11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 05:46

De Todd Phillips

Avec Joaquin Phoenix, Robert de Niro, Frances Conroy 

 

Lion d'Or Venise 2019

Dans les années 1980, à Gotham City, Arthur Fleck, un comédien de stand-up raté, méprisé de tous et bafoué,  bascule peu à peu dans la folie pour devenir le Joker un dangereux tueur psychotique..

Joker

Un film-brûlot ? Oui car il dessine la cartographie des inégalités sociales mortifères,  met à nu les pouvoirs insidieux des médias et des hommes politiques, et métamorphose le "fameux" rêve américain en cauchemar ! La violence subie par Arthur est retournée en boomerang contre tous ses tortionnaires.

 

Mais qui est Arhur Fleck ? Un clown méprisé de tous? (et le prologue en serait la toute première illustration) Un schizophrène? (cf les séances avec la psy et l’épilogue) Arthur ou l'anti-héros?  Le film de Todd Phillips illustre sa métamorphose  : il deviendra le Joker ce "super vilain"  du monde des comic books  Evolution scandée par les scènes presque chorégraphiées, la récurrence de cette lente et longue montée des marches et de leur descente illuminée aérienne voire hypnotisante, les courses poursuites avec les représentants de l’ordre public, évolution ponctuée par le rire incontrôlable, et les révélations successives qui vont saper ses certitudes.

Arthur, avili méprisé sera Joker (tueur psychotique) adulé par une frange de la population qui reconnaît en lui le paria:  n'est-il pas perçu comme la figure tutélaire du soulèvement anti-élite voire nihiliste?

 

Mais surtout Joker est un film époustouflant dans ses partis pris de mise en scène, son sens du rythme et de la narration et par la prestation d’un Joaquin Phoenix au top de sa forme: cet acteur rend palpables toutes les nuances de la folie, il désarticule son corps amaigri pour en faire un pantin ou un danseur, et les très gros plans sur son visage qu'il maquille ou dont il déforme les lèvres en un énorme rictus  impressionnent tant pour le rendu visuel que pour tous les sens cachés, connotés

 

Dès le prologue le spectateur est comme happé : il assiste à la course effrénée d’Arthur au milieu du trafic urbain ; car ce clown   tente de récupérer la pancarte que de jeunes malfrats(?) lui ont arrachée –or  n’est-elle pas son viatique, sa raison d’être, de sur-vivre –; au bout de cette course exténuante,  les jeunes utilisent la pancarte comme une arme: elle terrassera Arthur; son corps  est cloué au sol...tel un gisant

Une course qu’accompagne la musique quasi hallucinée de l’Islandaise Hildur Guônadottir.

Tout est dit 

 

Un film à ne pas rater!

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche