Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 09:31

Documentaire réalisé par Lisa Immordino Vreeland (USA)

Peggy Guggenheim, la collectionneuse

Celle qui de son propre aveu ne connaissait rien à l’expressionnisme abstrait – le confondant avec le surréalisme- aura fait connaître Pollock (grâce au flair de Mondrian), Rothko et Motherwell entre autres

Celle qui a commencé sa collection à Paris -grâce aux conseils de Marcel Duchamp et de Cocteau- puis à Londres (ouverture d’une galerie) saura user de subterfuges pour la sauver

Celle qui a aidé financièrement Varian Fry, aura permis à des artistes (dont Max Ernst qu’elle épousera d’ailleurs) et des intellectuels (dont Breton et sa famille) de fuir l’Occupation

Oui elle fut mécène et collectionneuse (art addict)

Oui elle a mené une "vie de femme libre" collectionnant aussi les hommes, diront ses détracteurs...

Et son nom restera immanquablement lié au Musée  qu’elle a créé à Venise

 

Hélas le documentaire de Lisa Immordino Vreeland, certes très riche en images d’archives est "plombé" par la profusion d’interviews (des spécialistes en art le plus souvent, ayant ou non  connu Peggy Guggenheim, et qui face à la caméra, imposent, doctes et sentencieux, leurs interprétations). Il est entaché  par le classicisme de sa structure chronologique en 6 chapitres, et par des musiques souvent illustratives. Même si ça et là affleurent des séquences qui marqueront les mémoires (l’inauguration de la galerie à New York dans les décors de Kiesler  par exemple) Alors que le rythme saccadé censé  épouser  les déplacements de cette femme -entre les  USA et l'Europe-, souffre de troublants raccords 

Dès lors le portrait d’une femme -pourtant hors norme- va entrer dans le cadre "réducteur" d’un portrait télévisuel... une compilation (qui se veut érudite) sans grâce hypnotisante (le spectateur ne se sent pas habité...)

Vilipendons le faux message subliminal : propos sexistes du biographe de Picasso, A cause de son physique ingrat elle n’allait jamais devenir une figure glamour, désirable, de la haute, mais bon Dieu elle s’est imposée comme collectionneuse

 

Seule originalité, l’interview audio réalisée au début des années 70 comme "fil conducteur" ; (la documentariste a retrouvé la cassette dans la cave de la biographe… hasard objectif ???)

Peggy de sa voix chuintante, nasillarde répond sans fard aux questions de Jacqueline Bogard, (même si elle feint la légèreté quand on évoque le suicide de sa fille Pegeen...même si faussement naïve elle prévient parfois "cela ne doit pas figurer dans ma biographie")

 

Sa vie ne fut-elle pas un roman ?

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

JP 10/08/2017 13:16

Vous avez l'air de connaître un peu
Moi je découvrais alors on ne peut pas apprécier de la même façon

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche