Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 05:26

Film de Philippe Faucon. Avec Rashid Debbouze, Yassine Azzouz, Ymanol Perset, Mohamed Nachit, Zahra Addioui Kamel Laadaili

 

 

19959467_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120103_052348.jpgUn film très honnête sur les dérives de jeunes enfants d'immigrés vers l'islamisme le plus violent. Le réalisateur, Philippe Faucon montre très bien le basculement d'un jeune diplômé d'origine maghrébine (Rashid Debbouze) qui ne trouve pas d'embauche à cause de ses origines. Il met en cause le racisme ambiant et se fait circonvenir par un recruteur de "martyr" qui lui parle, dans une langue de tous les jours, du rôle rédempteur de l'islam auquel il adhère (un peu trop) vite. Il a une mère musulmane croyante (admirable) à l'esprit très ouvert (elle admet le projet de mariage de son fils aîné avec une catholique) mais elle n'arrive pas à le retenir dans un islam tolérant.

Tout cela est bien fait, pas de manichéisme, pas de prêche sur les valeurs humanistes mais on ne peut pas se départir d'une gêne, d'une impression de trop "fabriqué" qui fait que ce film dont il faut reconnaître le mérite ne touche pas autant qu'il faudrait sur un sujet pareil. Aucun reproche sur l'interprétation.

Remarque subsidiaire :j'étais seul dans la salle jeudi à 20 heure 45 !

 

Marcel Elkaim

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Colette Lallement-Duchoze 27/02/2012 08:37


La difficulté évoquée par Marcel vient peut-être de la teneur du film "ni documentaire ni fiction";  P. Faucon s'inspire librement du parcours de Zacarias Mouassaoui; son scénario
emprunte aux conseils de Mohamed Sifaoui , journaliste qui a beaucoup enquêté sur le milieu islamiste (mais que Pascal Boniface considère comme "un intellectuel faussaire"...); le réalisateur a
rencontré des jeunes gens séduits par la rhétorique d'endoctrineurs (qui associent en un parallèle "incontournable" la discrimination vécue au quotidien et celle plus globale, car
planétaire, qui oppose  Musulmans et Occidentaux).


Simultanément P. Faucon donne à voir d'autres formes de l'Islam : des musulmans dits "intégrés" : le  frère et la mère d'Ali (là aussi il y a quelque facticité)


Mais si "dérives" il y a, la faute n'incombe-t-elle pas plus à "un état de société miné"  (qui précisément les suscite pour mieux les réprimer)? Peut-être est-ce la "leçon" du film...


 


Cela étant, intéressée je fus mais nullement séduite

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche