Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 08:03

Belgique, Pays-Bas, France. Film de P Brosens et J Hope Woodworth. Avec Aurélia Poirier Django Schrevens

  

la-5-saison.jpg

Conte cruel au "réalisme poétique", fable aux allures de "chronique d'une mort annoncée", le film séduit par l'originalité de certains angles de vue (la traite des vaches filmée en plongée par exemple) le signifiant du champ contrechamp, la beauté des cadrages et de la photo (terre craquelée, fusion en ocres brunâtres des hommes et des choses), la lenteur des plans-séquences, en même temps qu'il semble alerter la planète ("quand les abeilles s'en vont, le reste suit, tout disparaît", constate, amer, Pol l'apiculteur phlosophe). La cinquième saison sera celle qui ne s'inscrit pas dans le cycle traditionnel, soit une sorte d'hiver éternel..; à cette "brisure" d'un rythme millénaire, correspond le délitement des rapports humains. Le village fête dans la liesse la fin de l'hiver (premier tableau); mais le printemps attendu n'étant pas venu, été et automne devenus aussi mortifères que l'hiver, au collectif se substituera progressivement l'individualisme (quête de nourriture pour la survie en sachant que "la charité c'est pas bien", délations, accusations)  jusqu'au sacrifice final; les hommes affublés de masques (on songe à J Ensor) seront les nouveaux prêtres de cette cérémonie expiatoire, où le feu doit embraser et purifier (la victime désignée est l'autre, Pol en l'occurrence, malgré les supplications d'Alice)     

  

Un homme assis boit son café, face à lui sur la table son coq; bizarrement"muet"; mutisme qui renvoie au silence minéral des deux sculptures animales qui ornent la pièce? En tout cas mutisme annonciateur de la catastrophe...C'est la scène inaugurale. Ce même personnage on le verra vers la fin du film pourchassant son coq; extérieur jour (en écho à la chasse à l'homme que pratiquent les villageois); ellipse; intérieur; même position que dans le plan d'ouverture; mais le coq a dit adieu au gallinacée..

Le pays où l'on caressait les arbres, où les murs suintaient de pleurs de savon, où les flots ondoyaient de fleurs, n'est plus...

 

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche