30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 14:53

argument

De son enfance difficile en Pologne, en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant a Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…

La promesse de l'aube

Une adaptation qui fera hérisser d’horreur les amoureux de l’écriture de R Gary (et de « la promesse de l’aube » en particulier ) ;

quant aux autres je parie qu’ils n’apprécieront pas du tout les surcharges;  l’accent de Charlotte Gainsbourg, le recours aux filtres, les pâles reconstitutions, la voix off de Niney -Gary adulte- et  et

 

promesse de daube (j’ai lu ça quelque part : c’est aussi mon avis)

 

à déconseiller

 

Elisabeth

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.

Retrouvez aussi Cinexpressions sur Facebook

 

 

Recherche