Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 05:58

de Sharunas Bartas Lituanie

Avec le réalisateur dans le  rôle du père,  sa fille Marija Bartas  dans celui de la fille, Lora Kmieliauskaite

 

présenté à la Quinzaine des réalisateurs Cannes 2015

 

en compétiton à Rouen dans le cadre du festival "à l'Est du nouveau"

Peace to us in our dreams

Le film du réalisateur lituanien Sharunas Bartas est arrivé au festival de Rouen auréolé de sa sélection à la Quinzaine des réalisateurs et d’une rétrospective qui vient de s’achever au centre Pompidou.

En huit films, Bartas s’est acquis la réputation d’un cinéaste exigeant et atypique pour lequel les "mots ne peuvent dire ce qui ne peut s’exprimer qu'en images". « Peace to us… » confirme ce parti pris : aux dialogues, Bartas préfère les longs silences dans un film centré sur le mal-être et l’incommunicabilité. « Peace to us… » raconte l’histoire d’un couple et de leur fille ado qui partent pour un week-end à la campagne. Auparavant, la femme, violoniste, a connu un magistral pétage de plombs au milieu d’un concert, quittant la salle et laissant une assistance médusée, incident dont elle ne parlera pas à son mari (ni à personne).

Le film présente ainsi en longs plans séquences deux couples, d’une part les bobos venus à la campagne, d’autre part deux fermiers locaux. Une autre relation se forme entre la jeune ado et un vagabond. Au fil du temps qui semble s’étirer à n’en plus finir, Bartas met en scène non pas des existences partagées, mais des solitudes juxtaposées, dont la tristesse intrinsèque est encore renforcée par l’absence de parole. Et lorsque la parole se libère, c’est sous la forme des insultes (et des coups) qu’échangent le fermier et sa femme, ou bien du rejet brutal des tentatives que fait la violoniste pour évoquer Beethoven auprès de la vieille fermière qui ne jure que par les chants folkloriques lituaniens… Une autre parole, plus intime, plus authentique, finit par se manifester à la nuit tombée, mais sombre rapidement dans les lieux communs et ne parvient pas à masquer la fragilité (ou l’absence) des sentiments. 

Bartas impose un rythme résolument lent, en harmonie avec la nature environnante et les interminables journées d’été de l’Europe du Nord, dans lequel sourdent néanmoins une tension constante et un spleen généralisé, le tout enveloppé dans des images d’une grande beauté (Bartas est/a été également photographe. La galerie du Passage de Retz à Paris présentait ses photos le mois dernier).

Mais l’indigence du scénario amène à se demander si cette fois, la machine ne tourne pas à vide, sauf à considérer que le réalisateur nous invite à partager sa désespérance. Ce mal-être devient à ce point perceptible que, par moments, l’ennui guette le spectateur.

Dominique Dudouble

 

 

Certes le film de Sharunas Bartas -cinéaste connu du public rouennais grâce au festival du cinéma nordique- est  aride et il ne nous donne pas un récit structuré: C'est une chronique silencieuse d'un monde en bouleversement(s) et de drames qui s'annoncent.

Bartas s’intéresse autant à ses personnages qu'aux paysages et les longs plans larges de la nature sont l’occasion pour ses personnages de prendre un peu de liberté et de se retrouver.

Néanmoins son scénario est construit, organisé

Il émane de ce film une atmosphère mélancolique et une tension palpable, qui nécessite de se laisser aller à contempler cette nature magnifiquement filmée et à accompagner dans leur solitude intérieure les personnages.

C'est un film profondément mélancolique mais sublime

Claude le 10/03/2016

 

 

Parlez-moi plutôt de biches et de musique en raccord!

parlez-moi du bonheur aussi fragile ou fugace que les ailes de papillon!

on sait que l'événement chez Bartas est le non-événement que les paysages ne l'intéressent que dans leur rapport aux personnes (tout le contraire de l'esthétisme donc...)

Elisabeth 12/03

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Elisabeth 12/03/2016 08:17

parlez-moi plutôt de biches et de musique en raccord!
parlez-moi du bonheur aussi fragile ou fugace que les ailes de papillon!
on sait que l'événement chez Bartas est le non-événement
que les paysages ne l'intéressent que dans leur rapport aux personnes (tout le contraire de l'esthétisme donc...)
Elisabeth 12/03

Claude Beuzelin 10/03/2016 17:55

Certes le film de Sharunas Bartas est aride et il ne nous donne pas un récit structuré, C'est une chronique silencieuse d'un monde en bouleversement et de drame qui s'annoncent. Bartas s’intéresse autant à ses personnages qu'aux paysages et les longs plans larges de la nature sont l’occasion pour ses personnages de prendre un peu de liberté et de se retrouver. Néanmoins son scenario est construit, organisé, il émane de ce film une atmosphère mélancolique et une tension palpable, qui nécessite de se laisser aller à contempler cette nature magnifiquement filmé et à accompagner dans leur solitude intérieure les personnages.
C'est un film profondément mélancolique mais sublime
Claude le 10/03/2016

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche