Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 08:54

Film franco-américain d'Alexis Lloyd avec Ingeborga Dapkunalte Jason Day Vahina Giocante

 

 

20020012_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120206_123132.jpgPour son premier film Alexis Lloyd s'est inspiré de la pièce de Schnitzler (Reigen; la Ronde)

Il en respecte la trame, le canevas: 10 personnages (5 hommes et 5 femmes); 10 sketchs; chaque personnage a deux partenaires successifs, et de ce fait apparaît dans deux scènes consécutives. Le dernier personnage  a une relation avec le premier  et la "boucle est bouclée".

Mais si dans la pièce de l'auteur viennois la circulation du désir s'exprimait dans un cercle à la fois infernal et fascinant –au début du XX° siècle déliquescence d'une société sur fond de maladie, la syphilis- dans le film 30 Beats (et on n'aura pas l'outrecuidance de le comparer avec celui de Ophüls…) tout semble cliché. La vague de chaleur en cet été new-yorkais n'est qu'un prétexte –la faire coïncider avec l'ardeur sexuelle?; la cicatrice sur le corps/coeur de Laura (elle a subi une intervention chirurgicale) comme métaphore de la "maladie d'amour" est si appuyée qu'elle en devient lourdingue; la scène de bondage (Julian chez la call girl Alice amatrice d'art contemporain) vire au grotesque; le père (personnage secondaire, que l'on aura vu sortir de l'appartement d'Alice) veille à la santé sexuelle de son fils Sean; il est l'instigateur –via un texto- de son "dépucelage". Mêmes clichés dans la façon de filmer la ville –qui aurait pu devenir "personnage"- ses escaliers, ses façades d'immeubles, ou encore ses phares dans la nuit. Le pitch évoque "une ronde où chacun se retrouve pris dans une chaîne de séductions de sentiments et de désirs à fleur de peau"; une déclaration qui reste intention !! même si certains personnages semblent "incarner" des "déviances sexuelles"

Quelques remarques annexes (comme légers bémols): la première scène –Julie se rend chez Adam l'anthropologue- frappe par l'art de l'ellipse et la rapidité du mouvement; le personnage de Diego –que l'on voit avec Erika puis Laura est aussi celui qui livre un colis à Julian arrêté dans les embouteillages- il est le seul à tenir un discours amoureux; à rêver d'un rapport sexuel authentique avec la femme aimée, la plupart des protagonistes sont intéressés eux par un PC (=plan cul).mais ont des allures de "figurants/récitants"  (hormis Erika)

Le film débute dans la rue, il se clôt sur les toits –les deux jeunes Julie et Sean nouvellement dépucelés rompent avec les lois de l'amitié et s'adonnent aux ébats amoureux…La boucle comme  ronde/tournoiement dans l'espace?

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche