Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 09:33

d'Asghar Farhadi (Iran) 

avec Shahab Hosseini, Taraneh Alidoosti, Babak Karimi 

Prix du meilleur scénario et prix d'interprétation masculine au festival de Cannes 

 

Argument: contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d'importants travaux menaçant l'immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l'ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple

Le client

Je me garderai bien de me prononcer sur la "morale" de ce film, tant les critères du spectateur obéissent à des schémas culturels conscients ou inconscients -certainement très éloignés de la culture iranienne. En revanche on peut être séduit (sinon vivement intéressé) par le scénario et la façon de filmer de Farhadi (encore que des symboles  nous échapperont)

Tout d'abord les jeux de mise en abyme . Dans le film, les deux personnages sont aussi acteurs (amateurs), on assiste aux répétitions: Emad est Willy, Rana est Linda dans  la  pièce d'Arthur Miller , Mort d'un commis voyageur. Si le procédé n'est pas en soi original, l'imbrication entre le vécu des personnages dans la capitale iranienne et le texte théâtral est ici très patente (déboires du couple dans le quotidien et complexité des relations humaines dans la pièce; mort d'un idéal dans les deux cas; ainsi la réalité filmée et la fiction théâtralisée s'appellent en se répondant)

Les fissures de l'immeuble (première séquence) trouvent un écho dans les lézardes du couple (suite à son agression Rana  refuse de porter plainte, elle est même tentée par le pardon, alors que  son mari buté autoritaire se veut justicier et met tout en oeuvre pour identifier l'agresseur et le "punir"  )

Comme dans "Une séparation" l'engrenage et l'enfermement sont illustrés par le jeu incessant des cloisonnements (parois portes passages)

Le bandage qui cache les cheveux de Rana après l'agression : simple précaution médicale? ou succédané du foulard? (dans le sens où il permettrait de contourner les règles imposées par le ministère de l'orientation islamique)

Le rythme souvent trépidant va s'alentir vers la fin avec d'une part la confrontation avec le "client" enfin identifié et d'autre part la scène finale de la pièce de théâtre: celle-ci obéit à une liturgie telle qu'elle laisse le public comme tétanisé par l'émotion (public composé essentiellement par les élèves d'Emad en un saisissant panoramique alors que le cercueil où gît Willy/Emad est nimbé de lumière)

 

Une trame assez limpide, malgré ellipses et rebondissements (dans la traque du  fameux "client"!!!) des qualités formelles indéniables et cette façon de filmer si particulière à laquelle Fahradi nous avait habitués depuis "Une séparation",  tout cela est en parfaite adéquation avec le  questionnement sur les valeurs ancestrales de la société iranienne et la peinture sans complaisance de ses travers! 

Le dernier plan sur les visages des deux acteurs qui se griment montre que le couple, désuni dans la vie,  peut "survivre" . Mais .... ne s'agit-il pas d'un simulacre de dénouement puisque  rien n'est résolu? Dénouement comme prologue d'un autre film???

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Quel grand film ! Les critiques ont descendu ce film de la manière la plus injuste et stupide qui soit. Télérama en tête pour qui un bon film iranien est un film obligatoirement censuré.
Le thème de la vengeance est traité avec finesse.

Donner l'avantage à une femme en ce qui concerne la force morale, la grandeur d'âme, voilà qui en dit long sur l'avant-gardisme tant politique que cinématographique de ce réalisateur génial qu'est Asghar Farhadi.

Si vous aviez aimé "Une  séparation", vite, courez voir ce film ! on en sort enrichi.

Serge 20/11/2016

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche