Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 05:41

De Rafi Pitts (réalisateur né en Iran en 1967  d'une mère autochtone et d'un père anglais, persona non grata dans son pays depuis Hunter !)

 

Avec Johnny Ortiz, Rory Cochrane, Darrell Brit-Gibson

Soy Nero

Un film qui peut déconcerter tant il procède par ellipses et ruptures de ton -même si deux séquences importantes sont traitées de façon linéaire, la dernière souffrant même de certaines "longueurs"... . Mais ces procédés n'illustrent-ils pas le parcours chaotique de Nero ce jeune latino-américain de 19 ans dont l'"errance" va le mener du Mexique -où il a été expulsé après  les attentats du 11 septembre- aux USA, de  Beverly Hills au Proche-Orient? Il marche, il court, jusqu'à se confondre avec le mouvement traité telle une épure calligraphiant l'espace... À la conquête d'une identité qu'on lui a refusée ou dont on l'a spolié, il est Nero ce clandestin confronté à ces lignes de démarcation que représentent les frontières; et même s'il est engagé par l'US Army pour être lui-même un "garde-frontière", son sentiment d'appartenance à la nation américaine sera de courte durée et plus cruel sera le désenchantement ! Le réalisateur dédie d'ailleurs son film à tous ces soldats "immigrants" les green card soldiers" (ces "étrangers" qui pour devenir citoyens américains se sont engagés dans l'armée et que l'on expulsera!)

Des interrogatoires en échos (au tout début et à la fin avec la question lancinante de "l'identité"); des rencontres marquées du sceau de l'ambiguïté (un chauffeur qui le prend en stop à la fois père affable et vétéran détraqué; Jesus  le frère se pavane  dans sa luxueuse villa  (ah le rêve américain!) mais n'en est pas moins à la solde de trafiquants; les deux soldats afro-américains  en poste  à un checkpoint "rejouent" la rivalité East Coast/ West Coast).

Des raccords inattendus: nous quittons le frère, Jesus, et juste après nous sommes propulsés dans une zone désertique (Afghanistan? Irak?).

Des contrastes criants (misère de la clandestinité et opulence des nouveaux riches; ténèbres complices du fugitif et aridité craquelée  pétrifiée de soleil où est engagé le soldat).

Tout cela au service d'un questionnement sur la notion même de frontière (qu'elle soit ethnique, nationale économique, ou sociale) et des atrocités qu'elle génère (au nom de..), ce que suggérait d'ailleurs la parabole de l'éléphant et de la fourmi au début du film (une parabole destinée à Nero qui restait hors champ!)

Certes on pourra reprocher à ce film une forme de systématisme (chaque plan montrant de façon tangible ou suggérant plus subtilement une "ligne" de démarcation contre laquelle bute sans cesse Nero ….) et pourtant  quel sens de l'absurde dans le traitement d'un sujet qui nous concerne tous au premier chef :la nationalité des étrangers.

Un film où l'esthétique propre à la fable s'en vient  draper le réel -Nero après avoir franchi le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis trompe la vigilance des garde-frontières à la faveur d'un ciel constellé des feux d'artifice du Nouvel An! Des myriades d'étoiles annonciatrices d'un "futur" plus faste? Mais  l'Odyssée de Nero n'en était qu'à ses prémices....

 

Colette Lallement-Duchoze

Soy Nero
Soy Nero

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche