Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 07:54

Out

Film slovaque, hongrois et tchèque de György Kristof.

Avec Sandor Terhes, Eva Bandor, Judit Bardos, Ieva Norvele Kristof

 

Présenté à Cannes dans la catégorie Un Certain Regard

 

Out

Bratislava. Des ouvriers -filmés en un lent travelling latéral- écoutent silencieux la parole amplifiée par le mégaphone qui leur signifie leur licenciement -un discours qui dépasse les frontières tant il est enrobé d'arguments fallacieux.... Puis en quelques instantanés voici l’intimité d’Agoston mise à nu dans son rôle de père et d’époux jusqu’à la prise de décision : partir ...à la recherche d’un emploi.

C’est le prologue:  son contenu -crise de l’emploi- dont le lave-linge déglingué serait la métaphore ?? - et la façon de le filmer -distanciée- rappellent les ambiances à la Kaurismaki !

 

 

À partir de là, nous allons  suivre le personnage dans un périple qui le conduit en Lettonie ; un parcours fait de déconvenues, d’aventures, de rencontres; l’incongruité et l’extravagance de certaines font sourire: une femme hyper botoxée compagne d’un Russe;  une basketteuse taxidermiste qui se balade avec son lièvre empaillé; dans un bar le patron offre une chope de bière à qui se met à poil et voici filmés  les fessiers des buveurs assis au zinc; comment le gardien d’un hôtel entretient un cactus avec une lampe importée du Mexique, etc.. D’autres sont plus cruelles -gros plan sur le visage du docker qui éructe des propos racistes "des gens comme vous viennent nous prendre notre emploi", avant de renvoyer Agoston ; bagarres avec le Russe à cause du lièvre naturalisé ….sans oreilles.. Certaines semblent artificiellement "plaquées" (ce pêcheur jupitérien !)

 

Certes dans ce périple assez picaresque, nous partageons les décalages dus aux différences de langue et de culture (sources de malentendus) et nous sommes constamment aux côtés de ce quinquagénaire un peu hébété parfois même sonné, admirablement interprété par l’acteur hongrois Sandor Terhes

Mais nous restons "à côté" car le film ne nous entraîne pas "out"

La "dérive" d’Agoston (si dérive il y a) est circonscrite dans des limites….presque "convenues" même si l’objectif initial -trouver du travail- a cédé la place au rêve : pêcher un gros poisson et que la "dynamique" du film semble illustrer l'adage "partir, se perdre  pour mieux se retrouver"

 

Presque 20 ans après la chute du Mur que sont les anciennes républiques soviétiques… devenues....??

 

Colette Lallement-Duchoze

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche