1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 19:45

Pour son premier téléfilm - un remake des Larmes amères de Petra von Kant de Fassbinder- Vera, réalisatrice, veut le casting parfait. Mais le premier jour de tournage approche rapidement et les nombreuses séances de casting n'ont pas encore permis de trouver d’actrice capable de jouer le rôle principal...

Casting

Hommage à Fassbinder ? Effets de mises en abyme ? Regard à la fois cynique et cruel sur les coulisses de la télévision -qui sont aussi celles du cinéma- au moment du  "casting" quand s’exercent des pressions (celles des producteurs) et qu’éclatent au grand jour injustices et égocentrismes ? Il y a tout cela dans le film de Nicolas Wackerbarth (2017) Et ce plus qu’incarne Gerwin:  cet acteur amateur doit -en l’absence de l’acteur principal retenu sur un tournage- donner la réplique à toutes les actrices  "renommées" qui défilent lors des auditions ; sera-t-il enfin "reconnu" ?ce que semble lui promettre la réalisatrice... Car c’est bien du rapport à l’image, des compromis, du refus ou de l’acceptation des humiliations qu’il est question à travers ce personnage

 

Un studio de télévision (dans le film de Fassbinder c’était l’appartement de Petra) Et dans l’enfermement de ce huis clos, juste avant le tournage on procède aux dernières auditions pour le rôle du personnage titre. La réalisatrice du téléfilm, Vera, sous des dehors affables et des sourires mielleux, fait preuve d’un autoritarisme stupéfiant voire sadique  dans l’exercice de son pouvoir ! L’actrice pressentie par la production refusera d’ailleurs le rôle (elle semble s’insurger contre une mascarade, celle d’une sélection... humiliante ...)

Le rôle qu’interprétait Hanna Schygulla, Karin, est joué par un homme, -à la relation saphique Vera  substitue une relation hétérosexuelle;  jusqu’à cette scène pour le moins étonnante celle du baiser prolongé entre deux hommes (celui qui interprète momentanément Petra et Gerwin ..;) alors que l'on voit les techniciens  en train de monter les rails d’un travelling....

 

Lutte des classes dans un boudoir : -arrogante styliste, Petra maltraite sa secrétaire dévouée puis s’éprend d’une jeune aspirante mannequin Karin de condition plus modeste... c'était la thématique du film de Fassbinder (1972)

Le remake (sujet de casting) est bien, lui aussi, un film politique -le métier d’acteur servant de support à une réflexion sur le « sadisme » des manipulateurs exercés au pouvoir, sur la concurrence et la survie dans l’industrie de la télévision !!! 

 

A voir!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Casting

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche