9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 08:34

de Benjamin Naishtat (Argentine)

avec Dario Grandinetti (Claudio)  Andrea Frigerio,  Alfredo Castro (l'inspecteur ) , Laura Grandinetti, Diego Cremonesi 

 

Festival de San Sebastian : prix Meilleur Acteur, (pour Dario Grandinetti) Meilleur Réalisateur et Meilleure Photographie

Argentine, 1975. Claudio, avocat réputé et notable local, mène une existence confortable, acceptant de fermer les yeux sur les pratiques du régime en place. Lors d’un dîner, il est violemment pris à partie par un inconnu et l’altercation vire au drame. Claudio fait en sorte d’étouffer l’affaire, sans se douter que cette décision va l’entraîner dans une spirale sans fin.

Rojo

Non l’écriture n’est pas décousue -comme certains le prétendent

Oui le spectateur est constamment sollicité pour combler interstices ellipses ou chaînons apparemment manquants

Oui en évoquant une période précise -l'année  qui a précédé "le coup d’Etat" et la dictature de Videla en 1976 en Argentine – le réalisateur non seulement restitue une ambiance mais filme à la manière de.. .. ralentis, zooms, fondus enchaînés, scènes de route filmées du capot, choix de certaines couleurs par exemple

 

Au tout début nous sommes confrontés à une sorte  d’énigme. Plan fixe sur la façade d’une maison ; puis un par un des gens vont sortir emportant du matériel, du mobilier ; on pense d’abord à un déménagement;  mais quand un militaire s’assure que la maison est bien vide.....on devine qu’on a assisté à un pillage ! (Cette  "maison  abandonnée" fera l’objet de magouilles immobilières….plus tard dans la narration)

Puis sans transition un pré-générique nous immerge dans l’ambiance festive  d’un restaurant plutôt bourgeois ; un homme seul attablé attend son épouse ; il est pris à partie  par un client ..debout...Notable connu et respecté il  consent à céder sa place moins par politesse que par condescendance et sa tirade-diatribe à l’encontre de l’intrus, convaincra toute l’assistance... La suite ? Scène d’extérieur .. l’avocat sera  responsable ....de la "disparition" de ce perturbateur…

Alors peut apparaître sur l’écran en lettres géantes rouges le titre du film ROJO

Prologue et pré-générique ou les présages de disparitions à venir ? Rôle de la bourgeoisie dans ce processus ?

 

Le réalisateur cherche à  "disséquer" une société qui par son silence aura été complice.(la junte militaire est au pouvoir depuis 1973). Son film suit -trois mois après l’épisode inaugural- l’itinéraire de Claudio, (en famille, en réunions, au spectacle, lors de réceptions) notable interprété par Dario Grandinetti -(rappelez-vous son rôle dans "Parle avec elle" d’Almodovar). Rojo se découpe en tableaux à valeur "démonstrative"  -entendons par là que chaque tableau est censé illustrer une "preuve" -citons par exemple le spectacle que prépare la fille de Claudio sur la colonisation espagnole ; une visite d’un élevage, le jour de la castration des veaux, les rapports de force entre jeunes de milieux sociaux différents…). L’arrivée d’un enquêteur ….chilien...(formidable Alfredo Castro l'acteur fétiche de Pablo  Larrain) qui joue son Colombo pour identifier l'assassin de  l’intrus.... de la séquence du pré générique..., insuffle un peu d’humour burlesque dans une  atmosphère  souvent délétère

On retiendra la belle séquence de l’éclipse : le rouge envahit tout l’écran ; le rouge et toutes ses connotations (sang, communisme entre autres) Et les personnages protégés par leurs lunettes n’incarnent-ils pas cet aveuglement généralisé que dénonce précisément Benjamin Naishtat ???

 

A voir absolument !!!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche