8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 07:40

De Giorgi Shengelaya (Géorgie) 1969 

avec Avtandi Varazi 

Film présenté au   festival "à l'Est du nouveau" à Rouen (Fokus sur la Géorgie) 

 

Pirosmani

En évoquant la vie et l'oeuvre du peintre naïf Niko Pirosmanichvili dit Pirosmani (1862-1918) le réalisateur Giorgi Shengelaya (né en 1937)  nous invite plutôt à une sorte de promenade dans son univers. Refusant la linéarité chronologique, il traite la plupart des séquences à la manière de......Pirosmani ...tout en donnant le primat à la vison intérieure du peintre.

Non pas animer un tableau -le rendre vivant en extirpant les personnages figés sur la toile, comme le feraient  ou l'ont fait  certains réalisateurs de biopic- Mais le cadre cinématographique  est comme un tableau indépendant avec une perspective écrasée -une des caractéristiques de l’art naïf- ;des couleurs en aplats ; des personnages filmés en frontal ou de profil ; un travail sur la (les) lumière(s) que ce soit en extérieur ou intérieur . Puis mettre en parallèle une toile du peintre …qui l'a inspiré!  Ou  la démarche inverse : montrer d'abord un tableau  puis filmer une scène qui donne vie au sujet traité par le peintre (scènes campagnardes et festives, costumes aux couleurs vives par exemple)

Ainsi se superposent deux univers (pictural et cinématographique) 

Ainsi à la vie au quotidien dans Tiflis ou à la campagne à la fin du XIX° siècle, répond en écho la vie intérieure du peintre

 

Un film circulaire : alors que défile le générique et que résonne, religieuse,  une musique d’orgue voici en "toile" de fond une peinture : un paysage, des personnages sur une sente, une église ; c’est le prologue ; en écho à la fin le même tableau ; louange mélancolique au peintre ?

 

Ce film n’est pas seulement un hommage "formel"  (une sorte de  poème pictural) il s’interroge aussi sur la liberté créatrice, sur le sort dévolu à celui qui la revendique !! Pirosmani serait moins un peintre maudit qu’un individu condamné à l’errance et la marginalisation par son refus réitéré de se plier à… n’importe quel carcan !!!

Deux peintres que nous rencontrons au début dans une taverne vont tenter de faire une exposition de ces toiles qu’ils apprécient ! Mais c’est la critique officielle qui  méprise l'oeuvre de Pirosmani et celui-ci retombe dans l’oubli ...jusqu’à une  mort prématurée dans le dénuement le plus total.

Ironie du sort ou prémonition ? c’est la fête, on s’embrasse plusieurs fois sur les joues, on rit en pleine lumière, on chante, c’est Pâques….Pâques la fête de la Résurrection ? L’ultime œuvre de Pirosmani est cette toile que nous découvrons par un travelling latéral, une cartographie narrative où la lumière franche exalte l’amour de la Vie..

 

On pourra dénoncer (et j’en suis) le systématisme du procédé, et préférer l’univers de Paradjanov (Giorgi Shengelaya  a d’ailleurs joué dans Sayat Nova...);  ce qui  ne remet pas en cause la beauté  visuelle du film 

 

Colette Lallement-Duchoze

Pirosmani

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche