17 septembre 2018 1 17 /09 /septembre /2018 05:20

d'Emmanuel Mouret 

avec Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz

 

argument: 

Mme de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

Mademoiselle de Joncquières
Ce film est un régal pour les yeux, les oreilles, le cœur et l’esprit.
 
La belle langue française du XVIIIème siècle est à l’honneur dans ce festival d’habiles et raffinés dialogues, ponctuée par des musiques d’époque. Les costumes et les coiffures des femmes en harmonie avec les décors sont un enchantement. Cécile de France incarne une femme perverse certes, mais si séduisante ! et son jeu est parfait. Edouard Baer ne badine pas comme on aurait pu le craindre, ses répliques sont autant de traits d’esprit qui traduisent la philosophie libertine de l’époque : Névrose de la séduction quand tu nous tiens !
On nous dit qu’il s’agit d’une vengeance féministe contre ces hommes qui séduisent pour mieux abandonner leur proie, prémisse d’un combat contemporain mais le procédé utilisé par la Marquise pour se venger du désamour du Marquis est tout aussi cruel même si la fin surprend tout un chacun.
 
C’est léger, profond, bien mené, et ça donne même envie de lire ou relire Diderot !
 
A voir comme un élixir de jouissance.
 
Serge Diaz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche