28 janvier 2018 7 28 /01 /janvier /2018 13:32

Film français belge et italien d'Andrea Pallaoro

Avec Charlotte Rampling, André Wilms, S. Van Vyve

 

 Coupe Volpi de la meilleure actrice au festival de Venise 2017 

Entre le soudain emprisonnement de son mari, des enfants qui ne veulent plus la voir et un métier de femme de ménage qui l'ennuie, Hannah tombe peu à peu dans l'isolement ...

Hannah
Un film au scénario réduit à zéro, sans dialogues, avec une actrice septuagénaire qu’on ne quitte pas des yeux sans même une chute qui relèverait le tout,  ça ne fait pas un film mais une simple performance d’actrice.
 
Le réalisateur a permis à Charlotte Rampling de gagner un prix d’interprétation au festival de Venise, tant mieux pour elle,  mais il laisse le spectateur à quai avec moult bâillements.
 
Lumières clignotantes qui s’allument et s’éteignent, intérieurs aux volets fermés ou intérieurs froids comme l’hiver, glacis verdâtre et brun sombre de la photo, tout est fait dans la photo pour traîner un blues à couper au couteau sans qu’on sache pourquoi, tout est volontairement mystérieux dans ce spleen qui dure sans pouvoir s’identifier, ça agace davantage que ça fascine.
Les scènes de RER ne sont guère moins glauques.
 
Bref, un film à éviter sous peine d’ennui hormis pour les gérontophiles qui voudraient voir Charlotte Rampling nue au sens tristement physique du terme.
 
Serge Diaz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche