11 février 2019 1 11 /02 /février /2019 04:25

de Judith Davis

avec Judith Davis, Malik Zidi, Claire Dumas, Nadir Legrand, Mireille Perrier, Mélanie Bestel, Yasine Houicha

 

Prix du jury au festival du film francophone d'Angoulême

Angèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est… Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale. Elle vient d’une famille de militants, mais sa mère a abandonné du jour au lendemain son combat politique, pour déménager, seule, à la campagne et sa sœur a choisi le monde de l’entreprise. Seul son père, ancien maoïste chez qui elle retourne vivre, est resté fidèle à ses idéaux. En colère, déterminée, Angèle s’applique autant à essayer de changer le monde qu’à fuir les rencontres amoureuses. Que lui reste-t-il de la révolution, de ses transmissions, de ses rendez-vous ratés et de ses espoirs à construire? Tantôt Don Quichotte, tantôt Bridget Jones, Angèle tente de trouver un équilibre…

Tout ce qu'il me reste de la révolution
Cette jeune réalisatrice Judith Davis réussit un formidable film tonique qui s’adresse aussi bien aux soixante-huitards qu’à la génération de leurs enfants.
La mise en scène est alerte, on ne s’ennuie pas une seconde. Les dialogues fourmillent de réflexions sur le sens de la vie, de l’engagement, de l’indignation , de la colère, sentiments qui nous empêchent parfois de percevoir la saveur simple de l’existence.
 
Judith Davis a su trouver sa voix, son style propre parmi les jeunes réalisateurs de talent d’aujourd’hui, et contribue à enrichir ce cinéma de qualité label français qui nous régale. On suit de façon légère, avec intelligence, 3 thématiques différentes qui se nourrissent mutuellement : La question de la filiation,  la difficile fidélité à un idéal politique, enfin la rencontre inattendue avec l’amour.
La successions de scènes comiques , ironiques, graves, ou dramatiques nous surprend agréablement.
 
La jeunesse de la réalisatrice secoue le cocotier et nous embarque avec elle, dans sa drôlerie, dans une interrogation protéiforme sur la famille , la politique, et l’amour.
 
Ce film mérite le succès car il est lucide et bienveillant, donne à penser et nous distrait.
 
à voir absolument !
 
Serge Diaz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche