Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 20:16

De Pablo Aguero  Argentine

Avec Gael Garcia Bernal, Denis Lavant, Daniel Fanego

 

 

1952 Eva Peron vient de mourir à 33 ans. Elle est la figure politique la plus aimée et la plus haïe d'Argentine. On charge un spécialiste de l'embaumer. Mais les coups d'Etat se succèdent et certains dictateurs veulent détruire jusqu'au souvenir d'Evita dans la mémoire populaire

Eva ne dort pas

Eva ne dort pas n'est pas un film documentaire ni un "biopic" (tout au plus un nécropic); car ce qui intéresse le réalisateur est de montrer comment la figure emblématique d'Eva Perón continue à hanter les esprits bien après sa disparition (qu'il s'agisse de ses adulateurs ou de ses contempteurs).

Voici "l'histoire" de son corps; d'abord embaumé, il sera enlevé sous la dictature (inhumé en Italie avec l'accord du Vatican) et enfin restitué (mais pour être "définitivement" enterré dans le béton à 6 mètres sous terre);  cette "histoire"  (des années 1950 à 1970) sera interprétée selon les points de vue d'anti-péronistes et incarnée par trois figures représentatives; ce qu'illustre la segmentation en trois chapitres annoncés par des encarts,"l'embaumeur" "le transporteur" et "le dictateur"

Un parti pris de théâtralisation: trois huis clos (le funérarium, l'habitacle d'une camionnette, et une sorte de geôle où est séquestré le général Aramburu) chacun traité en plan-séquence; trois moments où domine une relation assez violente au corps (surtout en II, dans la bagarre qui oppose le lieutenant Koenig interprété par Denis Lavant au soldat qui l'accompagne dans le transfert du corps d'Eva). Les images d'archives qui parsèment le récit, vont comme arracher le spectateur de ces atmosphères glauques où le réalisateur l'enfermait: il voit une foule en liesse, ou en pleurs, il entend des extraits des discours anti-capitalistes d'Eva et ses propos comminatoires; il voit et entend aussi le bruit des bottes...

Mais le réalisateur va plus loin encore. Ces intérieurs d'enfermement -où la lumière et les clairs obscurs sont traités de façon magistrale, où les gestes sont surdimensionnés par une musique de plus en plus forte - deviennent par allégorie les images de forces chthoniennes, ces forces maléfiques de la dictature, de l'oppression; et correspondent ainsi à une figure de l'intériorité. Car il s'agit bien de traquer "l'ennemi intérieur" et pour l'amiral Massera (interprété par Gael Garcia Bernal) c'est forcément cette catin d'Eva Peron (qui en plus a eu l'outrecuidance de mourir à 33 ans comme le Christ). C'est sur lui  que s' ouvre et se clôt le film. Fier de "posséder" enfin le corps dans les profondeurs abyssales du béton. Mais..... que peut le béton contre la force de l'esprit?. Dans la dernière image d'archives, nous entendons Eva Perón crier devant deux millions de manifestants  Je reviendrai, morte ou vivante ! Massera, contre son gré, lui aura donc scellé un mausolée!

 

Pablo Aguero dit avoir  voulu imiter Bonnard qui affirmait  "il ne s'agit pas de peindre la vie, mais de rendre vivante la peinture"     Pari réussi !!

 

Colette Lallement-Duchoze

 

 

Bien vu...

Mais pour qui ne connaît pas bien les années 50 à 70 en Argentine on est un peu largué. .. Même si ce n'est pas le propos du réalisateur

Un film qui frôle le fantastique dans le rendu des ambiances

Avez - vous vu d'autres films de cet auteur?

Ismael 18/04/2016

l'histoire de l'Argentine entre 1952 et 1976? elle est bien en filigrane dans le film (voir la séquence 3 où les Montoneros somment le général Aramburu de révéler l'endroit où se trouve le corps d'Eva; le général en quelques phrases évoque les "bienfaits" des forces au pouvoir tout en incriminant les groupes d'extrême gauche); elle est bien patente dans les images d'archives qui scandent le récit ; sinon il suffit de se "documenter " sur le docteur Ara l'embaumeur, le colonel Koenig, le général Aramburu et l'amiral Massera (bien présents dans le film) ainsi que sur l'histoire assez trouble et souvent féroce de ce pays durant ces deux décennies (le pire sera à venir....)

Colette 19/04/2016

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Ismael 18/04/2016 22:58

Bien vu...
Mais pour qui ne connaît pas bien les années 50 à 70 en Argentine on est un peu largué. ..
Même si ce n'est pas le propos du réalisateur
Un film qui frôle le fantastique dans le rendu des ambiances
Avez - vous vu d'autres films de cet auteur?

Colette 19/04/2016 06:25

l'histoire de l'Argentine entre 1952 et 1976? elle est bien en filigrane dans le film (voir la séquence 3 où les Montoneros somment le général de révéler l'endroit où se trouve le corps d'Eva); elle est bien patente dans les images d'archives qui scandent le récit; sinon il suffit de se "documenter " sur le docteur Ara l'embaumeur, le colonel Koenig, le général Aramburu et l'amiral Massera (bien présents dans le film) ainsi que sur l'histoire assez trouble et souvent féroce de ce pays durant ces deux décennies
Colette

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche