Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 09:37

Film sino-japonais de Jia Zhangke

Avec Wu Jiang, Wang Baoqiang, et Zhao Tao (l'épouse du réalisateur) Chef oprateur Liu Likwai

Prix du scénario au festival de Cannes 2013

 

a-touch-of-sin.jpg

 

Inspirée de faits divers (sur lesquels Jia Zhangke a d'ailleurs enquêté), cette chronique de la barbarie, découpée en 4 fragments (4 personnages 4 histoires individuelles de révolte dans 4 régions de la Chine) nous entraîne au cœur d'un immense pays gangrené par la corruption et la violence, un pays où les rapports humains à l'ère de l'ultra libéralisme naissant et sévissant, sont réduits à des affrontements permanents....Ce dont rendent compte, entre autres, la scène où le client d'un sauna frappe à coup de liasses de yuans  et d'éructations ignobles, la réceptionniste qui résistait à ses avances (épisode 3), celle où Dahai, mineur, est "acculé" à tuer les corrompus -ses discours accusateurs restant jusque-là lettre morte- ( épisode 1)

Les quatre personnages sont de simples individus (travailleurs à la mine, à l'usine, réceptionniste) mais un jour ils "déraillent" de leur trajectoire et le cinéaste va montrer comment en une fraction de seconde on peut basculer vers le meurtre...ou se suicider! À chaque fois une prise de conscience suite à une injustice, un accident, ou une insoutenable solitude.

Certes les 4 histoires sont ancrées géographiquement dans la Chine moderne (province houillère du nord/ mégalopole de Changqing au sud-est / Hubei centre-est / Dongguan sud); mais la révolte de l'individu face à un avenir englué dans les marasmes de l'ultra libéralisme ne concerne-t-elle pas tous les pays occidentaux? Dès lors nous ne sommes plus seulement "spectateurs" ....Et quel sens donner à la statue "triomphante" de Mao que l'on aperçoit presque furtivement à un moment?

 

La force époustouflante du rythme, la maîtrise de tous les plans et des cadrages (pour évoquer un personnage dans une situation donnée ou pour restituer la diversité des paysages et des lieux citadins), le questionnement (implicite ou explicite) sur la notion de "péché", font de "a touch of sin" un film à ne pas manquer (même et surtout si on sort de la séance un peu KO)

 

 

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche