Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 16:10
La Communauté
A travers l’histoire d’un couple de la cinquantaine qui décide d’ouvrir leur maison de 450 mètres carrés à d’autres pour y vivre une expérience de vie communautaire, Thomas Vinterberg qu’on avait adoré pour Festen, situe son film dans les années 70...années fastes utopiennes; et, ce faisant, le grand réalisateur danois  nous offre une réflexion originale, intéressante,  sur l’amour.
 
Car au fond, le sujet est intemporel, universel.
Quel mode choisir pour bien vivre l’amour le plus longtemps possible dans un couple ?  La vie en communauté et ses règles démocratiques sont-elles viables à l’intérieur d’une société qui, elle,  n’est pas  démocratique, collectiviste? Enfin, le danger de l’éclatement d’un couple vient-il toujours de de là où on s’y attend le plus ou vous prend-il par surprise ? Comment gérer ses désirs ?
 
Ce film bien monté, avec de bons acteurs à la personnalité marquée pour chacun(e) d’entre eux, n’est pas seulement réussi sur le plan formel mais il permet au spectateur de laisser vagabonder son esprit sur sa propre vie et ses phantasmes.
Des moments drôles et d’autres plus tragiques composent un portrait assez réaliste d’une période qui a marqué pas mal de ceux qui ont vécu l’après 68.
 
La chute finale du film, comme un clin d’œil du réalisateur, est loin d’être dogmatique et  nous fait retomber sur nos pieds.
 
N’en disons pas plus : Un film à voir.
 
Serge Diaz

 

 

Je ne partage pas tout à fait l'enthousiasme de Serge
Certes ce film est bien construit (chaque étape jusqu'au départ d'Anna qui a valeur d'exclusion,  est marquée par le passage écran noir; de plus le rythme fait alterner accalmie et colère, sérénité apparente et explosions verbales); certes le film est avant tout un questionnement; mais en se focalisant sur le couple (à l'origine de cette "communauté" ) le film laisse plus ou moins de côté ou du moins à la marge deux figures beaucoup plus troublantes celles des deux enfants et il réduit les "autres membres" de la communauté à des "faire-valoir" . L'ensemble enfin n'évite pas certains clichés

Colette 25/01/2017

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Colette 25/01/2017 07:38

je ne partage pas tout à fait l'enthousiasme de Serge
Certes ce film est bien construit (chaque étape jusqu'à la rupture définitive est marquée par le passage écran noir; de plus le rythme fait alterner accalmie et colère, sérénité apparente et explosions verbales); certes le film est avant tout un questionnement; mais en se focalisant sur le couple (à l'origine de cette "communauté" ) le film laisse plus ou moins de côté ou du moins à la marge deux figures beaucoup plus troublantes celles des deux enfants et il réduit les "autres membres" de la communauté à des "faire-valoir" . L'ensemble enfin n'évite pas certains clichés

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche