17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 11:35

de Nabil Ayouch Belgique Maroc

avec  Maryam  Touzani Arieh WorthalterAbdelilah Rachid

 

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…

Razzia
Moins dérangeant que son film précédent qui frappait très fort contre un Maroc machiste aux préjugés tenaces, Nabil Ayouch continue néanmoins, dans Razzia, à témoigner de son amour pour ce pays tout en dénonçant l’Islamisme intolérant et ses origines en 1981 avec l’arabisation de l’enseignement.
 
Le parti pris de suivre cinq personnages sert son propos politique, celui de montrer comment des minorités qu’elles soient religieuses (un juif) ethnique (un instituteur berbère) ou sociologique (un jeune musicien homosexuel), une jeune adolescente de 15 ans des quartiers riches, une femme mariée pulpeuse aux désirs d’émancipation, une berbère du haut Atlas qui élève seule son enfant..., comment, donc,  toutes ces  minorités forment une majorité en quête de liberté, d’épanouissement personnel.
 
La caméra du réalisateur glisse à merveille d’une trajectoire à l’autre, les scènes se chevauchent sans toujours se toucher. Il y a une grand habileté de la mise en scène et du montage qui rend ce voyage accrochant.
 
Néanmoins on peut regretter que ce choix de scénario d’assembler un ensemble de trajectoires différentes mais qui s’unissent par le propos, laisse une impression de survol et perd quelque peu en force tragique.
Cela dit, le talent du réalisateur, son amour bienveillant pour les personnages qu’il filme, son courage face à la censure de son pays, nous font aimer ce film très éclairant pour comprendre comment le monde gronde et ce qu’il annonce dans ce pays du Maghreb qu’on croit habituellement connaître.
 
Serge Diaz
 

Un prologue saisissant! (1982; montagnes de l'Atlas) 

"Qu'importe la langue si vous leur ôtez la voix/ Qu'importe la foi si vous leur ôtez les rêves"

 

Et nous allons assister - 2015- à une  razzia, un pillage des rêves, un durcissement de l'ordre, main basse sur  cette ville de Casablanca à la fois chaotique et débordante d'énergie!!!!

 

Un film à voir!

Colette 

19/03/2018

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche