2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 05:04

de  Marco Berger (Argentine) 2019

Avec Gaston ReAlfonso Barón Malena Irusta

 

présenté au festival Chéries Chéris ce film a obtenu le prix d'interprétation pour l'acteur Gaston Re 

Juan doit vite trouver un colocataire après le départ de son frère. C’est finalement Gabriel, son collègue charmant et taciturne, qui emménage. Ce qui débute comme un arrangement innocent se transforme rapidement en attraction naissante, puis en passion…

Le Colocataire

Une main hésitante, une caresse dérobée, deux corps sculptés dans le drapé du lit, un regard mélancolique c’est avec délicatesse que le réalisateur donne à voir l’intime du désir partagé. Une relation homosexuelle (du refoulement à son acceptation)- sublimée par une mise en scène qui privilégie le non dit, les cadrages qui enferment, la caméra fixe, les couleurs sépias et mordorées, les lumières tamisées. Le corps nu vu de dos dans l’embrasure de la porte (caméra subjective) les fesses dont on trace les contours d’un doigt amoureux, le visage qui exulte lors de la pénétration, tout cela est filmé sans voyeurisme. Et la lenteur étudiée invite le spectateur à partager comme hypnotisé une idylle entre Juan le séducteur et Gabriel le  "taiseux."  Idylle bannie par la société argentine et Juan (dans l’unique scène où la parole est cardinale) avoue ne pas vouloir afficher au grand jour son amour pour Gabriel ne pas être montré du doigt ne pas subir de quolibets "être normal"  en assumant sa relation avec Ornella

 

 

L’appartement avec ces portes qu’on entrouvre ce couloir qui structure le cheminement vers...la pièce salon où on s’affale sur le canapé avec les potes en buvant de la bière et en regardant la télé, fonctionne tel un huis clos.

De rares échappées sur la terrasse.

L’extérieur (avec la récurrence des scènes de métro, quelques plans dans l’atelier de menuiserie, et des mini séquences familiales où  Gabriel retrouve momentanément sa gamine) est traité du point purement formel -hormis pour les  plans sur les deux visages dans le  métro- comme son exact opposé  : plans plus larges, ambiances plus lumineuses,  mais d’un point de vue narratif comme un prolongement, ou un essentiel à sauvegarder (la toute dernière séquence donnera le beau rôle à l’enfant qui accepte sans sourciller dans la joie partagée, les aveux de son père Juan était mon amoureux)

ne serait-ce pas in fine le message à retenir dans un climat d’homophobie ?

 

Un film sur une passion contrariée,

Un film à l’émotion contenue mais à la sensualité farouche,

Un film que je vous recommande vivement  (L'Omnia aux Toiles)

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche