Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 13:23
Dans sa façon de montrer les compromissions auxquelles peut mener le pouvoir, ce film est très original.
c'est une vraie radiographie des cercles ministériels, des personnages qui les habitent, de leur manière de travailler, de la petitesse, de la morgue mais aussi du dévouement de certains. on n'arrive pas à trouver le ministre antipathique, c'est pourtant lui qui laissera tomber son meilleur ami.
c'est très subtil. quand on est sorti, on y pense encore. c'est bon signe

Isabelle Lepicard


19796503_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110816_015804.jpg
La scène d'ouverture -à mettre dans les annales - encode  le film.
Dans un bureau somptueux des hommes encagoulés s'affairent et disposent tous les accessoires nécessaires à l'exercice des "fonctions ministérielles"; puis dans le champ de la caméra surgit une femme nue, sous l'oeil goguenard d'un crocodile; elle s'accroupit, écarte les cuisses puis va  sereinement s'engouffrer dans la gueule du reptile. Cut. Plan suivant: le ministre des transports (Olivier Gourmet) dans sa chambre se réveille, en état d'érection: rêve/cauchemar? Ainsi dès le départ, le réalisateur (Pierre Schoeller), lie intimement exercice du pouvoir et désir (fantasme) érotique; invite à une réflexion sur le masque et la nudité, sur le corps dans toutes les acceptions du terme...
Une autre scène est assez éloquente. Le ministre se rend sur les lieux d'une usine en grève; on le voit de dos seul, face à lui, la "masse" des grévistes; du discours qu'il est censé tenir, le spectateur ne saura rien -le son est "coupé";  quelques gesticulations de ce pantin devenu, semblent ponctuer ses dires, comme si un énorme fossé séparait le monde du travail et celui qui le régit en haut lieu....et que le Verbe était frappé d'inanité...
Ce qu'illustrent d'ailleurs les propos du réalisateur "Oublions pendant 1h50 les questions de droite ou de gauche. Regardons le pouvoir, ses rituels et ses humeurs, la sueur, le sang, la libido. Et aussi cette permanence de l’Etat. On y croise notre propre rapport à la démocratie, ce divorce grandissant entre eux et nous.»

 

Colette Lallement-Duchoze

 


Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

ta d loi du cine 11/03/2012 20:47


D'accord avec les brèves notations des deux personnes différentes qui ont commenté le film sur ce "blog collectif" (concept pas si courant).


Je suis bien entendu d'accord avec le fait que ce n'est pas un film qu'on oublie sitôt vu.


Pour ce qui est de la "désynchronisation" entre le discours que le ministre prononce et le son de sa voix, j'avais pensé qu'elle symbolisait le décalage entre les "préoccupations personnelles
réelles" du ministre et la représentation publique qu'il doit assumer...


(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche