Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 09:17

Film franco-belge de Stephan Streker

Avec Vincent Rottiers, Ymanol Perset, Olivier Gourmet, Reda Kateb, Dinara Droukarova, Sam Louwyck

Musique d'Ozark Henry

Prix Magritte du meilleur film et des meilleurs décors

 

Une nuit sur un pont

Un coup de couteau

Il y a Pouga

Et il y a Julien, (dit le pitch)

 


le-monde-nous-appartient.jpg

 

La première séquence correspond en fait (du moins partiellement) à la fin du récit. Qui est ce tueur muni d'un poignard? Qui est la victime et ce personnage qui semble la contempler? À partir de flash back et de scènes fragmentaires et fragmentées, au spectateur de "reconstituer" l'ensemble des faits. Le réalisateur a recours au montage parallèle pour rendre palpables deux destins: celui de Pouga et celui de Julien. Le premier une frappe, (follement amoureux de son assistante sociale qui cherche à le réinsérer), savoure l'extrême plaisir de  conduire des voitures volées (voir l'affiche); sollicité par son "mentor" Zoltan (Reda Kateb) il va participer à un "fameux" coup...Le second très bon footballeur est avide de réussite, non seulement pour satisfaire son ego mais aussi pour "intéresser" son père (admirable Olivier Gourmet) auprès duquel il vit tel un étranger. Qu'ont en commun ces deux jeunes hommes sinon cette soif de réussir, persuadés que "le monde leur appartient"; réussir contre le père absent, (image désastreuse), remplacé par le malfrat ou le coach.

 Jusque-là rien de vraiment original! D'où vient la force persuasive de ce film? De la mise en scène. Film de nuit essentiellement, il happe à grands fracas et renforts de hachures les artères de Bruxelles, ses tunnels, alors que les néons à cause de la rapidité du mouvement rappellent la froideur de forces cinétiques, qui alternent avec de longs travellings. Et sans extrapoler ne pourrait-on concevoir que la ville ainsi filmée est comme une projection "mentale" ou un paysage intérieur? Deux scènes paraissent sortir tout droit du surréalisme belge: un rhinocéros qui traverse une rue entravant le cheminement de Pouga (certes le symbolisme peut être lourd mais d'une lourdeur qui sied à ce pachyderme...); le dédoublement du personnage: c'est le même qui se regarde avec vue en plongée sur son corps mort allongé..(voir l'affiche).

 Et que dire de cette scène où le bleu acier des yeux de Vincent Rottiers (Pouga) tente de convaincre l'assistante de quitter son mari pour lui, l'unique amoureux fou? ou de cette autre où tous les personnages sont rassemblés interprétant la même chanson comme dans une chorale? Dans la noirceur ambiante elle est comme un arpège salvateur...

Un film exalté et incisif que la musique rend encore plus troublant!

 

"On est la somme des gens qu'on rencontre"

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche