Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:23

De Savina Dellicour (Belgique)

Avec Bouli Lanners, Manon Capelle, Anne Coesens

De retour au pays, Paul, 46 ans, détective privé, rencontre Dorothy une adolescente de 16 ans qui est sa fille sans que celle-ci soit au courant. Troublé, Paul l'observe, sans oser s'approcher. Mais tout bascule  le jour où Dorothy vient lui demander d'enquêter sur son père biologique...

Tous les chats sont gris

Quel que soit l'angle de vue (duo Paul/Dorothy, duo Dorothy/Claire, duo mère/fille, trio familial) quelle que soit la thématique envisagée (quête identitaire, recherche du père biologique, désarroi de la jeunesse, heurs et malheurs dans un milieu bourgeois "bien pensant", parentalité, encanaillement....) le film est aussi terne que les chats sont gris...

 

Le regard que l'on porte sur soi et que démultiplient les reflets (glace dans l'entrée de la maison, miroir dans la salle de bains), le regard inquisiteur de la voisine derrière les rideaux à peine relevés, le "faux" voyeurisme, l'oeil de  l'appareil photo qui zoome sur sa "cible",  s'inscrivent dans le catalogue des "clichés" convenus  de l'être et du paraître ou de la violation de l'intime par effraction

 

Les deux enquêtes -celle de Paul et celle de Dorothy- amenées à se croiser (ah l'astuce qui fait de l'enquêteur, l'enquêté !!) loin de complexifier l'intrigue (pour le spectateur s'entend) la rendent trop "lisible" et parfois incohérente (le subterfuge imaginé par Claire ne sera pas une entrave à la quête/enquête)... In extremis un "rebondissement" et les aveux de la mère (soutirés comme au forceps, par la fille..) vont sortir momentanément le scénario de son tracé par trop artificiel!

 

Même Bouli Lanners à la bonhomie souriante et touchante, au jeu très sobre, ne parvient pas  à faire décoller cette "comédie dramatique" 

Certains spectateurs seront plus sensibles à la musique rock et punk, mais on peut aisément affirmer que ce choix musical - en soi roboratif -  ne saurait pallier le manque de dynamisme voire l'atonie de l'ensemble ! (même dans les deux scènes de discothèque qui se répondent en écho)

Décalage trop évident entre les intentions affichées (faire se télescoper multiples émotions) et la façon dont elles sont mises en forme.

Dommage! 

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche