Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 08:58

Film canadien de François Delisle

Avec Fanny Mallette, Sébastien Ricard, Geneviève Bujold, Pierre Curzi

Chorus

Le thème est délicat: la douleur, le deuil; ou comment peut-on "survivre" à la disparition de son enfant?

Le réalisateur a opté pour un film en noir et blanc (à tel point que la ville de Montréal où demeure Irène, la mère, et les plages mexicaines où Christophe le père s'enroule nu dans les flots, semblent drapées d'un même linceul de froideur). Il a choisi la sobriété et très souvent la voix off comme monologue intérieur, voix off en harmonie avec les polyphonies médiévales qu'interprète Irène, avec sa chorale; de courtes scènes en montage parallèle suggèrent le destin de ces deux parents, qui, séparés depuis la perte de leur jeune fils Hugo, ont "vécu" le "deuil" chacun à sa manière....le Chant et l'Océan

Mais dès le début  le spectateur est pris au piège; le film s'ouvre en effet sur un long plan-séquence: un prisonnier pédophile interrogé par un inspecteur avoue avoir tué Hugo il y a 10 ans...Cette révélation qui doit rendre vraisemblable la rencontre du couple après tant d'années de séparation, montrer comment la nouvelle douleur sera assumée à deux, est donc l'angle choisi par le réalisateur; révélation  (en soi spectaculaire) comme prétexte à un "autre" film: rencontre des époux, reconstitution, crémation, et procès éventuel; cheminement à deux vers un au-delà de la Mort?

Si la pudeur semble revendiquée elle n'exclut pas certaines lourdeurs! Que dire de ce gros plan sur le préservatif rempli de sperme? De la conversation entre Christophe et Irène dans un bar, parasitée puis recouverte par les images d'horreurs en Syrie? Des mesquineries familiales? Des apparitions récurrentes et insistantes de l'enfant dans l'embrasure d'une porte, sur un lit aux draps défaits après l'amour, etc..?

La dernière séquence vers laquelle TOUT doit converger est censée être un hymne à la VIE ! Mais elle est provoquée, là encore, par un "rebondissement" : la rencontre inopinée avec un ex camarade de classe de Hugo, qui entraînera le couple à un concert de rock ...

 

Certes l'interprète Fanny Mallette est bouleversante dans ce rôle où elle  incarne une mère  habitée par une  douleur muette ou violente; mais cela n'aura pas suffi...à "convaincre"..

Un léger bémol:   intacte et inviolée la vibration des polyphonies..

 

Colette Lallement-Duchoze

Partager cet article

Repost 0
Published by cinexpressions
commenter cet article

commentaires

Mode d'emploi

Ce blog est destiné à collecter nos ressentis de spectateurs, à partager nos impressions sur les films (surtout ceux classés Art et Essai).

Envoyez vos articles ou vos réactions à: artessai-rouen@orange.fr.


Pour vos enfants et petits enfants cinexpressions a aussi un petit frère:

http://cinemavisjunior.over-blog.com

 


Recherche