l'époque. Le pari est évident (exclusion, racisme ..) mais un peu trop facile; on assiste à quelques pelotages dans la glaise écossaise pour illustrer l’attachement des deux enfants, à des pendaisons de chiens pour évoquer la cruauté ambiante...

Bref, ce film ne m'a pas plu du tout. Une bonne partie de la presse est dithyrambique, "Le masque et la plume" également.

Je suppose que je n'ai rien compris.....

Isabelle Lepicard

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Colette 31/12/2012 09:06


Je ne saurais partager le point de vue d'Isabelle : une atmosphère magistralement rendue (avec cette bande-son qui magnifie, tout en les rendant étranges,  le mugissement du vent, les
rossées, le claquement de branches sur la vitre; avec ces gros plans sur une caresse, une fleur fanée, sur l'arbre qui devient très vite "personnage"; avec ses vues sur la lande qui frémit ou sur
un  personnage en contreplongée etc..)


En revanche j'ai eu du mal à m'habituer au format de l'image (choix du carré) et au changement de casting pour la dernière partie (pour le rôle de Cathy)


Mais globalement un film à la fois âpre  sensoriel et sensuel dans le "rendu" de la dérive amoureuse


 

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche